On parle de nous dans La Presse

Le 7 janvier dernier, La Presse diffusait un article dans lequel il présentait différentes entreprises qui offrent des services d’aide domestique. Voici ce qu’on mentionnait à propos de Succès Scolaire:

En plus d’avoir constitué une banque de centaines de tuteurs partout au Québec, Succès Scolaire porte une attention aux intérêts de l’enfant hors de la sphère scolaire pour lui trouver un tuteur avec qui ça va cliquer. « Le jumelage est crucial, estime Benoît Archambault, cofondateur du service de tutorat. Si l’enfant s’entend bien avec son tuteur, ça va bien aller. »

Lire l’article au complet.

La Presse

Publié dans Presse | Laisser un commentaire
admin

Témoignage du mois de décembre 2016

Nous avons seulement eu deux rencontres à ce jour, mais les enfants sont enthousiastes à l’idée de voir la tutrice. Nous notons un plus grand intérêt de la part des enfants envers la matière enseignée. Nous sommes très heureux du dénouement de la situation par rapport à il y a quelques semaines: c’était pénible et lourd. Maintenant, c’est beaucoup plus léger et l’atmosphère est beaucoup moins tendu et plus agréable depuis que nous retenons les services de Succès Scolaire. Merci!

Julie, parent

Publié dans Témoignages du mois | Laisser un commentaire
admin

Lettre au Père Noël

Related image

Cher Père Noël,

Je m’appelle Benjamin. Je suis un adulte, maintenant, et je sais que tu es déjà débordé avec tous les enfants que tu t’occupes de couvrir d’amour et de cadeaux, mais tu as tellement été généreux avec moi alors je me permets de prendre un peu de ton temps.

Je voulais te remercier du fond du cœur, parce que tu as fait du temps supplémentaire cette année. Les cadeaux, tu les as envoyés toute l’année, et j’ai eu la chance d’en être un témoin privilégié! Tout a commencé avec cet emploi merveilleux chez Succès Scolaire. Je m’attendais à aimer ça, mais pas à ce point-là.

Depuis ma toute première journée, il ne s’en passe pas une sans qu’un témoignage d’élève, de parent ou de tuteur vienne me bouleverser. Souvent, ce sont de belles histoires, des élèves qui s’améliorent, qui reprennent confiance en eux et en leurs grandes capacités. Ou alors des tuteurs, émus de sentir qu’ils font une différence, fiers de voir les effets concrets de leur engagement. Ou encore des parents qui, au-delà du soulagement de voir les progrès scolaires de leur enfant, découvrent en leur tuteur une personne spéciale, unique, capable d’aider pour l’école, mais aussi d’améliorer la motivation et même, parfois, d’aider à aimer un peu plus l’école.

Au début, ces belles histoires ont souvent commencé par une histoire plus difficile. Des mauvaises notes, des doutes, même parfois du découragement. Mais j’aime les entendre aussi, parce que je sais que la plupart du temps, avec l’incroyable équipe de tuteurs qui m’entoure, cette histoire finira bien.

Bref, Père Noël, rien ne t’empêche (bien au contraire) de me laisser un petit quelque chose sous le sapin. Mais, quoiqu’il en soit, je te suis incroyablement reconnaissant de m’avoir donné la chance d’œuvrer au sein d’une équipe incroyable, qui s’investit corps et âme pour aider les gens, et qui fait que chaque jour, en me rendant au travail, j’ai un grand sourire parce que je sais que, même les journées plus difficiles, ce sera gratifiant et, au bout du compte, ça m’aura permis d’écrire une fin heureuse à une autre histoire.

Merci pour tout et joyeuses fêtes,

Benjamin

 

 

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire
admin

Deviens tuteur!

Vous voulez sauver le monde une dictée à la fois? Vous avez expliqué l’algèbre à tous les enfants de votre voisinage? Vous êtes peut-être le tuteur ou la tutrice que nous cherchons!

Succès Scolaire, entreprise dynamique en pleine croissance qui compte sur la collaboration de plus de 800 tuteurs, offre des services de soutien scolaire aux élèves du primaire, du secondaire et du collégial. Mais nous allons encore plus loin : nous les aidons à développer des méthodes de travail et d’étude efficaces, leur estime de soi ainsi que leur motivation à l’égard de leurs études.

