Nouveau partenariat avec les camps d’été Edphy International

Succès Scolaire est fier de vous annoncer son nouveau partenariat avec Edphy International. Nos élèves pourront désormais poursuivre leurs séances de tutorat pendant les vacances estivales (1h ou 2h par jour/4 jours par semaine) tout en profitant, le reste de la journée, des diverses activités proposées et des magnifiques installations de l’un des six camps Edphy situés à Montréal (Collège Regina Assumpta, Collège Villa Maria, Collège Beaubois), à Longueuil (Cégep Édouard-Montpetit), à Dorval (École Jean XXIII) et à Ste-Thérèse (Académie Ste-Thérèse). Edphy International, propose, depuis plus de 50 ans, des camps à vocation principalement sportive, mais où divers programmes linguistiques, artistique et technologiques sont offerts chaque été. 

Pour souligner cette nouvelle collaboration, Edphy offre aux clients de Succès Scolaire un rabais de 10% applicable sur le prix des programmes et camps spécialisés* de ses différents camps de jour. Pour profiter de cette offre exclusive, il suffit d’entrer le code SUCCESSCO19 au moment de l’inscription directement en ligne (à l’étape 3 de l’inscription) ou de communiquer directement avec nous par téléphone au (450) 435-6668 poste 2232. Pour plus de détails sur l’offre de service et sur les différents camps de jour, visitez le : www.edphy.com.

* La promotion ne s’applique pas aux frais relatifs au tutorat.

 

logoEdphy-50-fr

Publié dans Partenariat | Laisser un commentaire
admin

Comment compléter les rapports de suivi après 10h de cours ?

Le rapport de suivi complété à la suite de 10 h de cours donnés est destiné aux familles et aux élèves et peut être lu par les enseignants de nos écoles partenaires. Il permet de mieux comprendre les forces et les défis que vous avez identifiés pendant ce cycle de tutorat. Certains éléments me semblent indispensables à connaître pour pouvoir mener à bien ce mandat :

  1. Il est important de penser à compléter à la fin de chaque rencontre ce qui a été vu et compris par l’élève ainsi que les points à travailler au prochain cours sous l’onglet :
    « Compléter ». Que vous souhaitiez ou non le transmettre à la famille, cela vous permet de garder une trace écrite synthétique hebdomadaire avec chacun de vos élèves qui pourra être relue au moment de la rédaction du rapport de suivi.

  2. Pour détailler les points forts retenus, je donne des précisions sur la matière et les notions sur lesquelles il a progressé au moyen d’exemples concrets. Par exemple, en sciences, je vais préciser que son point fort est en chimie, en particulier concernant la méthode d’équilibre des réactions. Je vais aussi ajouter que son autonomie dans ses apprentissages s’améliore car des exercices donnés ont été faits et réussis seul entre deux séances.

  3. À propos des points à améliorer donc des défis identifiés, j’aborde à nouveau la matière travaillée et les notions précises sur lesquelles il lui faut encore évoluer. Par exemple, en français, je vais mentionner que l’élève doit encore progresser en orthographe en développant ses capacités en autocorrection et s’investir davantage dans ses apprentissages en lisant des romans.

  4. Enfin, pour conclure ce rapport de suivi, j’ajoute toujours un commentaire de synthèse récapitulant les évolutions de l’élève tant sur les matières et les contenus abordés avec l’élève que dans ses avancées méthodologiques. Je termine par un petit message d’encouragement pour l’élève et je précise les points sur lesquels nous allons axer notre travail lors des prochains cours.

  5. A éviter ! Il est aussi important de prévenir les erreurs d’interprétation de lecture des rapports de suivi par vos lecteurs. Pour cela, une relecture avec un logiciel tel que Antidote ou le dictionnaire et l’emploi de synonymes me paraît judicieux. Cela permet de parer aux fautes d’orthographe, à une syntaxe défaillante et à des impairs dans les formulations. Attention également à rester professionnel, éthique et respectueux en tout temps. Pour rester objectif, commencer son texte par le prénom de l’élève et rédiger des phrases impersonnelles est fondamental.

