Comment aider ses élèves à préparer les examens de fin d’année

La période des examens de fin d’étape, de fin d’année et du ministère arrivent à grands pas !

Pour te permettre d’aider au mieux tes élèves, et à réussir cette période toi aussi, voici quelques conseils.

Pourquoi des examens ?

L’objectif premier est l’évaluation des apprentissages. Contrairement aux autres étapes de l’année scolaire où l’enseignant qui évalue les élèves les connaît bien et est capable d’identifier leurs forces et leurs défis, l’examen du ministère nécessite de bien connaître la grille d’évaluation pour pouvoir y répondre au mieux.

Bon à savoir (MEER, 2019) :

Selon l’épreuve, la correction est partagée entre le Ministère et les organismes scolaires suivant les modalités suivantes :

  • Français, écriture, langue d’enseignement, de la 5e secondaire : correction centralisée au Ministère.
  • Mathématique de la 4e secondaire, science et technologie de la 4e secondaire et français, langue seconde, de la 5e secondaire : correction mixte partagée entre le Ministère (questions à choix multiples) et les organismes scolaires (questions à développement).

Les autres épreuves, par exemple l’histoire et éducation à la citoyenneté de la 4e secondaire et l’anglais, langue seconde, de la 5e secondaire, sont corrigées en totalité par l’enseignant sur la base d’un guide de correction produit par le Ministère.

Il est donc indispensable de :

  • Savoir : Connaître toutes les notions vues pendant l’année (on ne sait pas exactement sur lesquelles d’entre elles l’examen va porter donc pas d’impasse) !
  • Savoir-faire : Avoir réalisé des pratiques d’examen tout au long de l’année scolaire, en calculant la durée. Cela t’aide à voir comment ton élève agit et réagit en situation d’examen.
  • Savoir-faire faire : Comme tuteur.trice, il me semble important que tu connaisses parfaitement les grilles d’examen, que tu aies une banque de sujets et des exemples corrigés à donner à tes élèves et que tu leur expliques les étapes du raisonnement attendu.

Voici donc des éléments essentiels à connaître pour les matières suivantes : français, anglais, histoire du Québec et du Canada, sciences et mathématiques qui pourraient t’aider.

Pour le Français :

Aussi bien au primaire qu’au secondaire, je te conseille de faire des pratiques avec tes élèves.

Pour le secondaire, tu peux exercer tes élèves en montant à un dossier de presse à synthétiser sous forme de tableau qui contient pour chaque texte : l’opinion de l’auteur, ses principaux arguments et axes d’analyse ainsi que ses preuves.

Il est également indispensable de connaître et faire un plan structuré pour chaque texte qui comprendra une introduction (sujet amené, sujet posé, thèse, sujet divisé), un développement (avec des preuves pour chaque argument divisé en paragraphe) et une conclusion (synthèse, reformulation de la thèse et ouverture).

Pour l’Anglais :

Les mêmes conseils que pour l’épreuve écrite de français s’appliquent ici.

Pour l’Histoire du Québec et du Canada :

Il peut être intéressant de faire rédiger à votre élève de courts textes explicatifs sur des évènements historiques à l’étude.

Pour les Sciences (ST et ATS):

Pour ces deux matières, voici une méthode utile pour que les révisions soient efficaces : Méthode SQL3R.

Cette méthode consiste à Survoler, Questionner, Lire, Restructurer, Réciter, Réviser et voici en quoi cela consiste plus précisément :

Survoler: Se donner une vue d’ensemble de la matière. Feuilleter le livre en regardant la table des matières, les titres, les graphiques, la conclusion

Questionner: Poser des questions à partir des titres, des sous-titres

Lire: Lire attentivement et activement (noter, souligner…) la matière

Restructurer: Se représenter la matière sous forme de tableau, conceptualiser la matière

Réciter : Maîtriser les connaissances en récitant la matière apprise

Réviser: Refaire un survol du texte ou des notes surtout à partir des résumés

Pour les Mathématiques :

Il est important de s’assurer que toutes les étapes du raisonnement sont présentes à l’écrit : formules utilisées, justesse des calculs, révision des réponses…

Pour finir, pendant les pratiques avec tes élèves, je te conseille de leur donner ces trucs et astuces (Dionne, 2013) :

  • Répondre aux questions en allant des plus faciles aux plus difficiles.
  • Réviser ses réponses pour s’assurer que l’on n’a rien oublié.