Pourquoi devenir tuteur?

Vous avez sûrement déjà bloqué sur un concept ou un exercice difficile. Rappelez-vous de ce que vous avez ressenti au moment du « déclic » : un grand sentiment de fierté. Imaginez si vous pouviez aider des jeunes à ressentir la même chose.

Nous aidons des élèves dans tout le Grand Montréal, que ce soit à Wesmount, Terrebonne, West-Island ou Greenfiled Park. Il y a sûrement des élèves près de chez vous qui auraient besoin de votre aide.

Vous rêvez d’un horaire flexible? En devenant tuteur chez Succès Scolaire, c’est possible. En tant que travailleur autonome, vous aménagez votre horaire à votre guise en coordonnant vos séances de tutorat avec votre emploi du temps.

Qu’est-ce que ça prend pour devenir tuteur?

« Tuteur, trice : personne respectueuse, énergique et ouverte d’esprit qui aime les enfants et qui dispose d’une réserve infinie de patience. » Si vous vous reconnaissez dans cette définition, vous avez probablement l’étoffe d’un tuteur.

Et comme personne n’apprend de la même façon, un tuteur doit aussi être capable de s’adapter à chaque élève : les hyperactifs, les timides, les lunatiques…

Que fait Succès Scolaire pour vous?

Nous nous occupons de toutes les tâches administratives, des ventes, des négociations avec les parents et de la facturation. À l’embauche d’un nouveau tuteur, on lui fournit un guide ainsi que plusieurs outils pratiques.

De plus, un coordonnateur au jumelage prend en considération vos intérêts, votre horaire et le temps de déplacement lorsqu’il vous confie un mandat.

Vous avez seulement trois contraintes à respecter :

  • Être disponible au moins 4 heures par semaine;
  • Suivre vos élèves jusqu’au mois de juin (c’est une question de respect : on ne les abandonne pas à mi-chemin.);
  • Effectuer un suivi régulier avec vos élèves et leurs parents.

Vous êtes intéressé à joindre la merveilleuse équipe de Succès Scolaire?Soumettez votre candidature en ligne.

Publié dans Nouvelles, Offres d'emploi | Laisser un commentaire
admin

Zoé Miranda, merci!

Notre fidèle tutrice, Zoé, tire sa révérence après une collaboration exceptionnelle de 6 ans. Voici le portrait d’une jeune femme en or.

Zoé Miranda

Zoé, explique-nous ton parcours universitaire.
Je détiens un baccalauréat en biologie et une maîtrise en sciences de la réadaptation, avec une spécialisation en neurophysiologie. Et je viens tout juste de terminer un microprogramme de 2e cycle en enseignement postsecondaire.

Qu’est-ce qui t’a poussée à travailler chez Succès Scolaire?
Lorsque j’étais en 5e secondaire, j’ai fait du tutorat bénévolement avec les élèves plus jeunes. Puis, après ma première année à l’université, j’ai vu l’offre d’emploi de Succès Scolaire. La flexibilité de l’horaire et la possibilité d’occuper le même emploi pendant toutes mes études me plaisaient beaucoup.

Quelle était ta clientèle?
J’aidais surtout les jeunes du 2e cycle au secondaire en mathématiques ainsi qu’en sciences et technologie.

Que préférais-tu dans ton travail?
Ce que j’aimais le plus, c’est entretenir un contact privilégié avec chacun des jeunes. J’ai eu la chance d’apporter du positif, tant dans la vie scolaire que personnelle, de ces adultes en devenir.

Et que trouvais-tu le plus difficile?
Les cours d’été : c’est tout un défi! Plusieurs jeunes ne sont pas motivés du tout. Ils voudraient se trouver n’importe où… sauf avec leur tuteur. De plus, en 25 heures, on n’a pas beaucoup de temps pour créer un lien et revoir toute la matière de la dernière année.