Enfin, en cas de difficultés rencontrées avec l’élève, la famille, les enseignants, l’établissement scolaire ou toute personne impliquée dans le suivi de l’élève, il convient de faire le point avec votre personne ressource qui pourra vous conseiller au mieux dans la situation que vous vivez. Le rapport de suivi n’est en aucun cas l’outil approprié pour cela.

Si vous avez besoin de plus de détails ou d’accompagnement individualisé pour compléter vos prochains rapports de suivi de dix heures de cours achevés pour vos élèves, vous pouvez me contacter par courriel sur Succès Scolaire. Au plaisir de vous lire !

Christiane Nathalie Geillon, mentore chez Succès Scolaire

 

Publié dans Trucs pour tuteurs | Laisser un commentaire
admin

Témoignage du mois de décembre 2018

J’ai plusieurs fois recommandé Succès Scolaire. Mon fils a été un utilisateur régulier au secondaire. C’est après son échec à son premier cours de littérature obligatoire au CÉGEP que j’ai constaté que vous offriez aussi du support pour le CÉGEP. Mon fils fait une technique et donc, ce sont les cours obligatoires qui sont difficiles pour lui. Je vous ai référé à un collègue dont sa fille a échoué un cours de français et qui risque de ne pas graduer comme infirmière. Et on sait la pénurie au Québec!

Sylvie

Publié dans Témoignages du mois | Laisser un commentaire
admin

Découvrez Marta Gaspar Carpinteiro, tutrice et mentore

Marta Gaspar Carpinteiro travaille pour Succès Scolaire depuis six ans. Tutrice pendant plusieurs années, elle assume maintenant le rôle de mentore auprès des autres tuteurs.

Processed with VSCO with c1 preset

Marta

Marta, parle-nous de ton parcours scolaire.
J’ai étudié au Collège Jean-de-Brébeuf au baccalauréat international en sciences humaines, avant d’entamer mes études à l’Université McGill. J’ai alors réalisé un baccalauréat avec majeure en histoire et mineure en cinéma.

Je voulais poursuivre mes études au cycle supérieur et les études à l’étranger représentaient un beau défi pour moi. C’est pourquoi je suis partie en Suède afin de réaliser une maîtrise spécialisée dans l’étude des génocides, un mélange d’histoire, de psychologie et de politique.

Pendant ce temps, j’ai essayé le tutorat à distance, mais c’était trop compliqué en raison du décalage horaire. Il aurait fallu que les séances se déroulent la nuit, ce qui n’est pas pratique du tout !

 

Qu’enseignais-tu aux jeunes en tant que tutrice ?
J’ai commencé à être tutrice à l’université, pris une pause pendant ma maîtrise, et recommencé à mon retour à l’été 2016. J’enseignais toutes les matières, de la 4e année au 4e secondaire… sauf les sciences de 4e secondaire.

J’ai malheureusement dû arrêter le tutorat en juin 2018, parce que j’ai maintenant un emploi à temps plein dans mon domaine. Mais je suis toujours mentore auprès des autres tuteurs.

 

En quoi consiste le rôle de mentore ?
Nous sommes quatre mentors. Chacun est responsable de certaines matières et de thèmes en lien avec le tutorat. Pour ma part, je suis responsable de l’histoire, de l’anglais et de la méthodologie (préparation à un examen, organisation du temps et du matériel, motivation…).

Ainsi, les tuteurs peuvent communiquer avec moi pour me poser leurs questions. À quel endroit puis-je trouver des exercices d’anglais de 1re secondaire ? Quelles stratégies pourrais-je donner à un jeune de 10 ans démotivé ? Est-ce que tu pourrais m’aider à expliquer telle notion en anglais ? Voilà le genre de questions auxquelles je réponds régulièrement.