 

Il est conseillé de commencer à réviser la matière de cours qui fera l’objet de l’examen au moins une à trois semaines avant la date de l’examen. Donc, en d’autres mots, il est temps !

Et surtout n’oublie pas de faire appel à tes ressources disponibles sur Succès Scolaire : Mentors, Ressources pédagogiques et Partenaire ! Je te partage également ici une liste exhaustive d’exercices et examens préparatoires pour plusieurs niveaux et matières.

Belle préparation à toi et à tes élèves et excellente réussite !

Christiane Nathalie Geillon.

 

Références

Dionne, B. (2013). Pour réussir : guide méthodologique pour les études et la recherche, Montréal, Beauchemin

MEER (2019). http://www.education.gouv.qc.ca/parents-et-tuteurs/examens-et-epreuves/

 

Publié dans Nouvelles, Trucs pour tuteurs | Laisser un commentaire
admin

Découvrez Annie Thibault : flûtiste, scientifique et tutrice

Annie Thibault est à la fois tutrice chez Succès Scolaire, scientifique et flûtiste. Découvrez le parcours de cette femme qui respire la joie de vivre.

photokayak

 

Annie, parle-nous de ton parcours scolaire et professionnel.
J’ai d’abord étudié en lettres et langues, puis en musique au Conservatoire de musique de Québec, avant de me spécialiser en musique d’orchestre à l’Université de Montréal. Dans les années qui ont suivi, j’ai été flûtiste à la pige pour l’Orchestre symphonique de Québec et j’ai enseigné la flûte. Parallèlement à cela, j’ai aussi travaillé dans le milieu de la restauration.

À l’époque où j’ai terminé mes études, je m’étais dit que si, lorsque j’aurais 30 ans, j’étais incapable de vivre de mon métier, alors je changerais de domaine. Ainsi, lorsque la trentaine a sonné, j’ai analysé plusieurs choix de carrière et ai décidé de me réorienter en chimie analytique. Tout un 180 degrés !

 

Qu’est-ce qui t’a amenée à la chimie analytique ?
Puisque mon travail de flûtiste, d’enseignante et de serveuse m’amenait à être constamment entourée de gens, j’avais le goût de changer pour un métier qui me permettrait de travailler plus seule. Je cherchais un métier qui me ferait travailler différemment, mais tout comme la musique, qui demande une certaine règle à suivre, comme lorsqu’on suit une recette !

La chimie analytique s’est donc imposée à moi. Après mon DEC, j’ai travaillé en pharmaceutique, puis dans un laboratoire d’analyse de produits pétroliers. Je me suis aperçue que les relations avec les gens me manquaient beaucoup. J’ai donc commencé à travailler, en 2009, comme technicienne en travaux pratiques à la Commission scolaire de Montréal.

 

Est-ce qu’il y a un lien entre cet emploi et ton arrivée chez Succès Scolaire en 2012 ?
Tout à fait. J’adore le contact avec les adolescents et leur dynamisme. J’aime aussi les aider à comprendre et contribuer à leur réussite. Ça me rend heureuse d’aller travailler à l’école secondaire Jeanne-Mance le jour, puis, le soir, de suivre d’autres jeunes.

 

Quelle est la principale clientèle ?
Comme vous vous en doutez, j’enseigne les mathématiques et les sciences aux jeunes du secondaire. Je me déplace majoritairement chez les élèves, mais travaille aussi en ligne ainsi qu’au centre d’apprentissage de Succès Scolaire à Longueuil.