Un élève t’a marquée plus que les autres?
J’ai suivi une adolescente les deux dernières années de son secondaire. Nous avions développé une très belle relation. Puis, elle a quitté le Québec pour faire ses études en Suisse. On demeure en contact grâce aux réseaux sociaux. J’ai gardé un pied dans la famille puisque j’ai également été la tutrice de sa petite sœur.

Tu aurais quelques trucs à partager aux tuteurs débutants?
D’abord, plus votre banque de matériel sera riche, plus vous pourrez aider les élèves en répondant bien à leurs besoins. Petit conseil : partagez vos exercices et vos astuces avec les autres tuteurs, ce sera plus efficace.

Prenez également le temps de bien connaître vos élèves. Ils ont souvent des besoins qui vont au-delà du soutien scolaire. Être tuteur, c’est être à la fois un professeur, un grand frère ou une grand sœur, un ami, un psy…

Enfin, travaillez en collaboration avec les parents, parce que notre travail est bien plus facile lorsqu’on peut compter sur leur soutien.

Et maintenant, où te trouve-t-on les lundis matin?
Je suis maintenant gestionnaire de projets pour une firme qui met au point la formation médicale continue des médecins. Un beau défi!

Zoé, nous te souhaitons de t’épanouir dans ton nouveau travail. Et si tu t’ennuies trop de l’enseignement, notre porte te sera toujours ouverte. Encore une fois, merci!

Publié dans Portrait des tuteurs | Laisser un commentaire
admin

L’épargne-études, est-ce réellement payant ? Faites le calcul !

Collaboration spéciale d’Universitas

Le coût des études est sans cesse en augmentation. Alors qu’il en coûte actuellement aux alentours de 100 000 $* pour effectuer deux années de cégep et trois années d’université au Québec, on estime que les frais augmenteront à un peu plus de
138 000 $* pour le même parcours académique en 2035.

Comment faire pour aider votre enfant à payer ses études et ainsi lui permettre d’amorcer sa vie de jeune adulte avec le moins de dettes possible ? En investissant dans un régime enregistré d’épargne-études. Cela vous permettra d’économiser, tout en profitant des généreuses subventions gouvernementales qui vous sont offertes et qui pourraient atteindre 12 800 $**.

Quand investir ? Aussitôt que possible puisque vous épargnerez sur une plus longue période et récolterez les subventions, tout en générant des revenus plus longtemps. Ceci étant dit, il n’est jamais trop tard pour commencer !

Vous voulez savoir ce que pourrait vous rapporter un investissement dans un REEE si vous commenciez à épargner dès maintenant pour votre enfant ? Universitas, spécialiste en REEE depuis maintenant plus de 50 ans, met à votre disposition un outil qui vous démontrera ce qu’un p’tit 20 $ (ou plus !) par mois pourrait rapporter au bout du compte. Faites le calcul et voyez par vous-même ce que vous pourriez récolter !
Rappelez-vous que peu importe le montant que vous serez en mesure d’investir, le jour où votre enfant sera prêt à commencer ses études, il sera reconnaissant que vous ayez pensé à contribuer à son avenir.

Bonne épargne !

*Coût pour compléter deux années de Cégep et trois années d’université au Québec, logement inclus. Augmentation annuelle de 1,7 %. Sources : Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Ministère de la Famille, Statistique Canada, SCHL.

**Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) de 20% à 40% et Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE) de 10 % à 20 %. Selon le revenu net familial rajusté. Le montant maximum annuel versé en SCEE est de 600 $ et de 300 $ en IQEE. Le montant maximum versé à vie par bénéficiaire est de 7200 $ en SCEE et de 3600$ en IQEE.  BEC : Bon d’études canadien, pouvant atteindre 2000 $ par bénéficiaire, pour un enfant né après le 31 décembre 2003 et dont la famille reçoit le Supplément de la prestation nationale pour enfants. Certaines conditions s’appliquent. Consultez notre prospectus à universitas.ca.

Untitled

 

 

 

Publié dans Partenariat | Laisser un commentaire
admin

Orthopédagogue recherché!

Offre d’emploi:Orthopédagogue à temps partiel

Pourquoi Choisir Succès Scolaire?

Succès Scolaire est une entreprise jeune et dynamique qui offre des services d’éducation spécialisée depuis près de dix ans partout au Québec.