 

Quel est ton emploi actuel, à l’exception de Succès Scolaire, bien sûr ?
Je travaille pour une compagnie qui produit des films documentaires. En ce moment, j’assure la recherche et la coordination du tournage pour un documentaire qui portera sur l’intimidation en ligne.

Je suis également impliquée dans la création de contenu pédagogique. L’expertise que j’ai acquise chez Succès Scolaire me permet de faire le pont entre le contenu culturel et le contenu pédagogique des documentaires.

 

Qu’est-ce qui te faisait vibrer alors que tu étais tutrice ?
Pouvoir redonner de la motivation aux jeunes qui avaient besoin d’une approche plus pratique, moins théorique, particulièrement en mathématiques.

 

Que dirais-tu à ceux qui hésitent à devenir tuteurs ?
Tous les types de personnes peuvent aider les jeunes à l’école. Moi-même, je n’avais pas du tout le profil pour enseigner dans une classe de 28 jeunes. Le tutorat, c’est complètement différent, car tu as un contact direct et individualisé avec l’élève. De plus, tu vois rapidement les retombées positives de ton travail. Quand tu vois dans son regard qu’il vient de comprendre une notion jusque là incomprise, quand il est fier de te montrer le résultat de son examen, quand il t’accueille avec le sourire, car il a envie de te voir… ça n’a pas de prix.

Le tutorat est un processus à long terme qui peut être très demandant pour l’élève comme pour le tuteur. Même si les notes d’un élève ne changent pas du jour au lendemain, ce sont les petites améliorations qui permettent de garder la motivation.

 

En terminant, tu aurais un truc à partager aux nouveaux tuteurs ?
Ne restez pas seuls avec vos interrogations. Toute une équipe est là pour vous aider, alors n’hésitez jamais à consulter les chargés de compte et les mentors.

Publié dans Portrait des tuteurs | Laisser un commentaire
admin

EMPLOI – Tuteurs et tutrices sur la Rive-Sud

Un boulot intéressant, bien payé, près de chez toi sur la Rive-Sud, dont tu choisis l’horaire… Ben oui, ça existe!

 

Pour travailler avec Succès Scolaire, c’est simple: tu fixes ton horaire, le nombre d’heures souhaitées, les matières scolaires que tu maîtrises et le niveau (primaire, secondaire, collégial) qui t’intéresse. Nous, on trouve les élèves qui y correspondent dans ton secteur et on s’occupe de gérer les tâches administratives.

 

Pourquoi on est la bonne équipe pour toi?

  • Parce que la conciliation travail-études est simple comme bonjour: on comprend ta réalité et on s’y adapte
  • Parce que le taux horaire est concurrentiel (entre 17 et 25 $ de l’heure)
  • Parce que tu as accès à des outils et un réseau qui t’aident à être au sommet de ton art
  • Parce que tu peux offrir tes services où tu veux au Québec
  • Parce qu’on peut t’offrir des horaires optimisés très avantageux dans ton secteur
  • Parce qu’on se fait un honneur de toujours t’aider avec bonne humeur et compréhension
  • Parce que tu as accès à un soutien personnalisé par une personne-ressource qui t’est assignée
  • Parce qu’on peut t’offrir une job en enseignement si tu es en voie de posséder ton brevet

 

Le meilleur dans tout ça, c’est que c’est tellement simple de déposer ta candidature! Si tu as…

  • Complété un minimum de 12 crédits;
  • Un dynamisme contagieux et l’habitude de travailler avec les jeunes;
  • Une bonne connaissance d’au minimum une matière scolaire;
  • Un grand talent de pédagogue;
  • Au minimum 4 heures de disponibilités hebdomadaires

 

…alors tu es la/le bienvenu.e dans l’équipe! Clique ici pour déposer ta candidature.

