Les bénéfices de la nature pour les enfants

Lorsque vient le temps d’étudier et de faire les devoirs, on dit aux élèves d’aménager un espace calme et spacieux pour qu’ils se concentrent. Mais rarement évoque-t-on l’importance de l’environnement en dehors des murs d’où ils se trouvent. Être entouré d’espaces verdoyants plutôt que de béton nous semble plus souhaitable. Voyons ce que dit la science.

20150710-104257-g

UNE ÉTUDE SURPRENANTE
Des études datant des années quatre-vingt en étaient déjà arrivées à la conclusion qu’avoir une vue de l’extérieur à partir d’une fenêtre avait des bénéfices. Les étudiants universitaires avaient une meilleure capacité de concentration s’ils travaillaient à côté d’une fenêtre. Or selon une nouvelle étude, être entouré d’espaces verts permettrait une meilleure mémorisation et une meilleure capacité d’être attentif. Et ceci parce que…la nature nous offre une panoplie de bénéfices! L’étude s’est penchée sur plus de 2000 enfants vivant dans la région de Barcelone. Les chercheurs ont mesuré leur exposition à des espaces verts, que ce soit à la maison, à leur école ou sur le trajet entre les deux. Ceux qui étaient le plus entourés d’espaces verts avaient une meilleure mémoire de travail et une meilleure capacité d’être attentifs. Côtoyer la nature au quotidien aurait même davantage d’effets sur les enfants ayant une moins bonne mémoire.
Pour comprendre les résultats de l’étude, rappelons que les espaces verts jouent plus d’un rôle : ils améliorent la qualité de l’air, absorbent le bruit provenant de la ville qui peut être à l’origine de stress chez certains et puis…ils offrent aux jeunes plus de possibilités de jouer dehors!

POURQUOI IL FAUT ABSOLUMENT JOUER DEHORS
D’ailleurs, jouer à l’extérieur est recommandé par nombre de pédagogues. Être dehors aide le développement de l’enfant notamment parce que celui-ci est confronté à un terrain qui sollicite tous ses sens, qui renforce sa créativité, et qui lui permet de lâcher son fou. L’environnement naturel permet même de développer des habiletés sociales et l’estime de soi. Les enfants qui jouent dehors ont moins peur de faire des erreurs, ce qui fait d’eux de meilleurs apprenants. Par ailleurs, en jouant, ils apprennent à prendre des risques, une étape fondamentale de leur développement.
La nature offre aussi un spectacle qui aurait des effets bénéfiques et favoriserait le développement des capacités sensorielles. Par spectacle, on entend les couleurs des arbres, le changement des saisons, bref, des éléments qui éveillent les enfants et les permettent de s’émerveiller.

Il reste maintenant un défi : aménager des jardins, des parcs où des ruelles vertes où tout ce qui pousse est de couleur grise. Ce n’est peut-être pas si évident. Mais comme vous l’aurez compris, jouer dehors, c’est déjà faire un grand pas. Alors cet été, on ferme les télévisions et les ordinateurs! Le plus souvent possible…

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

Échec scolaire: quoi faire?

Les vacances d’été viennent tout juste de commencer, et pour la majorité des élèves, c’est le temps des maillots de bain, des barbecues et de la crème solaire. Cependant, une poignée d’entre eux recevront la mauvaise nouvelle d’un échec scolaire. Avant de s’effondrer et de dramatiser à outrance cet événement inattendu, voyons comment appréhender cette épreuve différemment.

20150626-081549-g
DÉDRAMATISER L’ÉCHEC SCOLAIRE
Commençons par voir en un échec scolaire autre chose qu’une catastrophe. À l’école, contrairement à un congédiement par exemple, on bénéficie d’une deuxième chance : un échec n’est pas définitif, on a la possibilité de se reprendre et de renverser la vapeur. Pour certains élèves, l’échec est perçu comme une alarme, le signe d’un relâchement temporaire dans une matière donnée. Pour ces élèves, l’échec sera le déclencheur d’un redoublement de discipline et d’effort. Autrement dit, comme dans la «vraie vie», c’est grâce aux échecs qu’on apprend à se relever et à devenir plus fort. Et puis pensez-y une seconde…un élève qui passe une matière de peu n’aura pas l’occasion de refaire le tour des notions et risque de commencer son année en septembre prochain avec des bases bien moins solides. Par ailleurs, poursuivre le travail scolaire en été pourrait être une bonne façon de ne pas perdre le rythme et favoriserait la rétention des notions apprises pour l’année suivante. Bref, la meilleure façon de voir l’échec, c’est d’y penser comme une expérience qui nous met dans une position inconfortable, mais qui est riche en enseignement pour le futur.