 

Que préfères-tu dans ton emploi de tutrice ?
Bien souvent, les difficultés des jeunes proviennent de leur manque de confiance en soi. Ils se découragent par rapport à leurs notes et sont parfois convaincus que les maths, ce n’est pas pour eux. J’essaie donc d’instaurer un climat de confiance et souligne leurs petites réussites et leurs bons coups. J’utilise beaucoup l’humour dans mes cours pour détendre l’atmosphère et que ce soit le plus agréable possible.

À la fin d’une séance, lorsque je sens que j’ai réussi à faire comprendre une notion avec laquelle ils avaient bien de la difficulté, ça me procure beaucoup de satisfaction et je pense que je suis plus contente qu’eux de voir qu’ils sont capables de comprendre !

Lorsqu’ils me posent une question, au lieu de leur donner la réponse, je les incite à être curieux, à réfléchir et à trouver la solution d’eux-mêmes. C’est bien plus valorisant et formateur !

De plus, je suis convaincue qu’avec une bonne méthode de travail, ils peuvent arriver à réussir aussi bien que les autres élèves qui éprouvent plus de facilité. Je suis toutefois consciente que les maths ne deviendront sûrement jamais leur matière forte, mais il existe des exceptions. Par exemple, je suis une élève qui doit composer avec plusieurs troubles d’apprentissage. Eh bien, elle est passée de 50 % à 94 % en maths. Elle réussit tellement bien et applique tellement les méthodes de résumé qu’elle n’a plus besoin de mon aide en mathématiques et on ne se voit que pour les sciences présentement !

Enfin, chaque jeune est différent et représente un défi. C’est motivant.

 

Quelles sont tes passions ?
Après avoir arrêté la flûte pendant mes études en chimie analytique, je m’y suis remise. Je fais maintenant partie d’un ensemble de flûtes et d’un orchestre semi-professionnel, ce qui occupe mes mardis et mercredis soir. Dans un tout autre registre, je pratique le yoga et la musculation.

 

En terminant, que penses-tu de la place des femmes en sciences ?
Même si on voit de plus en plus de femmes opter pour les sciences, c’est un domaine encore majoritairement masculin. Et je ne comprends pas pourquoi. Peut-être que les femmes n’osent pas assez ? Lorsque j’observe les adolescentes en classe de laboratoire, je constate que plusieurs ont peur de se tromper. C’est comme si elles ne se donnent pas le droit à l’erreur ou qu’elles se disent qu’elles ne seront pas à la hauteur, contrairement aux garçons qui sont plutôt téméraires et qui osent plus. Et ça ne devrait pas, car elles réussissent aussi bien que les gars.

Finalement, les sciences, c’est beaucoup moins difficile et beaucoup plus intéressant que l’on croit.

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire
admin

La faculté d’éducation de l’UQAM remet un prix coup de cœur à Christiane Nathalie Geillon!

Succès Scolaire félicite Christiane pour son engagement auprès des jeunes depuis tant d’années et remercie la garderie LaSalle des Petits pour son ouverture dans le développement de ce programme!

59211543_2214667418600164_244861711952117760_n

Publié dans Presse | Laisser un commentaire
admin

« J’haïs ça, lire. »

Logan, 8 ans, vient de larguer cette bombe au beau milieu du souper. Mais comment est-ce possible? La maison est pourtant remplie de livres : des histoires pour enfants, des romans de toutes sortes, des encyclopédies, des bandes dessinées…

reading-in-my-white-tent_5841137
Gratter le bobo

Votre coco n’aime pas lire. OK. Mais encore… Cherchez à en savoir plus. Les sujets ne
l’intéressent pas? Il éprouve des difficultés? Ça va moins vite quand c’est lui qui lit que quand c’est vous?

À l’affût de ses intérêts
On en convient, pour tout ce qui concerne l’école, votre enfant n’a pas le choix : ses lectures sont imposées. Mais à la maison, les possibilités sont infinies. Fiston raffole des étoiles? Il existe de superbes livres d’astronomie destinés aux enfants. Fifille veut tout savoir sur les gerbilles?
Pas de problèmes!

Allez à la bibliothèque ou à la librairie en famille. Votre enfant pourra constater de visu l’ampleur du choix qui s’offre à lui. C’est certain qu’il mettra la main sur au moins un livre qui l’intéresse.