Réputé pour ses services divers en éducation, l’équipe de Succès Scolaire s’efforce de trouver les meilleurs professionnels pour servir ses clients, que ce soit à domicile, dans son centre ou directement dans les établissements scolaires.

Succès Scolaire cherche présentement à élargir son équipe de professionnels en orthopédagogie et en orthophonie. Que ce soit à temps plein ou temps partiel, notre équipe gère une variété de contrats à combler pour la prochaine année scolaire et ce, dans la grande région métropolitaine.

Profil recherché

  • BAC en adaptation scolaire ou Msc en orthopédagogie complétée
  • Bilinguisme; un atout
  • Expérience de travail (ou de bénévolat) avec des enfants de moins de 18 ans
  • Horaire variable (temps plein ou temps partiel)
  • Membre en règle de votre association ou ordre professionnel et avoir une assurance professionnelle comme travailleur autonome
  • Expérience minimale d’un an exigée

Capacités requises

  • Utiliser les outils nécessaires pour identifier les besoin de l’élève dans son domaine d’intervention
  • Identifier et cibler l’approche, les méthodes, les outils et stratégies efficaces permettant de répondre aux besoins particuliers de l’élève
  • Établir et maintenir de bonnes relations avec les parents, les tuteurs et autres intervenants dans l’intérêt de l’élève
  • Faire preuve d’organisation dans son travail et appliquer les procédures administratives dans les délais et de manière efficace
  • Faire preuve de professionnalisme et respecter les règles associées à sa profession.


La prochaine étape

Présentez votre candidature par courriel professionnel@successcolaire.ca. Au plaisir de faire votre connaissance!

Description du mandat :

Profils variés selon les élèves référés. Ce sont tous des élèves de niveau secondaire. Les dossiers sont documentés par l’école et les élèves référés auront tous déjà un plan d’intervention de l’école.

Nous cherchons un(e) orthopédagogue avec au moins un an d’expérience en milieu scolaire ou en pratique privée pouvant répondre aux besoins des élèves d’un Collège partenaire. Ce mandat est d’une durée minimale d’un an, pouvant s’étendre jusqu’à 2019 (durée de l’entente avec le Collège).

L’orthopédagogue aura la responsabilité de déterminer la fréquence des rencontres conjointement avec les parents des élèves une fois ces derniers référés vers Succès Scolaire. Il(elle) devra travailler en étroite collaboration avec l’orthopédagogue de l’école en charge des Plans d’interventions et du référencement.

Il y aura évidemment une communication fluide avec le personnel enseignant et de direction considérant que le travail se déroule directement dans leurs locaux.

L’orthopédagogue verra 2 élèves par soir, 4 soirs par semaine (lundi au jeudi) pour des rencontres de 50 minutes + 10 minutes de suivi (rémunérée pour 60 minutes).

Les rencontres suivront le calendrier scolaire et ce, jusqu’à la mi-juin (examens de fin d’année).

Horaire et durée :

Lundi au jeudi

15h45 à 17h45

Du 3 octobre 2016 au 16 juin 2017 approximativement

 

Lieu de service :

H4K 1C3

 

Rétribution :

Le taux horaire offert est entre 40 et 45$ de l’heure, selon l’expérience pour une période de 50 minutes et 10 minutes de mise à jour des dossiers et complétion de rapports de suivi à chaque 8 séances.

 

Veuillez noter que seul(e)s les candidat(e)s retenu(e)s seront contactés.

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire
admin

Découvrez Hélène Belzile : tutrice passionnée et humaine

Hélène, depuis combien de temps as-tu joint l’équipe de Succès Scolaire?
Je suis tutrice depuis avril 2016 seulement, ce qui ne m’empêche pas d’avoir aidé plusieurs élèves à se préparer aux examens du Ministère et de fin d’année en français. Puis cet été, j’ai donné des cours de rattrapage aux ados qui avaient échoué dans cette discipline.

Photo de la tutrice Hélène Belzile

Qu’est-ce qui t’a menée vers le tutorat?
Je suis journaliste pigiste depuis 30 ans, surtout dans le domaine sportif. L’ère numérique dans laquelle nous vivons nuit beaucoup aux entreprises de presse écrite. J’ai donc dû me trouver un « plan B ».