QUOI FAIRE?
Comme des milliers d’autres élèves du Québec (eh non, vous n’êtes pas seul!), une fois la nouvelle digérée, vous vous demanderez vers où vous tourner. Deux options s’offrent à vous. Commençons par parler des cours d’été. De nombreuses commissions scolaires et plusieurs écoles privées en donnent. Ces cours offrent l’avantage d’être donnés en petits groupes. Les enseignants peuvent consacrer toute leur attention à votre enfant en difficulté. La matière est vue de façon intensive, un jour après l’autre, ce qui facilite nécessairement son assimilation. Les cours d’été, malgré qu’ils soient vus comme un fardeau, sont un environnement d’apprentissage idéal qui permet à tous les élèves de surmonter leurs difficultés.
L’autre option, c’est le tutorat. Il s’agit également d’un environnement idéal pour progresser. Le tutorat est une excellente solution puisque le tuteur peut se consacrer toutes ses énergies aux problèmes particuliers d’un élève. Il peut aussi s’ajuster au rythme d’apprentissage de l’élève qu’il suit, passant plus de temps, par exemple, sur une notion qui accroche particulièrement. De plus, le tutorat permet d’établir une relation privilégiée entre le tuteur et l’élève. Dans la plupart des cas, le fait qu’ils soient en contact sur une longue période de temps un à un fait naître une complicité entre les deux. Cette complicité joue en faveur de l’apprentissage de votre enfant puisque celui-ci trouve un certain plaisir dans les périodes de tutorat.

Finalement, pour les élèves qui n’ont qu’à passer à nouveau leurs examens du Ministère, vous trouverez toutes les dates ici.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

Les cours d’été: cours de la seconde chance!

Charlie a réussi son français de 1re secondaire avec 62 %. Que lui arrivera-t-il en septembre prochain? Fort est à parier qu’elle commencera l’année avec un retard par rapport aux autres élèves et que celui-ci s’accentuera au fil du temps, balayant dans son sillage toute motivation. Comment éviter une telle situation? En suivant un cours d’été, par exemple.

Les cours d'été: cours de la seconde chance!

POURQUOI SUIVRE UN COURS D’ÉTÉ?
Un cours d’été peut grandement aider l’élève qui souhaite:
• Réviser certaines notions non maîtrisées au cours de la dernière année scolaire;
• Consolider ses connaissances et développer ses compétences dans une ou plusieurs matières afin de poursuivre son cheminement scolaire à une classe supérieure;
• Se préparer à la reprise d’une épreuve ministérielle.

LES OPTIONS POSSIBLES
Les cours de groupe se donnent en classe dans de nombreuses écoles secondaires. Il suffit de vous informer auprès de votre commission scolaire. C’est la formule la plus connue.
Les cours en ligne sont aussi exigeants que les cours en classe, mais présentent un avantage de taille: la flexibilité du lieu. Une connexion Internet et le tour est joué! L’élève peut suivre son cours partout, que ce soit à la maison, au chalet ou en vacances sur le bord de la plage.

Chez Succès Scolaire, les cours se donnent en direct par un enseignant 3 h par jour, 5 jours par semaine, pendant 3 semaines. Chaque cours est enregistré et mis à la disposition de l’élève par la suite, ce qui lui permet de réécouter une explication qui lui a échappé.

Vous avez besoin d’encore plus de flexibilité? Les cours individuels permettent d’accommoder, notamment, les élèves aux prises avec un horaire atypique. Vous choisissez le moment et le lieu qui vous conviennent. Le principal avantage de cette formule est qu’elle permet de se concentrer sur les difficultés propres à chaque élève et d’avancer plus rapidement qu’en groupe.

On en convient, suivre un cours d’été, peu importe la formule, n’est jamais une partie de plaisir. Toutefois, ce sacrifice pourrait permettre à votre ado de reprendre confiance en ses capacités ou d’éviter de perdre un an avant de commencer son cégep. Et 3 semaines, c’est vite passé!