C’est en lisant que l’on devient un bon lecteur
La lecture, ce n’est pas une option : c’est la base essentielle au cheminement scolaire. Il faut se rappeler que :

1. Apprendre à lire, ça demande du temps. La seule façon de devenir bon, c’est en lisant et lisant encore sur des sujets qu’il aime.
2. La lecture ne devrait jamais être une corvée, mais plutôt une activité plaisante. Usez de
créativité :

  • Proposez-lui des jeux en ligne comme Bloups, (disponible sur Apple seulement),Letris 4, Jeux pour lire avec Sami et Julie ou bien Apprends avec Boing;
  • Lisez à tour de rôle; il adorera;
  • Faites-lui écrire un courriel à sa grand-mère techno, son cousin qui habite loin ou sa tante préférée. Il aura hâte de lire sa réponse.

3. Plus le vocabulaire de votre enfant est riche, plus il apprendra facilement à lire. Pour ce faire, faites-le parler le plus possible :

  • Comment s’est passée ta journée?
  • Explique-moi comment tu te sens. Tu es triste, tu es fâché ou tu as peur?
  • Quel est ton personnage préféré dans ce film ou cette histoire? Pourquoi? Comment aurais-tu réagi à sa place?

En cas de difficulté
Bien sûr, si votre enfant se heurte à des difficultés particulières, c’est normal qu’il n’aime pas lire. Travailler très fort sans obtenir les résultats qu’on souhaite, c’est frustrant…très frustrant. Il est important de dépister les troubles d’apprentissage le plus tôt possible afin d’éviter qu’il accumule un retard important, se décourage et perde toute envie d’apprendre. N’hésitez pas à partager vos doutes à son enseignant. Vous pourrez établir ensemble un plan d’action. Au besoin, faites évaluer votre enfant par un professionnel ou engagez un tuteur.

Petit rappel en terminant : votre implication dans l’apprentissage de la lecture de votre enfant est capitale. Plus vous le soutiendrez, plus il aura envie d’apprendre.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

OFFRE D’EMPLOI – Enseignant.e de cours d’été

Pour la neuvième année consécutive, Succès Scolaire, chef de file en soutien scolaire au Québec, assure la prestation des cours d’été pour différents établissements d’enseignement secondaire partenaires.

 

Les cours se dérouleront en personne ou en ligne tout en respectant la qualité d’enseignement caractéristique de l’établissement d’enseignement partenaire.

Nous sommes donc à la recherche d’enseignant.e.s qualifié.e.s pour combler plusieurs postes contractuels. Les candidat.e.s doivent se qualifier pour dispenser au moins l’une des matières demandées et assurer la charge de groupes de 8 à 25 élèves. Les candidat.e.s devront démontrer une grande habileté en gestion de groupe, puisque les cours se dérouleront en ligne, grâce à une plateforme virtuelle, ou au sein d’établissements partenaires

 

Niveaux disponibles : secondaire I à IV

Matières disponibles: mathématiques, français, anglais, histoire et sciences

 

Principales tâches:

  • Dispenser un cours de reprise de 45 heures conforme aux exigences ministérielles;
  • Créer et adapter le matériel nécessaire à la dispense du cours;
  • Corriger les évaluations formatives et sommatives;
  • Compléter deux rapports de suivi pour faire état de l’évolution de chaque élève;
  • Procéder à la prise de présence;
  • Veiller au bon déroulement des séances.

 

Conditions:

  • Salaire de 40 à 45$/h, correction et préparation incluses (selon l’expérience);
  • Emploi contractuel, à temps partiel ou plein;
  • Périodes disponibles:
    • 3-19 juillet
    • 10-26 juillet
    • 24 juin – 26 juillet
    • 31 juillet – 16 août
    • Quelques autres dates variables pour les examens à reprise ministérielle
  • Horaire offert: lundi au vendredi, en avant-midi ou en après-midi;
  • Contrat variable selon l’école et la matière choisie;
  • Les enseignant.e.s travailleront à partir de leur domicile ou dans les locaux d’établissements partenaires à Montréal;
  • Succès Scolaire prêtera un casque d’écoute, une tablette tactile et une copie du cahier d’activités remis aux élèves pour la durée du cours;
  • Une formation sur la plateforme et les outils sera offerte avant le début des cours.