Il y a trois ans, j’ai commencé à donner des cours particuliers en français chez moi. Puis en janvier dernier, une amie qui fait affaire avec Succès Scolaire pour aider son fils m’a encouragée à postuler.

Au début, j’hésitais; je me sentais comme un imposteur dans le milieu puisque je n’avais pas de formation en enseignement. Et puis, je me suis dit : « Pourquoi pas? Je n’ai rien à perdre. » Et l’on connaît la suite…

Que préfères-tu dans ton travail?
Je désire avant tout transmettre ma passion pour le français, une langue magnifique, mais complexe à maîtriser. C’est pourquoi j’ajoute une touche de convivialité à mon enseignement en travaillant à partir des intérêts des jeunes. Par exemple, si je révise les participes passés avec un sportif, je vais choisir des exemples qui lui parlent. « La partie que nous avons gagnée était endiablée. » l’intéressera beaucoup plus que « La pomme que j’ai mangée était délicieuse. »

De plus, les rapports humains sont au centre de mes interventions. Les jeunes ont besoin d’être écoutés et encouragés. Après une séance, lorsque je vois qu’ils sont plus confiants par rapport à l’examen à venir, je me dis « mission accomplie ».

Quelques mots en terminant?
Je tiens à remercie toute l’équipe de Succès Scolaire pour le bel accueil qu’elle m’a réservé, de même que pour la confiance qu’elle m’a si vite accordée.

Publié dans Portrait des tuteurs | Laisser un commentaire
admin

COMMENT RETROUVER LA CONFIANCE APRÈS UN ÉCHEC ?

shutterstock_304643099

Les échecs servent d’enseignement pour le futur. À chaque fois qu’on tombe, on se relève, peu importe les circonstances. Il est bon de se rappeler ces maximes lorsque l’on vit un échec. Seulement, existe-t-il un mode d’emploi pour s’en relever plus rapidement, afin que la confiance revienne ? Voyons voir.

Dur, dur les échecs à l’école

Un échec dans un examen ou dans une matière est très difficile parce que ce heurt se produit alors que l’enfant bâtit son estime de soi. Qu’il ait 6 ou 16 ans, le sentiment d’échec est désagréable. Mais quiconque le ressent doit se rappeler que nous sommes fondamentalement constitués pour surmonter les échecs. L’être humain, et c’est vrai à tous les âges, a une formidable capacité de rebondir. C’est ce que les psychologues appellent la résilience. Cette capacité de traverser les intempéries la tête haute s’apprend et s’applique.

Changer d’air

La première étape consiste à se changer les idées pour nous disposer à redevenir bienveillants avec nous-mêmes. Le réflexe que l’on a suite à un échec, c’est de se dire que l’on n’est pas bon. Et ça, ce n’est pas gentil ! La bienveillance, c’est le prélude à la confiance. Donc, dès qu’on a l’opportunité de le faire, il faut trouver une activité dans laquelle on a de la facilité pour se « retricoter » notre estime de soi. C’est la meilleure façon de retrouver la confiance perdue. Si notre sentiment de compétence est plus grand en français qu’en mathématiques, allons-y pour des exercices de conjugaisons ou la préparation de l’exposé oral à venir ! En conjuguant ou en se préparant pour l’oral, on retrouve cette sensation agréable, celle de se sentir capable d’atteindre ses objectifs et de réussir.

Faire un retour sur l’échec

Une fois que l’on se sent remis sur pied, il faut faire un diagnostic à propos de ce qui s’est passé. Mais pas n’importe quel diagnostic. Selon certains experts, il faudrait faire attention à bien interpréter ce qui s’est passé… en n’oubliant pas d’être bienveillant avec soi-même. En gros, plutôt que de se dire que l’on est nul, il est important de comprendre ce qui nous a menés à échouer. Cette étape est simple puisqu’il n’y a que deux pistes de réponses !

La première réponse, c’est que l’élève a négligé de se préparer adéquatement. Il n’a pas mis suffisamment d’efforts et de temps dans sa préparation. À ce moment-là, l’élève prend conscience du fait que rien n’est facile, qu’il faut qu’il s’investisse davantage pour réussir.