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

L’été pour un enfant surdoué

Pour un enfant surdoué, ou précoce, les vacances peuvent sembler interminables. Le camp de jour, la piscine, les randonnées à vélo et les soirées à griller des guimauves autour d’un feu risquent de le lasser rapidement s’il ne peut pas stimuler son intellect.

L'été pour un enfant surdoué

CARACTÉRISTIQUES DE L’ENFANT SURDOUÉ
Environ 2 % des enfants auraient un quotient intellectuel supérieur à 130. Voici ce qui les caractérise, en général:
• Curiosité et soif d’apprendre; capacité d’apprendre par ses propres moyens;
• Sens de l’observation très développé;
• Imagination débordante;
• Perfectionnisme;
• Hypersensibilité;
• Tempérament solitaire;
• Vocabulaire riche et construction de phrases complexes;
• Difficulté à accepter l’échec;
• Esprit critique et intransigeance envers lui-même et les autres;
• Capacité de mémorisation importante;
• Recherche de défis intellectuels.

COMMENT LE STIMULER PENDANT L’ÉTÉ?
Généralement, l’enfant surdoué finit par s’ennuyer dans un camp de jour «normal». Les camps spécialisés de sciences, d’anglais, de musique ou de sport lui permettront davantage d’apprendre et de se surpasser.
Toutefois, il existe bien d’autres options que les camps spécialisés pour répondre à ses besoins intellectuels.

1. LE PLEIN DE LIVRES À LA BIBLIOTHÈQUE OU À LA LIBRAIRIE
La lecture figure parmi les activités préférées de l’enfant surdoué. Le vôtre a sûrement lu ses livres plusieurs fois. Une visite hebdomadaire à la bibliothèque lui permettra de rassasier sa soif de lire. Biologie, histoire, astronomie, géographie, aviation, sport, politique, art: il trouvera tout ce qui lui plaît. Il pourra même emprunter des documentaires… histoire de faire changement un peu.

2. DES JEUX DE SOCIÉTÉ
Offrez-lui des jeux de connaissance ou de logique où il pourra se creuser les méninges des heures durant. Bien des jeunes y jouent seuls en se posant des questions à eux-mêmes. Voici quelques suggestions:
• Docte-Rat et Docte-Rat junior;
• Joe Connaissant;
• Ti-Joe Connaissant parcourt le monde / explore le corps humain / explore l’espace;
• iKnow (en français);
• De retour en classe;
• Architecto, Equilibrio et Tangramino: pour construire des structures;
• Suspend.

3. UNE NOUVELLE LANGUE
Apprendre une langue: voilà un défi de taille! Pour ce faire, vous pouvez l’inscrire à un cours ou achetez un cahier d’activités accompagné d’un cédérom. Il existe aussi plusieurs applications intéressantes, dont Pili Pop. Destinée aux jeunes de 5 ans et plus, elle est disponible sur Apple et Android. Votre enfant pourra pratiquer l’anglais ou l’espagnol. Il apprendra à reconnaître et à prononcer des mots de la vie de tous les jours grâce à des activités amusantes et motivantes.
En terminant, l’important est de communiquer avec lui afin de bien comprendre ses besoins. Sans stimuli adéquats, votre petit surdoué pourrait se transformer en véritable tornade!

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

L’été c’est fait pour… étudier!

Les enfants qui ont bûché fort durant l’année scolaire pourront bientôt savourer les joies de l’été qui est à nos portes. C’est leur récompense. Mais peut-être est-ce une bonne idée de ne pas ranger les livres trop loin, question de garder leurs neurones actifs!

20150612-105938-g

L’EFFET INSOUPÇONNÉ DE L’ÉTÉ
Passer un été à ne rien faire de stimulant intellectuellement et en lien avec les apprentissages de l’année qui vient de se terminer a un impact non négligeable. C’est ce que disent nombre de recherches qui ont été menées au cours des dernières décennies. En ne faisant aucun exercice permettant de consolider la matière acquise, les enfants perdraient des connaissances qu’ils ont vues durant l’année. Autant dire que l’inactivité a un coût sérieux. Pire encore, l’effet de prendre une longue pause été après été est cumulatif. Les mois à ne rien faire peuvent donc être additionnés année après année et constituer une quantité de temps importante. À bien y penser, il est concevable que de laisser complètement de côté l’école pendant des semaines puisse causer un recul. Pensez à la première journée de ski ou de golf de la saison : notre coordination est moins bonne, nos réflexes semblent disparus. C’est comme si on n’avait jamais pratiqué son sport, même après des années à s’améliorer. Et c’est la même chanson à chaque début de saison! Continuer à travailler durant l’été, c’est donc important.