 

Exigences:

  • Dynamisme et capacité à faire respecter les règles;
  • Brevet d’enseignement ou permis d’enseignement, délivré ou en voie d’obtention (4e stage complété);
  • Excellente connaissance du programme enseigné;
  • Expérience en gestion de groupe;
  • Autonomie et capacité d’adaptation;
  • Grande aisance avec la technologie;
  • Accès à une connexion internet haute vitesse;
  • Accès au matériel informatique requis par le système de cours en ligne;
  • Autonomie et capacité d’adaptation.
Publié dans Offres d'emploi | Laisser un commentaire
admin

Pour arriver fin prêt aux examens d’admission au secondaire

Ça y est : votre ado en devenir et vous-même, après maintes recherches, portes ouvertes et discussions (parfois enflammées), avez fixé votre choix sur une ou deux écoles secondaires. Si votre jeune a jeté son dévolu sur une école privée, ou sur une concentration ou un programme particulier d’une école publique, il devra subir des examens d’admission. Ces tests ont généralement lieu à l’automne, c’est-à-dire d’ici quelques semaines.

enfant-école-comment-regler-problème-enfant-à-l-école-conseil-pour-que-tout-se-passe-bien-à-l-ecole
En quoi consistent ces examens?
En général, ils comprennent un test de français, un test de mathématiques et un test d’habiletés scolaires (logique, observation et raisonnement). Il devra sûrement répondre à un questionnaire sur sa motivation à intégrer cette école ou à faire partie de tel programme ou concentration. Pour être certain, informez-vous sur le site Web de l’école ou auprès de la personne responsable des inscriptions.

Les examens sont à choix multiples. Petit truc pour éviter de manquer de temps : si votre enfant ignore la réponse à une question, qu’il ne s’y attarde pas. Il y reviendra à la fin du test s’il lui reste du temps.

Bien s’y préparer
Si votre enfant a terminé sa 5 e année dans ou au-dessus la moyenne, il n’a aucune raison de s’inquiéter ou de se préparer outre mesure. Si vous croyez que ça pourrait l’aider, vous pouvez lui faire réviser certaines notions, particulièrement les suivantes :

  • Mathématiques : opérations, nombres décimaux, fractions, mesures d’angles, d’aires et
    de volumes;
  • Français : conjugaison, orthographe d’usage, grammaire de la phrase, stratégies de lecture, vocabulaire, ponctuation.

Attention aux cahiers d’exercices de préparation. Plusieurs proposent des exercices trop
difficiles, ce qui crée un stress inutile. Vous pouvez vous faire conseiller par un enseignant. Nous vous proposons l’ouvrage Réussir l’examen d’entrée au secondaire (édition Marcel Didier). Votre enfant pourra s’exercer autant de fois qu’il le veut en répondant aux questions de français, de mathématiques, de culture générale et d’habiletés logiques. S’il veut des questions supplémentaires pour parfaire sa préparation, il peut se rendre sur le site de l’éditeur.

Quelques jours avant les examens
Même si vous ne lui mettez aucune pression du genre « Pense à ton avenir. Il faut que tu
réussisses. », il se peut que votre enfant soit stressé à l’approche des examens. Réconfort,
positivisme et renforcement positif : c’est tout ce dont il a besoin. Si vous lui démontrez que vous avez confiance en ses moyens et en ses capacités, il gagnera assurément en confiance.

La veille de l’examen
La préparation est terminée : c’est le moment de se détendre. Assurez-vous que tout est prêt pour le lendemain :

  • Une copie de son dernier bulletin;
  • Un crayon à mine…avec assez de mines;
  • Une gomme à effacer;
  • Un stylo bleu…qui fonctionne;
  • Un correcteur;
  • Un surligneur, jaune de préférence;
  • Un ensemble de géométrie;
  • Une calculatrice;
  • Une bouteille d’eau;
  • Une légère collation, en cas de fringale;
  • Des mouchoirs.

