Échec scolaire: quoi faire?

Les vacances d’été viennent tout juste de commencer, et pour la majorité des élèves, c’est le temps des maillots de bain, des barbecues et de la crème solaire. Cependant, une poignée d’entre eux recevront la mauvaise nouvelle d’un échec scolaire. Avant de s’effondrer et de dramatiser à outrance cet événement inattendu, voyons comment appréhender cette épreuve différemment.

20150626-081549-g
DÉDRAMATISER L’ÉCHEC SCOLAIRE
Commençons par voir en un échec scolaire autre chose qu’une catastrophe. À l’école, contrairement à un congédiement par exemple, on bénéficie d’une deuxième chance : un échec n’est pas définitif, on a la possibilité de se reprendre et de renverser la vapeur. Pour certains élèves, l’échec est perçu comme une alarme, le signe d’un relâchement temporaire dans une matière donnée. Pour ces élèves, l’échec sera le déclencheur d’un redoublement de discipline et d’effort. Autrement dit, comme dans la «vraie vie», c’est grâce aux échecs qu’on apprend à se relever et à devenir plus fort. Et puis pensez-y une seconde…un élève qui passe une matière de peu n’aura pas l’occasion de refaire le tour des notions et risque de commencer son année en septembre prochain avec des bases bien moins solides. Par ailleurs, poursuivre le travail scolaire en été pourrait être une bonne façon de ne pas perdre le rythme et favoriserait la rétention des notions apprises pour l’année suivante. Bref, la meilleure façon de voir l’échec, c’est d’y penser comme une expérience qui nous met dans une position inconfortable, mais qui est riche en enseignement pour le futur.

QUOI FAIRE?
Comme des milliers d’autres élèves du Québec (eh non, vous n’êtes pas seul!), une fois la nouvelle digérée, vous vous demanderez vers où vous tourner. Deux options s’offrent à vous. Commençons par parler des cours d’été. De nombreuses commissions scolaires et plusieurs écoles privées en donnent. Ces cours offrent l’avantage d’être donnés en petits groupes. Les enseignants peuvent consacrer toute leur attention à votre enfant en difficulté. La matière est vue de façon intensive, un jour après l’autre, ce qui facilite nécessairement son assimilation. Les cours d’été, malgré qu’ils soient vus comme un fardeau, sont un environnement d’apprentissage idéal qui permet à tous les élèves de surmonter leurs difficultés.
L’autre option, c’est le tutorat. Il s’agit également d’un environnement idéal pour progresser. Le tutorat est une excellente solution puisque le tuteur peut se consacrer toutes ses énergies aux problèmes particuliers d’un élève. Il peut aussi s’ajuster au rythme d’apprentissage de l’élève qu’il suit, passant plus de temps, par exemple, sur une notion qui accroche particulièrement. De plus, le tutorat permet d’établir une relation privilégiée entre le tuteur et l’élève. Dans la plupart des cas, le fait qu’ils soient en contact sur une longue période de temps un à un fait naître une complicité entre les deux. Cette complicité joue en faveur de l’apprentissage de votre enfant puisque celui-ci trouve un certain plaisir dans les périodes de tutorat.

Finalement, pour les élèves qui n’ont qu’à passer à nouveau leurs examens du Ministère, vous trouverez toutes les dates ici.


admin
Ce contenu a été publié dans Trucs pour parents. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.