TRAVAILLER, OUI, MAIS QUOI?
Mettons tout d’abord quelque chose au clair. L’été, ça reste synonyme de vacance. Il va de soi qu’après une année complète à faire des efforts, les enfants méritent des journées entières à jouer au hockey dans la rue, et des soirées à écouter des films, même s’il fait beau. Tout est une question d’équilibre. Ce qu’on veut, en effet, c’est éviter que le contraste entre la période estivale et le retour en classe soit trop prononcé.
Sans mettre la hache dans vos plans de vacance à l’étranger, vous pouvez convenir d’un horaire allégé avec votre enfant afin qu’il puisse maintenir un contact avec le travail scolaire qui le rattrapera en septembre. Une première idée peut consister à faire un retour sur la matière qui a été vue, quelques jours ou semaines après le début des vacances. Dans le tumulte de la préparation aux examens finaux, il est probable qu’une ou deux notions aient échappé à votre enfant. Vous pouvez aussi faire un retour sur le contenu qui a posé problème. Il serait vraiment dommage qu’une difficulté le pourchasse durant la prochaine année scolaire.

Ensuite, vous pouvez le préparer à ce qui l’attend au cours des prochains mois. Il existe plusieurs livres qui présentent les notions principales pour chaque année scolaire. Il est certain que si votre enfant se familiarise un tout petit peu avec la matière à venir, il sera plus confortable et aura plus d’assurance lorsqu’il la verra en classe.

En terminant, les personnes nostalgiques -et d’un certain âge- auront remarqué que notre titre faisait allusion à une émission adorée des Québécois. Allez jeter un coup d’œil ici pour vous rappeler de bons souvenirs.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

Mon enfant a coulé son examen, quoi faire?

Échec en mathématique. C’est ce qui vient d’arriver à votre plus jeune, et ce qui touche désormais vous et votre conjoint(e). C’est un séisme d’autant plus important que vous croyiez encore qu’il serait possible de rester à flot et de se maintenir au-dessus de la note de passage. Quoi faire dans pareille situation?

20150525-102453-g

POSER LE BON DIAGNOSTIC
Pour arriver à en tirer profit, plusieurs choses peuvent et doivent être faites. Vous êtes mécontents et vous voulez comprendre ce qui s’est passé. D’abord, il faut faire un examen de ce qui s’est produit durant les semaines menant à l’Événement. S’agit-il d’un manque d’effort de votre enfant, d’une mauvaise compréhension de la matière, des deux? S’agit-il d’un manque de motivation en général? On ne règle pas chacun de ces problèmes de la même façon, d’où l’importance de poser le bon diagnostic.

UNE MEILLEURE COMMUNICATION
Ensuite, vous devez favoriser une communication accrue avec l’enseignant de votre enfant. C’est lui qui est aux premières loges de ses succès et de ses échecs. C’est lui qui en sait le plus sur ce qui se passe entre les murs de la classe. C’est donc lui qui est en mesure de fournir les meilleures solutions pour corriger les problèmes encourus.

Pour certains parents, la communication avec l’école ou l’enseignant peut s’avérer pénible. L’échec de votre enfant crée invariablement une situation tendue, ce qui peut agir comme un frein à des échanges sains et constructifs. Dépendamment de leur personnalité, certains parents seront mal à l’aise d’échanger avec l’enseignant de leur enfant. Dans le pire des cas, ils le soupçonneront d’être en partie responsable de l’échec.

Plus la communication est difficile, moins il est possible d’avancer. C’est la coopération entre les parents et l’école qui règle le plus rapidement le problème. C’est cette communication qui permet de trouver des pistes de solution.