Publié dans Offres d'emploi | Laisser un commentaire
admin

Témoignage du mois de novembre 2018

« Succès scolaire offre un service hors pair aux familles. Votre formule d’aide à domicile est vraiment appréciée car il est difficile de faire arrimer tout ce qu’on doit faire dans une semaine avec plusieurs enfants! Les comptes rendus de la tutrice m’ont permis de suivre l’évolution de mes enfants et ce même dans un contexte de garde partagée donc encore une fois très apprécié! Merci pour tout. »

 

Jennifer

Publié dans Témoignages du mois | Laisser un commentaire
admin

Témoignage du mois d’octobre 2018

« L’enseignement via le portail en ligne est vraiment génial. Les outils sont adaptés et l’élève peut revoir les séances pour revenir sur les notions revues. Ma fille revoit, avec ses amies à l’école, juste avant les examens, les notions vues avec sa tutrice et cela la sécurise énormément! Nous recommandons vivement Succès Scolaire! »

Mélanie

Publié dans Témoignages du mois | Laisser un commentaire
admin

À découvrir ce mois-ci

Lalilo : Quand l’intelligence artificielle s’invite chez les plus petits
Lalilo, c’est une plateforme web unique qui utilise l’intelligence artificielle afin de permettre l’apprentissage de la lecture sur mesure. Ainsi, l’élève avance à son rythme et travaille selon les besoins particuliers que l’outil numérique a ciblés. Lalilo fournit également aux enseignants la progression individualisée des élèves en détaillant les composantes spécifiques réussies et à revoir. Un merveilleux « assistant »… gratuit !
Lire l’article de l’École branchée.

 

Des groupes de discussion pour développer en classe les habiletés de communication des élèves
Une enseignante de la Caroline du Nord propose plusieurs stratégies pour que les discussions en classe soient gagnantes. Pour une discussion en petit groupe, elle propose l’échange d’idées et la discussion tournante, alors que pour une discussion à laquelle participent tous les élèves d’une même classe, elle suggère le séminaire, le sommet et le débat. Mettre en place ces stratégies permet d’améliorer l’environnement social de la classe et de favoriser le développement des habiletés de communication des élèves. De la 3e année à la fin du secondaire.
Lire l’article du Réseau d’information pour la réussite scolaire (RIRE).

 

Vu sur le web
On adore Trois filles et l’enseignement autrement. Dans cette vidéo, elles vous présentent leurs trouvailles du Dollarama pour travailler les fractions. Elles vous partagent également des idées d’activités à réaliser pour travailler les trois dimensions, c’est-à-dire la collection, la surface et la mesure.

Every kid needs a champion : Rita Pierson, enseignante depuis 40 ans, a déjà entendu une collègue dire qu’elle n’était pas payée pour aimer les enfants. Ce à quoi elle a répondu : « Les enfants n’apprennent pas des personnes qu’ils n’aiment pas. » Elle invite les acteurs de l’éducation à croire en leurs élèves et à connecter sincèrement avec eux, tant sur le plan humain que personnel.
Visionner la TED conférence. En anglais, transcrit en français

 

À aimer sans modération
Zapiens — communication scientifique : Zapiens, c’est la science pas trop sage, mais combien intéressante ! La science expliquée avec un zeste de créativité. Zapiens, c’est une boîte de communication scientifique dont la mission est simple : rehausser la culture scientifique des Québécois, que ce soit les enfants ou les adultes.
Site web
Facebook

Les Petits Pois lisent tout : Une équipe de lecteurs vous propose des suggestions de lecture pour les jeunes du primaire.
Site web
Facebook

 

À lire
Journal d’une nouvelle enseignante : de l’université à la salle de classe, d’Eryka Desrosiers. Enseignante au primaire et au secondaire, l’auteure est passionnée par l’éducation. Elle a écrit ce livre pour les nouveaux enseignants qui font face à des difficultés spécifiques ou qui cherchent des réponses à leurs questions. Elle le présente ainsi :

« Ce n’est pas facile d’entrer dans le milieu éducatif, de nous sentir bien, à la hauteur, d’avoir assez confiance en nous pour croire en notre bon travail et d’arriver enfin à y trouver notre place tout en restant fidèles à nos convictions, nos valeurs et nos intérêts personnels.