Le jour de l’examen
Il n’y a rien de pire pour faire grimper le niveau de stress en flèche que se lever en retard.
Assurez-vous que votre ado se lève suffisamment tôt pour se préparer. Proposez-lui un déjeuner nutritif afin de maximiser son énergie et sa concentration. Enfin, partez à l’avance pour faire face aux imprévus. Vaut mieux attendre qu’arriver en retard.

Les dés sont joués
Les examens sont finis. Maintenant, advienne que pourra. Vous devrez être patients en
attendant les résultats. S’il est admis : yé!

Mais rappelez-vous d’une chose : les écoles reçoivent énormément d’inscriptions et disposent d’un nombre limité de places pour les nouveaux élèves. Plusieurs centaines de jeunes sont parfois refusés. Si votre enfant essuie un refus, cela ne signifie pas du tout qu’il ne réussira pas ses études secondaires. Soyez positif : vous trouverez à coup sûr une autre école… peut-être pas celle que vous souhaitiez, mais une excellente école tout de même.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

Garder sa « coolitude » pendant les devoirs et leçons

Qui dit rentrée dit retour des devoirs et leçons. Et si cette année, on essayait de la jouer cool plutôt que pressé, stressé et énervé? Un vœu pieux, mais somme toute réaliste. Quelques astuces pour y arriver…

ecole-lecons-devoirs-accompagner-son-enfant

Planification
La planification n’est peut-être pas sexy, mais elle est essentielle pour garder votre zénitude. Aidez votre enfant à organiser son temps (une bonne habitude à développer jeune). Il suffit de lister tous les devoirs et les travaux à effectuer ainsi que les matières à réviser, d’évaluer le temps à consacrer pour chaque activité, puis d’inscrire chaque tâche à l’horaire en tenant compte de l’échéancier… et des activités parascolaires.

Cette tâche peut vous sembler barbante, mais elle vous permettra de ne jamais être pris au
dépourvu. Rappelez-vous à quel point il est désagréable de terminer un volcan à minuit!

Originalité

On apprend bien plus en s’amusant. Il n’y a rien de mieux qu’un brin de folie pour transformer un exercice ordinaire en une activité extraordinaire :

  • Réciter les leçons sur le rythme de sa chanson préférée ou en faisant des redressements assis.
  • Utiliser le jeu de Scrabble pour apprendre les mots de vocabulaire ou le Yahtzee pour les tables de multiplication;
  • Sortir papier et crayons de couleur pour copier les notions à retenir par cœur;
  • Jouer à des jeux en ligne, comme ceux proposés par Allô prof;
  • Étudier avec un ami (ça change de la routine; il faut seulement surveiller discrètement pour éviter les dérapages prolongés).


Le gâteau au chocolat en dernier
Les devoirs et leçons, c’est comme un repas : on termine par le dessert. Votre enfant est plus concentré au début. C’est pourquoi il est préférable de commencer par la matière qu’il aime le moins ou l’activité la plus compliquée.

Un savant mélange de fermeté et de flexibilité
Faire ses devoirs et apprendre ses leçons, c’est essentiel. Dès le début du mois de septembre, établissez une routine à respecter.

Par exemple :
16 h 30 : arrivée de Lucas (7 ans, 2 e année) et de maman
16 h 30 à 16 h 45 : séance de défoulement
16 h 45 à 17 h 45 : maman supervise les devoirs et leçons
17 h 15 : papa arrive et prépare le souper
17 h 45 à 18 h 15 : souper en famille
18 h 15 à 18 h 45 : activité libre (jeu au parc, télévision…)
18 h 45 : douche, brossage des dents, lecture
19 h 30 : dodo

Une routine, c’est important. Ça apporte de la stabilité. Il faut toutefois savoir y déroger lorsque la situation l’exige. Votre enfant n’est plus capable de se concentrer après 15 minutes même la séance dure 1 heure? Ce n’est pas grave. Prenez une petite pause de 5 minutes; il reviendra plus alerte. Il a peut-être besoin d’une mini-collation : le cerveau a besoin d’énergie pour se concentrer. Cela fait 3 fois que vous lui expliquez la différence entre ont et on, mais rien n’y fait? Laissez tomber et recommencez demain. Toujours sans succès? Écrivez une petite note à son enseignant.