Si vous souhaitez poursuivre la réflexion sur cette question, nous vous suggérons de visionner ce séminaire web avec Sylvie Bastien-Doss, spécialiste en communication parents – enseignants.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

Préparer l’entrée à la maternelle de son enfant

Dans quelques semaines, votre enfant fera son entrée à la maternelle, une étape cruciale dans son éducation. Il passera dans la cour des grands puisqu’il accédera à un nouvel univers de découvertes et d’apprentissages. Quelques conseils pour une entrée en douceur…

Préparer l'entrée à la maternelle de son enfant

ATTENTES ET INQUIÉTUDES
Pour la plupart des enfants, commencer l’école est une grande joie. Ils sont mûrs pour franchir cette étape; ils ont hâte de découvrir un nouvel environnement, de nouvelles personnes, de nouvelles activités.
Pour d’autres, ce changement majeur dans leur vie représente une grande source d’anxiété. Soyez donc à l’écoute des inquiétudes de votre bambin et demandez-lui ce qui lui fait peur. Ainsi, vous pourrez le rassurer. Démontrez-lui également combien vous êtes heureux qu’il entre à l’école et que vous avez confiance en ses capacités.

Expliquez-lui sa nouvelle routine en précisant que certaines choses resteront les mêmes. Par exemple: «Tu prendras l’autobus le matin et iras au service de garde le midi et après l’école. C’est papa qui ira te chercher en terminant de travailler, comme c’est le cas en ce moment.»

DÉCOMPTE
Préparez avec votre enfant un calendrier pour compter les jours avant le début des classes, comme il le fait lorsqu’il attend Noël. Vous créerez un engouement par rapport au grand jour.

PARTICIPATION ACTIVE AUX PRÉPARATIFS
Faites-le participer aux préparatifs de la rentrée. Il sera fier de choisir son sac à dos, son étui à crayon, son tablier ou bien ses souliers neufs. Bien sûr, s’il a un don inné pour jeter son dévolu sur l’item hors de prix, vous gardez votre droit de veto! L’objectif est qu’il se sente impliqué, pas qu’il prenne le contrôle de votre budget.

CE QUI L’ATTEND
À la maternelle, votre enfant vivra de nouvelles expériences et développera de nouvelles habiletés telles que :

• Développer sa motricité (fine et globale);
• Assumer des responsabilités et s’affirmer;
• Vivre en harmonie avec les autres;
• Apprendre à s’exprimer et à s’intéresser aux activités langagières;
• Découvrir et comprendre le monde qui l’entoure;
• Aller jusqu’au bout de ses activités.

Pour le préparer, nous vous proposons de créer le «Tableau des activités que j’ai réalisées cet été».

Dans la première colonne, écrivez des activités parmi celles proposées dans la liste ci-dessous. Puis, dans les colonnes suivantes, faites-lui coller un collant chaque fois qu’il réalisera une activité. Ainsi, il se préparera à l’école tout en éprouvant plaisir et fierté.

  • Je dessine, je découpe, je colle, je joue avec de la pâte à modeler.
  • J’attends mon tour pour parler. J’écoute la personne qui parle.
  • Je joue dehors. Je joue au parc. Je joue à des jeux éducatifs seul et en famille (mémoire, casse-tête, serpents-échelles).
  • J’apprends les parties de mon corps. Je regarde des livres et j’écoute des histoires.
  • Je m’habille seul.
  • Je chante des chansons et apprends des comptines.
  • Je nomme mes émotions (ex. Je suis fâché. Je suis triste.).
  • J’exécute une consigne du premier coup.
  • J’exécute des tâches (ex. arroser les plantes, plier les débarbouillettes).
  • Je commence une activité et la termine. Je persévère.
  • Je partage mes jouets. Je range mes jouets.

 

UN DÉPART EN SANTÉ
Une petite visite chez les professionnels de la santé s’impose. Le dentiste s’assurera que tout va bien dans la bouche de votre enfant. Une carie peut causer de la douleur, nuire au sommeil, à la concentration, à la croissance et au langage.
Saviez-vous que 25 % des enfants d’âge primaire présentent un problème de vision? Et un enfant qui ne voit pas bien ne sait pas toujours ce que c’est de bien voir. Un simple rendez-vous chez l’optométriste pourrait permettre d’éviter bien des difficultés scolaires.

Bonne nouvelle: les examens dentaire et visuel sont couverts par la Régie de l’assurance maladie du Québec.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

Comment choisir la bonne activité parascolaire?