L’idée d’écrire un livre sur l’enseignement m’est venue pendant ma deuxième année de travail dans le milieu. À ce moment, j’étais certaine de ne pas être seule dans mon monde de remise en question. Je savais aussi que mes désirs, mes questionnements, mes frustrations et mes déceptions ne venaient probablement pas seulement de moi ou de mes débuts dans cette carrière. »

©Stockvault

©Stockvault

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire
admin

Découvrez Roland Dama

Originaire de la Côte d’Ivoire, Roland Dama s’est établi, en novembre 2017, d’abord à Montréal, puis à Sudbury en Ontario. Faites connaissance avec lui.

Roland Dama

Roland, parle-nous de ton parcours scolaire.
J’ai effectué mes études en Côte d’Ivoire. Mes diplômes équivalent à un baccalauréat en économie et à une maîtrise en gestion et administration des entreprises. Au départ, j’étais supposé m’inscrire à HEC Montréal, à un diplôme d’études supérieures spécialisées. Cependant, mes projets ont changé depuis…

Que s’est-il passé ?
Lorsque je suis arrivé à Montréal, j’ai eu l’opportunité d’être sélectionné par Succès Scolaire en qualité de tuteur. J’ai littéralement eu la piqûre pour l’enseignement au fil de mon expérience ! Je me suis donc retrouvé devant un choix difficile : rester au Québec et étudier pendant 4 ans pour obtenir mon diplôme d’enseignant ou migrer vers l’Ontario pour ne retourner que 2 ans sur les bancs d’école. J’ai finalement opté pour l’Université Laurentienne, une université francophone à Sudbury, en Ontario. Mais j’avoue que mon choix a été assez douloureux, car j’ai un coup de cœur particulier pour le Québec.

Est-ce que tu continues d’être tuteur même si tu n’habites plus Montréal ?
Bien sûr ! Lorsque j’habitais Montréal, non seulement je me déplaçais au domicile des élèves mais je faisais également le tutorat en ligne. Depuis que je suis déménagé en Ontario le 2 juillet, les séances de tutorat ont lieu uniquement en ligne.

J’enseigne aux élèves de la 5e année au 3e secondaire, principalement les mathématiques, mais aussi les sciences et technologies, le français et l’histoire.

L’histoire du Québec et du Canada : ça doit être tout un défi quand on ne vient pas d’ici ?
Tout à fait ! Mais c’est un défi qui me passionne particulièrement. J’en découvre tous les jours sur votre richesse historique. Cela renforce grandement ma culture personnelle.

Que préfères-tu du métier de tuteur ?
Le sentiment d’apporter quelque chose aux jeunes pour leur autonomisation, le sentiment de contribuer à leur épanouissement intellectuel et social… ça n’a pas de prix. De plus, c’est très plaisant de voir le bonheur que ressentent les parents quand ils constatent la progression de leur enfant. C’est un retour auquel j’accorde beaucoup d’intérêt. Cela en a toujours été ainsi même lorsque j’exerçais le tutorat en Côte d’Ivoire.

Être tuteur ou enseignant en Côte d’Ivoire et au Canada, c’est la même chose ?
Même si le but demeure le même, c’est-à-dire de former les jeunes pour les rendre autonomes dans la société, il y a tout de même des différences marquantes. La principale, c’est la technologie. Ici, les institutions sont à la fine pointe de la technologie : tableau blanc interactif, cours de programmation, utilisation de tablettes pour apprendre des notions en tous genres…

Même son de cloche du côté de l’ergonomie des classes. En Côte d’Ivoire, l’enseignement magistral domine. L’enseignant explique la matière, puis les élèves doivent restituer ce qu’ils ont appris. Par ailleurs, on ne tient pas toujours compte des besoins particuliers de certains élèves. Au Canada, des chercheurs travaillent en permanence sur l’éducation et l’apprentissage. L’école est au cœur des besoins de la société. Les classes flexibles, par exemple, favorisent le respect du rythme et des capacités des enfants. Beaucoup d’efforts sont réalisés en Côte d’Ivoire, mais on n’a pas encore atteint le même niveau qu’ici.

Un dernier mot en terminant ?
Avec plaisir ! On entend peu parler d’elle, mais l’équipe administrative de Succès Scolaire réalise un travail colossal. Dès mon arrivée, on m’a encadré afin de me donner tous les outils nécessaires pour faciliter mon travail. Comment communiquer avec les parents ? Comment se déroule la première séance de tutorat avec un élève ? Comment réagir dans telle ou telle situation ? Toute une équipe est déployée autour des tuteurs afin d’offrir le meilleur service qui soit aux jeunes et aux parents. On ne voit pas ces travailleurs de l’ombre, mais ils sont essentiels.

Publié dans Portrait des tuteurs | Laisser un commentaire
admin

Article de mentor : Le sens de lecture et opérations algébriques

Lors de nombreuses séances de tutorat, j’ai pu constaté qu’une certaine confusion persiste autour du sens de lecture des équations algébriques. Prendre un moment pour expliquer les nuances qui peuvent sembler contradictoires peut s’avérer utile afin d’assurer le bon cheminement de vos élèves.

Il existe effectivement plusieurs points à préciser. On dit souvent qu’une équation se lit de gauche à droite, mais ce n’est malheureusement pas toujours aussi simple. En effet, certaines opérations se lisent de gauche à droite, comme la soustraction (3-2). D’autres, comme la distribution d’un exposant, peuvent se faire en sens inverse de la droite vers la gauche: (xy)2 =x2y2. Même pour l’exposant, il existe parfois un équivalent en lecture de gauche à droite, comme l’utilisation de la racine: (√x = x1/2).

D’autres opérations se lisent de gauche à droite sur papier mais possèdent théoriquement une double interprétation, comme l’addition qui est une opération commutative: 3+2 donne le même résultat que 2+3. Pour compliquer le tout, la soustraction (non-commutative) est équivalente à l’addition (commutative) de l’inverse additif: 3+ (-2) est équivalent à (-2)+3.

De plus, lors de la simplification d’une chaîne d’opérations ou d’une expression algébrique, on propose habituellement à l’élève de suivre l’ordre de priorité des opérations, de sorte que l’élève peut approcher l’expression par une analyse par sections autour des parenthèses.

Finalement, le symbole logique d’égalité pose ses propres difficultés. Il peut être perçu comme une opération 2+3 = 5 (cette perception peut être associée à l’opération de peser = sur la calculatrice). On voit souvent une erreur d’écriture en lien avec cette vision procédurale du symbole d’égalité. Par exemple, un élève peut écrire que l’air du cercle de rayon 3 vaut 3×3 = 9 x π = 28.27. Lors de cette erreur courante, la valeur π va multiplier 9 pour aller donner la réponse finale qui va suivre le second symbole = même si l’élève ne veut pas dire que 3×3 = 28.27, (ce qui serait la lecture correcte de cette écriture, par transitivité de l’égalité). Dans ce cas, le symbole est utilisé presque comme une opération et lu de gauche à droite.

En fait, le symbole d’égalité, sans être une opération, est aussi ‘commutatif’: x+2 = 3x +5 est équivalent à 3x +5 = x +2. Chaque côté de l’équation possède ensuite toutes les nuances du sens de lecture expliquées préalablement.

L’apprentissage de l’écriture mathématique peut s’avérer complexe lorsqu’on en observe les nuances, il est donc normal qu’une certaine confusion peut persister chez vos élèves.

Vous avez des questions ou besoin d’accompagnement dans votre rôle de tuteur en mathématiques? N’hésitez pas à me contacter via le portail (section Ressources).

Félix Lambert, tuteur et mentor chez Succès Scolaire

Publié dans Trucs pour tuteurs | Laisser un commentaire
admin