Vos réunions s’éternisent en fin de journée. La géométrie a toujours été votre bête noire. Votre conjoint est à l’étranger pour un mois. Bref, vous avez besoin d’un coup de main afin de souffler un peu. N’hésitez pas à faire appel à un tuteur.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

Découvrez Ahmed Labidi, tuteur fraîchement arrivé de Tunisie

Ahmed Labidi a commencé à travailler chez Succès Scolaire quelques jours seulement après son arrivée à Montréal, en janvier 2019. Découvrez son parcours…

Ahmed_1

Ahmed, parle-nous de ton cheminement scolaire.

Je détiens un diplôme d’ingénieur en informatique industrielle et automatique, que j’ai obtenu en Tunisie. J’ai eu la chance de bénéficier d’une bourse pour aller étudier un an à l’Université du Minnesota, aux États-Unis, en 2016-2017. Cette formation me permet, entre autres, de programmer des machines industrielles.

Puis, l’été passé, j’ai reçu une (autre !) bourse pour réaliser mon stage de fin d’études à l’Université de Calgary. Mon projet consistait à développer un simulateur qui reproduit les déplacements des piétons afin de construire des villes intelligentes.

Après un court retour en Tunisie, j’ai retraversé l’océan pour atterrir à Montréal, le 2 janvier, où j’ai entrepris une maîtrise de recherche en génie de l’environnement. Je pourrai appliquer toutes mes connaissances en informatique, puisque je développerai un système de collecte des émissions de gaz à effet de serre à Montréal à partir de données de géolocalisation. Grâce aux données que fourniront les portables et téléphones intelligents, nous pourrons connaître les moyens de transport utilisés. L’objectif de ma recherche : concevoir des solutions préventives et adaptées.

 

Quand le tutorat est-il entré dans ta vie ?

Pendant mes études, j’ai commencé à faire du tutorat en anglais, en mathématiques, en informatique et en robotique, de façon bénévole.

Je me cherchais un emploi à Montréal avant même d’y poser mes valises. Un ami, tuteur pour Succès Scolaire, m’avait parlé de l’entreprise. J’ai donc posé ma candidature en novembre et passé une entrevue dès mon arrivée. Et c’est ainsi qu’a commencé la merveilleuse aventure du tutorat.

C’est l’une des plus belles choses qui me soit arrivée. Au début, je voyais cela comme un simple emploi à temps partiel qui m’apportait un revenu d’appoint. Mais c’est tellement plus ! J’adore la relation d’aide et de confiance que je crée avec les jeunes et leurs parents. Je pense maintenant à avoir une double profession : ingénieur et tuteur.

 

Quelle est ta clientèle en général ?

Je suis les jeunes tant du primaire que du secondaire. Je leur enseigne principalement les mathématiques et l’anglais. J’aide aussi les plus petits en français et en histoire. Je donne aussi des conseils et propose des méthodes de travail et d’organisation. Il y a quelques années, j’étais à leur place. Alors, je sais exactement ce dont ils ont besoin pour optimiser leur temps.

 

Je crois que tu es très engagé socialement.

En effet. À mon retour du Minnesota, deux autres étudiants et moi avons reçu des fonds du Département américain afin de créer une association qui aide les femmes en milieu rural à développer leur projet entrepreneurial. Notre travail consiste à sélectionner les projets les plus viables et durables qui nous sont soumis et à former les femmes à devenir de bonnes entrepreneures. Nous abordons notamment le développement des affaires, la gestion et la recherche de financement.

En ce moment, une seule personne gère le projet sur place en Tunisie. Mon autre collègue et moi-même nous impliquons à distance.

 

Qu’est-ce qui t’attend après ta maîtrise ?

À la fin de ma maîtrise, j’aimerais beaucoup rester à Montréal afin d’y travailler. Je songe aussi à suivre le processus pour accéder à l’Ordre des ingénieurs du Québec, ce qui est essentiel pour exercer ma profession ici.

J’adore Montréal pour son rythme et ses activités variées. C’est une ville étudiante où l’on trouve aussi beaucoup d’entreprises en pleine croissance. Le meilleur des deux mondes, quoi !

Publié dans Portrait des tuteurs | Laisser un commentaire
admin

Offre d’emploi: coordonnatrice/coordonnateur

Succès Scolaire, qui fêtera bientôt ses 13 ans, est une entreprise jeune et dynamique qui offre des services d’éducation personnalisés partout au Québec.

Nous cherchons un.e super collègue au poste de coordonatrice/coordonateur pour agrandir la famille à partir du mois de mai. Chaque coordo a une équipe de tuteurs et tutrices à sa charge.

Blank spot2

Tes tâches comprennent, entre autres:

  • Trouver le meilleur tuteur ou la meilleure tutrice pour chaque élève
  • Accueillir, accompagner et guider les tuteurs et tutrices
  • Coordonner et optimiser les horaires
  • Conseiller les familles
  • Accompagner tout ce beau monde au quotidien (gestion de conflits, intervention, conseils)
  • Contribuer au développement de l’entreprise en apportant tes idées
  • Participer à des projets connexes selon tes forces et intérêts: communication, marketing, traduction, révision, rédaction, etc.

Notre coordo de rêve:

  • Possède au moins un an d’expérience dans le service à la clientèle
  • A un bon sens de l’initiative et est autonome dans ses tâches
  • Travaille en équipe dans la bonne humeur
  • Est très à l’aise en français et à l’aise en anglais (intermédiaire)
  • Met sa créativité et ses idées à profit
  • Démontre sa polyvalence en gérant plusieurs tâches à la fois
  • Possède au minimum un DEC dans un domaine pertinent

L’ambiance de rêve qu’on offre, c’est:

  • Une équipe en or, qui valorise le plaisir au travail et est toujours prête à aider
  • Une formation stimulante et continue
  • Un espace de travail lumineux et vivifiant, au cœur du dynamique Mile-Ex
  • Un quotidien rythmé, loin de la routine
  • Un horaire de travail flexible, dont tu tiens les rênes (35 à 40 heures hebdo)
  • Des cafés, thés, lattés et fruits gratuits pour mettre du soleil dans ta journée
  • Un lounge et des hamacs pour les pauses bien méritées
  • Des journées de teambuilding, des activités mensuelles et des sorties en équipe
  • Les outils qu’il te faut pour faire rayonner ta carrière
  • Un taux horaire entre 16$ et 19$ à l’entrée

Nos bureaux sont situés à quelques minutes de la station Parc (stationnement possible).

On attend ton CV et une lettre de motivation au emploi@successcolaire.ca. Nous remercions chaleureusement toutes les personnes intéressées et recontacterons celles dont la candidature est retenue.

Publié dans Offres d'emploi | Laisser un commentaire
admin

Témoignage du mois de mars 2019

Véronique (tutrice) a dépassé mes attentes, je l’avoue sincèrement. Les notes de ma fille se sont beaucoup améliorées, ainsi que sa confiance en soi. Si, en début d’année, elle affirmait qu’elle ne comprenait rien, qu’elle était incapable de résoudre les exercices, maintenant la situation a changé à 180 degrées!

Je suis très contente des progrès que ma fille a enregistrés!
En même temps, je ne peux qu’apprécier Véronique, sa ponctualité, son implication, son attitude positive. Elle réussit à transmettre son énergie positive, ce qui est très important. Elle possède ce talent de donner et de faire comprendre la matière. Ce fut peut-être le plus grand défi, dans notre situation. On l’aime beaucoup et on lui remercie pour tout!

Anca M., parent d’élève

 

Publié dans Témoignages du mois | Laisser un commentaire
admin