Karaté? Danse? Piano? Peinture? Les choix d’activités parascolaires sont infinis…ou presque. Comme la période d’inscription arrive à grands pas, nous vous proposons quelques conseils qui vous aideront à prendre une décision éclairée qui conviendra aussi bien à votre enfant qu’à vous-même. Après tout, c’est vous le banquier et le chauffeur de taxi!

Comment choisir la bonne activité parascolaire?

LE PLAISIR AVANT TOUT
L’activité parascolaire doit d’abord et avant tout être une source de plaisir qui permettra à votre enfant de se développer sur le plan personnel. Selon l’activité choisie, il pourra acquérir de la confiance en soi, de la patience, des aptitudes relationnelles…

Un enfant qui éprouve des difficultés scolaires, mais qui excelle au hockey, ira ainsi chercher la valorisation qui lui fait défaut en classe. C’est également grâce aux activités parascolaires que plusieurs jeunes trouvent leur motivation à réussir à l’école.
En tant que parent, il faut savoir s’effacer et écouter son enfant. Qu’est-ce qui l’intéresse? Est-ce qu’il veut faire du judo comme l’an passé ou essayer une nouvelle activité?

L’ARGENT: UN IMPONDÉRABLE
Certaines activités comme le ski alpin ou le piano entraînent d’importantes dépenses. Vous devez être en mesure d’absorber leurs coûts.

Si tel n’est pas le cas, expliquez à votre enfant que votre refus est une question budgétaire. Le budget «loisir» est pour toute la famille: il doit donc rester des sous pour les activités des autres membres de la famille. Vous pouvez lui proposer d’autres activités moins coûteuses, mais tout aussi plaisantes.

L’achat d’équipement usagé (mais encore en excellent état) peut vous aider à réduire les coûts d’une activité.

Autre suggestion: vous pouvez aussi demander aux grands-parents, parrain et marraine de contribuer en donnant de l’argent comme cadeaux d’anniversaire ou de Noël pour aider à payer l’inscription, l’équipement ou le matériel nécessaire.

LE TEMPS
On doit aussi tenir compte du facteur temps. Le choix d’une activité doit prendre en considération la logistique des horaires. Toutes les options sont bonnes; il suffit de choisir celle qui vous convient:

• Une activité par enfant par session;
• Tous les cours des enfants dans une seule plage horaire (le mardi soir ou le dimanche matin, par exemple);
• Les activités étalées pendant toute la semaine.

Enfin, rappelez-vous que tout est une question d’équilibre. Il doit rester du temps pour faire les devoirs et leçons, pour passer des moments en famille, pour voir les amis, pour relaxer et pour dormir suffisamment.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

La motivation: clé de la réussite scolaire

Apprendre, c’est une expérience agréable. Apprendre, c’est satisfaire sa soif de connaissances. Apprendre, c’est acquérir les outils pour réussir sa vie tant personnelle que professionnelle. Apprendre, c’est pour soi-même… pas pour plaire à ses parents ou à ses professeurs. Et qu’est-ce que ça prend pour apprendre? De la motivation.

La motivation: clé de la réussite scolaire

On s’est tous déjà fait dire: «c’est important d’apprendre la trigonométrie, ça va te servir un jour» ou «tu dois étudier longtemps si tu veux avoir un bel avenir.» Est-ce que c’était assez pour vous motiver? Non, assurément. Voici donc quelques trucs pour agir concrètement sur la motivation de votre enfant.

PARLEZ POSITIVEMENT DE L’ÉCOLE
Encouragez votre enfant en lui parlant de vos expériences positives. Dites-lui que c’est madame Lucie qui vous a fait découvrir les joies de la lecture ou que grâce à monsieur Jean-Claude, qui vous a enseigné la géographie en 1re secondaire, vous êtes devenu passionné de voyages.

Si vous racontez à votre enfant à quel point vous détestiez l’école quand vous étiez jeune ou que vous critiquez sans cesse ses professeurs, il risque de faire siennes vos convictions.

INTÉRESSEZ-VOUS À CE QU’IL FAIT À L’ÉCOLE
Demandez-lui ce qu’il a appris, ce qu’il a le plus et le moins aimé de sa journée. L’important, c’est que votre enfant sente que ce qu’il vit à l’école est important pour vous.

Établissez également une routine des devoirs. En cultivant cette bonne habitude dès la première année (il n’est jamais trop tard pour commencer), votre enfant a de fortes chances de la garder tout au long de sa scolarité. De plus, l’aider à faire ses devoirs et à apprendre ses leçons lui démontrera votre intérêt pour l’école et sa réussite.