L’autre réponse, c’est que l’élève n’a pas compris la matière. Ce diagnostic est complètement différent. Il faut alors interpréter l’échec comme un indicateur, un signal d’alarme que quelque chose « cloche » dans la compréhension de la matière. Il ne s’agit alors que de mettre plus d’efforts pour mieux comprendre ou bien essayer de comprendre d’une autre manière. Tout en se rappelant que tout le monde a des faiblesses dans la vie.

En définitive, il faut se rappeler que l’échec n’a pas un effet irrémédiable sur l’élève et sa confiance.

Une fois que l’élève aura appliqué ces deux recommandations, il pourra avoir assez de distance par rapport à l’événement pour se dire que les échecs ne sont que des occasions de se relever et d’apprendre davantage sur soi.

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire
admin

5 TRUCS POUR AMÉLIORER LA COMMUNICATION AVEC L’ENSEIGNANT

shutterstock_259220228

SAVIEZ-VOUS QU’UNE BONNE COMMUNICATION ENTRE VOUS ET L’ENSEIGNANT DE VOTRE ENFANT EST UN ÉLÉMENT IMPORTANT POUR SA RÉUSSITE SCOLAIRE?

Voici donc quelques trucs pour développer une bonne relation avec le prof de votre enfant.

COURTOISIE

C’est la règle de base d’une saine relation. Adressez-vous à lui de la même façon que vous voulez qu’il s’adresse à vous.

LA PERFECTION N’EXISTE PAS

Chose certaine, il n’est jamais facile d’accepter les difficultés de son enfant : à lire, à se faire des amis, à écouter les consignes… Votre enfant n’est pas parfait… comme tous les êtres vivants, d’ailleurs! Surtout, ne vous transformez pas en avocat de votre enfant : évitez la confrontation ou les réactions offensives.

Au contraire, montrez-vous ouvert et rationnel. L’enseignant est votre allié, pas votre ennemi. C’est pourquoi il importe de travailler avec lui afin de trouver des solutions.

IL Y A PLUS D’UNE FAÇON DE FAIRE LES CHOSES

Le prof de votre enfant a son propre style d’enseignement et de communication. S’il correspond au vôtre, tant mieux. Mais si votre approche est différente, ne concluez pas immédiatement qu’il est incompétent. Apprenez plutôt à reconnaître les forces de son style avant de le critiquer.

LES ÉCRITS RESTENT

Communiquer avec l’enseignant de votre enfant par courriel peut être très pratique. Toutefois, n’oubliez jamais la nétiquette (petit rappel du truc numéro 1!) :

  • Commencez et terminez votre courriel par une formule de salutation;
  • Soyez concis;
  • Évitez les majuscules, ce qui équivaut à crier;
  • Faites attention aux fautes d’orthographe, qui pourraient nuire à votre crédibilité;
  • Attendez d’avoir dormi avant d’envoyer un courriel chargé d’émotion et que vous pourriez regretter.
MERCI

Vous ne le savez peut-être pas, mais les enseignants sont, pour la plupart, débordés. Ils doivent planifier les cours, faire de la correction et gérer leurs relations avec les autres parents. Pourquoi attendre la carte de Noël ou le cadeau de fin d’année pour leur démontrer votre appréciation? Un petit merci une fois de temps en temps, ça fait toujours du bien. « Merci d’avoir amené fiston au musée voir l’exposition sur les dinosaures. Il m’a parlé de cette activité pendant des jours » « Quelle bonne idée d’avoir mis en place un blogue de classe. Depuis ce temps, ma cocotte s’est beaucoup améliorée en écriture. » Ce ne sont que quelques mots, mais qui peuvent faire toute la différence!

Un petit « bonus » en terminant : ne dénigrez jamais l’enseignant de votre enfant devant lui. Ce serait le mettre dans une situation émotionnelle inconfortable. Il est attaché à son prof. Et pour apprendre, il a besoin de lui faire confiance. Morale de cette histoire : avant de dire quelque chose que l’on pourrait regretter, vaut mieux tourner sa langue sept fois…

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire
admin