ÉTABLISSEZ DES OBJECTIFS CONCRETS ET RÉALISTES
Prenez le temps de discuter avec votre enfant des objectifs à atteindre au cours de l’année et des stratégies à adopter pour y parvenir. N’hésitez pas à les ajuster en cours de route, que ce soit à la hausse ou à la baisse.

VALORISEZ LES EFFORTS PLUS QUE LES RÉSULTATS
L’amour que vous portez à votre enfant n’a aucun lien avec ses résultats scolaires. Expliquez-lui que l’important, ce sont les efforts qu’il fournit. S’il donne toujours le meilleur de lui-même, vous serez fier de lui. Félicitez-le pour ses progrès ou ses bons résultats. Vous pouvez même lui accorder une récompense ou un privilège, à l’occasion, pour couronner ses efforts.

MULTIPLIEZ LES OCCASIONS D’APPRENDRE
Vous allez magasiner en solo? Faites un détour dans une librairie et achetez-lui un livre sur un sujet qui l’intéresse. Il sera ravi.

Un dimanche pluvieux? Profitez-en pour aller à la bibliothèque, pour jouer à des jeux de société en famille ou pour écouter un documentaire.

Vous ne connaissez pas la réponse à sa 48e question de la journée? Plutôt que de lui servir un «je ne sais pas», cherchez plutôt la réponse ensemble sur internet.

Et voilà, toutes les occasions sont bonnes pour apprendre dans le plaisir!

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

Une journée spéciale pour dire MERCI!

Chaque année, le 5 octobre, se tient la Journée mondiale des enseignants afin de célébrer leur rôle essentiel dans la vie des enfants, les adultes de demain.

Une journée spéciale pour dire MERCI!

Enseigner, c’est plus qu’apprendre aux enfants les règles de grammaire, les fractions, les dates historiques ou les éléments du tableau périodique.

Enseigner, c’est encourager les jeunes à développer leur plein potentiel.

Enseigner, c’est les aider à développer leur pensée critique.

Enseigner, c’est les encourager à poursuivre leurs rêves et à donner libre cours à leurs passions.

Enseigner, c’est leur ouvrir les portes d’un monde meilleur.

Enseigner, c’est…

QUELQUES FAÇONS DE LEUR DIRE MERCI
Que ce soit en personne, un courriel, une carte de souhaits ou un simple message écrit à la main, tous les moyens sont bons pour remercier les enseignants de votre enfant. Et pas besoin de posséder de grands talents de romancier pour faire plaisir. Parlez (ou écrivez) simplement avec votre cœur.

Voici tout de même quelques suggestions pour vous inspirer:

• Merci de pousser Logan à se dépasser jour après jour.
• Merci d’avoir fait découvrir à Lili le plaisir que procure la lecture d’un bon livre.
• Merci d’encourager Marylou lorsqu’elle croit qu’un défi est trop grand.
• Merci de croire au potentiel de Loïc et de le féliciter pour chacune de ses petites victoires.
• Merci d’être qui vous êtes et de faire aimer l’école à Raphaëlle un peu plus chaque jour.
• Confier son enfant à un inconnu, c’est difficile. Avec vous, Aby est entre bonnes mains. Merci de votre patience à toute épreuve, de votre gentillesse infinie, de votre dynamisme et de votre sourire communicateur.
• Merci d’accepter Malik tel qu’il avec, avec ses forces et ses faiblesses.

TOUTES LES OCCASIONS SONT BONNES POUR DIRE MERCI
Pas besoin d’attendre la Journée mondiale des enseignants, Noël ou la fin de l’année scolaire pour dire MERCI aux enseignants de votre enfant.

Votre fille a adoré sa sortie au musée? Vous pouvez écrire un message du genre: «Quelle bonne idée d’amener les enfants au musée! Éloïse en arrive et demande d’y retourner.»

Votre fils a les yeux qui pétillent depuis une semaine? Manifestez-vous: «L’époque médiévale: excellent choix de thème! Maxime parle sans cesse de tout ce qu’il a appris.»

Et voilà, c’est aussi simple que ça dire MERCI à la personne qui passera environ 600 heures avec votre enfant au courant de l’année scolaire.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin