Découvrez Évelyne Lecavalier-Hurtubise

Tutrice depuis avril 2017, Évelyne Lecavalier-Hurtubise est une passionnée de sciences et d’éducation. Faites connaissance avec elle.

Photo

Évelyne, parle-nous de ton parcours scolaire.
Je suis en train de faire mon baccalauréat en physique, à l’Université de Montréal. Toutefois, cette année, j’ai décidé de partir À Fribourg, en Suisse, pour y suivre une formation universitaire complémentaire, principalement philosophique, centrée sur la personne humaine. Depuis septembre dernier, j’habite en communauté avec des gens de plusieurs pays d’Europe. Cette expérience dépaysante me permet notamment de comprendre mieux la réalité des personnes immigrantes.

Quelle est ta clientèle chez Succès Scolaire ?
J’enseigne surtout les mathématiques et les sciences en général, mais j’aime aussi, de plus en plus, aider les élèves en anglais langue seconde. Je suis les jeunes du secondaire et du cégep, mais j’aimerais aussi enseigner aux enfants du primaire. Un tout autre défi !

Les rencontres ont lieu soit au domicile de l’élève, au centre d’apprentissage situé dans le quartier Côte-des-Neiges à Montréal ou en ligne.

Quels sont les avantages du tutorat en ligne ?
Même si le tutorat en face à face serait, selon moi, optimal pour certains jeunes, cela se passe très bien avec la plupart des élèves. Je trouve cette méthode vraiment utile, car elle permet aux jeunes des régions éloignées d’avoir accès au tutorat.

De plus, elle me permet de continuer à aider des élèves cette année tout en étudiant en Suisse. Bien sûr, je dois tenir compte du décalage horaire lorsque je planifie mes rencontres, mais tout se passe à merveille.

Je suis d’ailleurs très heureuse de revenir à temps pour aider les jeunes à se préparer en vue de leurs examens finaux.

Qu’est-ce que ça signifie pour toi enseigner ?
Pour moi, enseigner, c’est un art qui s’apprend et se perfectionne en continu. La structure globale et les objectifs des cours demeurent inchangés, mais tel un même paysage peint par des artistes différents, les notions que les enseignants nous apprennent demeureront toujours indissociables de la manière unique et ingénieuse de nous les transmettre.

Enseigner, c’est aussi découvrir LA façon de présenter la matière afin que l’élève devant moi comprenne. Et s’il finit par l’aimer, c’est le summum !

Qu’est-ce qui te passionne dans le métier de tutrice ?
C’est génial de voir de petites réussites devenir de grandes réussites. Je suis là pour aider les jeunes à comprendre et à cheminer.

Est-ce que tu as des passions que tes élèves et collègues ignorent ?
Je suis passionnée par la photographie sous toutes ses formes : portrait, paysage, voyage… J’ai déjà réalisé quelques contrats pour des portraits. J’aimerais beaucoup investir dans des formations et de l’équipement afin de faire davantage de contrats dans les années à venir. C’est à suivre…

Tu as des projets ?
C’est certain que je poursuivrai mes études à la maîtrise, mais j’hésite encore entre l’enseignement des mathématiques ou de la physique au niveau collégial et l’orthopédagogie. Heureusement, j’ai encore un peu de temps pour y penser.

Publié dans Portrait des tuteurs | Laisser un commentaire
admin

4 preuves que l’épargne-études favorise la réussite scolaire

Cet article est une collaboration d’Universitas.

Le succès scolaire repose sur plusieurs facteurs : les efforts investis, l’implication des parents dans les études de leurs enfants, l’hygiène de vie, l’alimentation, le sommeil, etc. Cela dit, si l’on se fie au Baromètre Universitas, une étude annuelle sur les habitudes d’épargne des Québécois, la capacité à payer les dépenses reliées aux études est l’une des difficultés les plus évoquées par les parents et les étudiants quant à la possibilité de poursuivre des études postsecondaires.

À cet égard, les statistiques sont parlantes : l’épargne-études favorise la réussite scolaire. En voici quatre exemples :

  1. Savoir dès le plus jeune âge qu’on a un REEE favorise la persévérance

62 % des jeunes de 18 à 24 ans considèrent que le régime enregistré d’épargne-études (REEE) a été un élément déterminant dans leur motivation à poursuivre des études postsecondaires. 

Plusieurs diplômés ayant profité des REEE ouverts par leurs parents en témoignent : le simple fait de savoir que ce placement était à leur disposition les a poussés à faire des études ou à persévérer dans leur parcours scolaire.

De plus, comme le REEE donne accès à un très grand nombre de formations admissibles, ici ou à l’étranger, ça en fait un investissement flexible qui permet à l’enfant de poursuivre des études qui reflètent ses intérêts et ses aspirations.

*Notons que certaines conditions s’appliquent. Pour en savoir plus, consultez notre prospectus.

 

  1. Les soucis financiers ne deviennent pas un frein à la poursuite des études

Plus du tiers des jeunes sondés ont déclaré ne pas avoir poursuivi d’études postsecondaires en raison de leurs coûts trop élevés.

Les coûts liés aux études postsecondaires demeurent une préoccupation majeure pour les jeunes Québécois et représentent l’un des freins les plus importants à la poursuite de leurs études. Cependant, les jeunes qui bénéficient d’un REEE ou de l’aide financière de leurs parents sont généralement moins préoccupés financièrement que ceux qui doivent se débrouiller par eux-mêmes.

 

  1. Les étudiants ayant un REEE peuvent se concentrer sur leurs études

 54 % des jeunes travaillent pour financier leurs études, souvent en complément d’un soutien financier.

 C’est donc plus de la moitié des jeunes qui doivent travailler en même temps qu’ils étudient. Si occuper un emploi d’été ou avoir un boulot à temps partiel leur permet de faire leurs premiers pas sur le marché du travail, avoir à conjuguer un horaire de travail trop exigeant pendant la session scolaire pourrait toutefois compromettre leur réussite.

Les jeunes qui bénéficient d’un REEE peuvent se consacrer davantage à leurs études.

 

  1. Les subventions gouvernementales favorisent l’accès à l’éducation pour tous

 Chaque dollar investi dans un REEE récolte 30 % à 60 % en subventions gouvernementales [1].

En instaurant les généreuses subventions pour l’épargne-études, le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec ont voulu favoriser l’accès aux études pour le plus grand nombre. En plus, avec le Bon d’études canadien, une subvention destinée aux familles avec de nombreux enfants ou dont le revenu est plus modeste, il est possible d’aller chercher jusqu’à 2 000 $ supplémentaires par enfant[2]! Avec Universitas, les familles admissibles peuvent recevoir ces sommes dès l’ouverture d’un REEE, sans même devoir y cotiser de leurs propres poches.

 

[1] Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) de 20 % à 40 %. Selon le revenu net familial rajusté. Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE) de 10 % à 20 %. Selon le revenu net familial rajusté. Certaines conditions s’appliquent. Consultez notre prospectus à universitas.ca.

[2] Bon d’études canadien (BEC), pouvant atteindre 2 000 $ par bénéficiaire, pour un enfant né après le 31 décembre 2003 et dont la famille est financièrement admissible. Certaines conditions s’appliquent. Consultez notre prospectus à universitas.ca.

Untitled

Publié dans Partenariat | Laisser un commentaire
admin

À découvrir ce mois-ci

L’accès à la lecture et à l’écriture pour tous, sans compromis !
Voici un résumé d’un article fort intéressant et inspirant d’École branchée.
Pour Francis Haynes, président de Haylem Technologies, l’alphabétisation est un droit fondamental qui, peu importe les limitations de la personne, doit être donné à tous et accompagné de tous les outils nécessaires pour que chacun puisse apprendre au même niveau que les autres.

C’est pourquoi les membres de son entreprise travaillent d’arrache-pied à créer des outils afin d’aider les personnes aux prises avec un trouble d’apprentissage.

Leur produit le plus connu, le Lexibar, est utilisé dans près de 80 % des commissions scolaires québécoises, dans des cliniques privées et par de nombreux parents qui ne s’en passeraient plus à la maison. Le Lexibar est un logiciel qui permet d’offrir la prédiction de mots performante et qui s’intègre à presque tous les logiciels servant à écrire sur ordinateur.

 

Améliorer la syntaxe et la ponctuation par le biais d’activités de combinaison de phrases
Selon une étude de Boivin et Pinsonneault (2014), les erreurs les plus fréquentes produites dans les textes des élèves de la 1re à la 5e secondaire sont les erreurs de syntaxe, en particulier celles liées aux homophones, à la ponctuation et à la construction de phrases complexes. Aider les élèves à appliquer leurs connaissances grammaticales dans un contexte de production écrite, voilà le défi des enseignants.

Marie Nadeau, professeure au Département de didactique des langues de l’UQAM, dirige actuellement un projet de recherche dont l’un des objectifs est de concevoir et d’expérimenter des activités innovantes dans le domaine de la syntaxe et de la ponctuation.

Elle propose entre autres des activités de combinaison de phrases. Concrètement, cela consiste à proposer aux élèves de construire une ou plusieurs phrases syntaxiquement riches à partir d’un ensemble de phrases simples et courtes.
Pour en savoir plus sur le sujet

 

30 trucs de la pédagogie 3.0 pour soulager notre tâche
Vous n’avez pas pu assister au 30e congrès de l’Association québécoise des enseignantes et des enseignants du primaire ? Qu’à cela ne tienne. Visionnez la conférence de fermeture de Stéphane Côté intitulée « 30 trucs de la pédagogie 3.0 pour soulager notre tâche ».

 

Activités à venir
Les CréaCamps, d’École branchée, sont des journées de formation continue pour les enseignants du primaire et du secondaire. Pour seulement 75 $ par personne, elles permettent de découvrir ou d’approfondir des sujets créatifs ou des approches innovantes, dans le but de les réinvestir en classe.
Prochaines formations : 13 avril Québec, 17 mai Valcartier, 5 octobre Bois-Francs, 1er novembre Montréal.
Pour en savoir plus sur le contenu des formations

 

Quelques groupes Facebook à suivre
Vous aimeriez effectuer une veille technopédagogique, échanger, réseauter ou partager du matériel ? Voici quelques groupes Facebook en éducation à suivre.

Projets d’arts plastiques : Groupe public de près de 25 000 membres. Pour les enseignants du primaire, du secondaire ou de classes spéciales qui veulent partager des idées de bricolages ou de créations artistiques.

Les trésors en éducation spécialisée : Groupe fermé de plus de 25 700 membres. Pour les intervenants en éducation spécialisée qui souhaitent partager des outils d’intervention.

Crédit: Stockvault

Crédit: Stockvault

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire
admin

À découvrir ce mois-ci

Et si on travaillait ensemble ? Comment favoriser l’engagement des parents lors d’un plan d’intervention.
Les rencontres dans le cadre d’un plan d’intervention ne sont pas toujours des moments évidents pour les équipes-écoles et pour les parents. Cet article propose des pistes de réflexion afin de favoriser la participation active des parents, notamment :

  • Définir un objectif clair à la rencontre, qui doit être centré sur les besoins de l’élève ;
  • Inclure les parents dans le processus en situant les responsabilités de chacun (l’équipe-école, les parents et l’enfant) ;
  • Communiquer efficacement en utilisant un vocabulaire accessible (on oublie le charabia pédagogique !).

Lire l’article

 

Des pratiques innovatrices pour enseigner le vocabulaire
L’utilisation des listes de mots que l’élève doit mémoriser à la maison est une pratique répandue. Toutefois, selon des recherches récentes, le vocabulaire gagnerait à faire l’objet d’un enseignement explicite et pluridimensionnel. Ainsi, en apprenant le vocabulaire en fonction de trois aspects : la forme, le sens et l’utilisation, les élèves se représenteraient mieux les mots à garder en mémoire. Cela leur permettrait entre autres de les récupérer plus facilement lors de tâches de lecture et d’écriture.
Lire l’article

 

Les défis de l’enseignement au Congo
Dans cet article de l’École branchée, Roch William Ondongo, photoreporter, nous fait découvrir les défis de l’éducation de la République du Congo (et non la République démocratique du Congo). On y découvre de nombreuses particularités des plus étonnantes pour nous, Nord-Américains. On est loin des tableaux blancs interactifs !
Lire l’article

 

Quelques groupes Facebook à suivre
Vous aimeriez effectuer une veille technopédagogique, échanger, réseauter ou partager du matériel ? Voici quelques groupes Facebook en éducation à suivre.

Enseignants et enseignantes du Québec : Groupe fermé de plus de 24 500 membres pour tous les profs du Québec. Un lieu de discussion et de partage au sujet de l’enseignement et de l’apprentissage.

Pédagogie et cie : Groupe fermé de plus de 7 000 membres. Un groupe dans lequel les intervenants partagent des idées innovantes en éducation et où on discute des différents enjeux en éducation au Québec.

Enseignants de classes à multiprogrammes : Groupe fermé de plus de 2 300 membres. Un lieu dédié aux enseignants multi où ils peuvent échanger et partager leurs expériences, stratégies, essais et erreurs. Le but : permettre de vivre de belles réussites en classe.

 

Des jeux de société pour découvrir le monde
Explorer le monde de façon ludique et amusante, c’est possible grâce aux jeux suivants. Une belle manière de « jazzer » un cours d’univers social !

  • Carte du monde magnétique + 25 aimants (CMP Import trading) : Il suffit de coller les différents panneaux magnétiques au mur et de faire voyager les personnages aimantés.
  • Drapeaux du monde (Tactic) : Les enfants pourront se familiariser avec les pays du monde avec ces 200 cartes dont chacune comporte des informations relatives à un pays : drapeau, situation géographique, superficie, capitale, population et plus encore.
  • Fin finaud voyage (Kikigagne) : 400 questions sur les différents pays et le monde en général. Les jeunes découvriront les drapeaux et capitales des 198 pays, en plus d’apprendre à les localiser et à nommer leur continent.
©Stockvault

©Stockvault

Publié dans Nouvelles, Trucs pour enseignants - directions | Laisser un commentaire
admin

Élyse Dagesse : entre le tutorat et le tango, son cœur balance

Découvrez Élyse Dagesse, passionnée des langues et de tango.

elyse_profil

Élyse, à quoi ressemble ton parcours scolaire ?
À la fin de mon secondaire, j’ai participé à un voyage d’immersion de 11 mois en Autriche. J’habitais dans une famille et allais à l’école là-bas. Je vous avoue que les trois premiers mois ont été difficiles, puisque je ne connaissais pas l’allemand et que je n’avais aucun repère. Puis, je me suis construit une vie : je me suis acclimatée à ma famille d’accueil et me suis fait des amis. Au final, c’est une expérience très enrichissante.

Puis, j’ai obtenu un DEC en arts et littérature, profil langues, où j’ai appris l’espagnol. Poursuivant dans la même veine, j’ai décroché un baccalauréat et une maîtrise en littérature française, à l’Université de Montréal.

Français, allemand, espagnol… une vraie passionnée des langues ! Mais d’où vient ton engouement pour le tango ?
J’ai découvert le tango argentin alors que je faisais ma maîtrise, en 2007. Comme j’avais terminé mes cours et que je réalisais mon mémoire, j’étais maître de mon horaire. J’ai eu la piqûre et le tango a rapidement pris beaucoup de place dans ma vie. Je suis rapidement devenue assistante, puis professeure à la compagnie de danse Tango Libre.

Comment Succès Scolaire est-il entré dans ta vie ?
Je venais de quitter Montréal pour Saint-Bruno afin d’ouvrir une deuxième école de danse, et je me sentais loin de mes repères. Je désirais aussi revenir à mes anciennes amours, c’est-à-dire l’enseignement.

C’est alors que je suis entrée en contact avec l’équipe de Succès Scolaire et que j’ai commencé le tutorat. J’enseigne donc le français, l’anglais et l’espagnol aux jeunes du secondaire, parfois du cégep.

J’accompagne les jeunes selon plusieurs formules : cours privés en ligne et à domicile, groupes de 10-15 élèves du secondaire dans une classe de leur école, cours d’été, préparation aux examens d’admission au secondaire…

Enseigner en ligne, ça doit représenter un défi ?
Le tutorat en ligne se fait surtout avec les jeunes du secondaire. En général, cela se passe très bien. Se trouver devant son ordinateur et rester concentré est tout un challenge pour l’élève, car il doit éviter de se laisser distraire par ce qui l’entoure et les bruits de notifications en tous genres. Toutefois, il s’agit d’un bon exercice qui favorise son autonomie.

Comment arrives-tu à faire entrer toutes tes activités dans ton horaire ?
Cela a l’air plus compliqué que ça l’est en réalité. L’école de danse m’occupe surtout le soir, alors je fais du tutorat juste après l’école et le samedi.

Un événement te tient particulièrement à cœur, je crois ?
En effet. Depuis deux ans, nous organisons Les 24 heures du tango pour le Parkinson, afin d’amasser des fonds pour Parkinson Québec. Cette année, une partie des fonds recueillis servira à donner des cours à des personnes atteintes de cette terrible maladie et à leur proche aidant. Cette activité leur permet de vivre autre chose que la maladie à travers la danse.

De plus, le tango procure de nombreux bénéfices. Il favorise la coordination et l’équilibre. Et combiné à la musique, il fait travailler une autre partie du cerveau.

Élyse, merci de ta générosité !

 

Publié dans Portrait des tuteurs | Laisser un commentaire
admin

Succès Scolaire cherche 2 nouveaux coordonnateurs de tutorat!

Succès Scolaire est une entreprise jeune et dynamique qui offre des services d’éducation spécialisée à domicile, dans ses centres ou directement dans les établissements scolaires, partout au Québec.

L’équipe de 26 personnes est à la recherche d’un(e) candidat(e) énergique qui saura bien s’intégrer à l’équipe.

Parmi tes tâches :

  • Trouver le meilleur tuteur ou la meilleure tutrice pour les élèves qui en ont besoin;
  • Participer au processus d’accueil de ces tuteurs, les accompagner et les guider tout au long de leur collaboration avec nous;
  • Coordonner les horaires et les optimiser;
  • Conseiller les familles;
  • Accompagner tout ce beau monde au quotidien (gestion de conflits, interventions, conseils, ressources);
  • Participer au développement de l’entreprise en t’impliquant dans des comités stimulants et en prenant des initiatives;
  • Faire partie de l’équipe qui coordonne des cours d’été dans plus de 14 écoles pendant la saison estivale.

On veut que tu :

  • Sois flexible dans les tâches à accomplir;
  • Aies un minimum d’un an d’expérience dans le service à la clientèle;
  • Sois capable de faire plusieurs tâches en même temps;
  • Aies un dynamisme contagieux;
  • Sois bilingue (anglais : intermédiaire ou avancé);
  • Sois autonome;
  • N’aies pas peur de la technologie.

 

Tes conditions de travail :

  • On t’offre des cafés filtres ou lattés et du thé pour t’aider à te réveiller le matin;
  • Des fruits gratuits pour avoir des collations santé!
  • On organise des activités où tu trouveras sûrement ton bonheur :  journée plage ou sortie ski, soirée cinéma, cinq à sept, soupers thématiques, etc…;
  • Un ‘’chilling lounge’’ pour tes besoins de repos;
  • Des possibilités de faire progresser ta carrière et mettre en pratique tes compétences;
  • Une ambiance et des collègues des plus sympathiques;
  • Des valeurs qui te ressemblent.

 

Mais plus sérieusement :

  • C’est un travail du lundi au vendredi;
  • Il y a certaines périodes de l’année où tu pourrais être invité à travailler les soirs et weekends au besoin.
  • On te demande 35 à 40 h/semaine;
  • Contrat de 1 an, avec option de renouvellement (trois mois de probation);
  • Tu auras deux semaines de vacances et trois journées personnelles pour les deux premières années;
  • Le taux horaire de départ entre 15$ et 18$/h (varie selon ton niveau d’étude et ton expérience);
  • Entrée en fonction le 1er mars 2018

Lieu de travail :

6750 rue Hutchison, bur. 201, Montréal, Québec, H3N 1Y4

(À 5 min. de marche du Métro Parc.)

Pour répondre à cette offre :

Ce poste, c’est l’occasion de développer ton sens critique, tes idées et de mettre ta couleur dans tes tâches quotidiennes.

Ça t’intéresse? Merci de faire parvenir ton CV et une lettre de motivation à l’adresse suivante: emploi@successcolaire.ca

N’oublie pas d’inclure le nom du poste dans le sujet!

Nous remercions tous les candidats qui appliquent à cette offre, cependant seuls les candidats retenus seront contactés.

Publié dans Offres d'emploi | Marqué avec | Laisser un commentaire
admin

Sarah Laflamme-Tremblay : une tutrice impliquée

Découvrez Sarah Laflamme-Tremblay, une jeune tutrice très impliquée dans sa communauté.

2016 octobre

Sarah, depuis quand es-tu tutrice chez Succès Scolaire ?
J’ai intégré la grande famille de Succès Scolaire en 2014. Depuis, j’enseigne le français, les mathématiques et l’histoire aux jeunes du primaire et du secondaire.

Qu’est-ce que ce travail t’apporte le plus ?
C’est fantastique de travailler seul à seul avec un élève. Je ne lui enseigne pas seulement le français ou les maths. J’apprends à le connaître et à bien cibler ses forces et ses défis. Cela me permet de lui proposer des activités selon ses champs d’intérêt ainsi que des stratégies axées sur ses besoins.

De plus, les parents sont témoins de la relation de confiance qui se construit entre leur enfant et moi, et des améliorations perceptibles de semaine en semaine. La reconnaissance qu’il me témoigne, ça fait chaud au cœur.

Parle-nous un peu de ton cheminement scolaire ?
Je viens de terminer mon baccalauréat en enseignement des sciences humaines et univers social… ce qu’on appelait géographie et histoire avant. Cette session-ci, je suis trois cours d’histoire afin de commencer ma maîtrise en histoire à l’automne prochain. Je vais me spécialiser en histoire de l’Europe moderne. La mythologie grecque et l’époque médiévale me plaisaient aussi, mais quand j’ai appris que je devrais apprendre le latin… disons que j’ai changé d’idée.

Quand tu n’étudies pas ou ne travailles pas, comment occupes-tu tes temps libres ?
Je suis impliquée dans le mouvement scout depuis 16 ans. Castor, louvette, guide… j’ai fait partie de tous les programmes. Et depuis maintenant 7 ans, je suis bénévole et m’occupe des plus jeunes, c’est-à-dire des Castors.

J’ai reçu mon totem à 15 ans: girafe épanouie. Chaque scout reçoit un totem. Il s’agit d’un animal qui nous ressemble le plus et d’une qualité à acquérir.

Pour moi, le scoutisme, c’est plus qu’une activité parascolaire : c’est une philosophie de vie. On mise sur l’action et le plein air. On aide les jeunes à réaliser leur plein potentiel, à devenir des citoyens responsables, solidaires et engagés.

Concrètement, on donne un défi annuel à chaque enfant : aider les autres ou prendre sa place, par exemple. Bien sûr, on leur propose des moyens pour les aider à relever le défi, puis on donne de la rétroaction régulièrement afin de suivre leur évolution. Après un an, on évalue la situation. Si l’enfant a réussi, on lui propose un nouveau défi. S’il ne se sent pas encore prêt, il garde le même défi pour l’année à venir.

2016 octLors d’une activité scoute en 2016

Après ta maîtrise, quels sont tes projets ?
Je compte faire un certificat en muséologie, car c’est un domaine qui me passionne. Puis je voyagerai avant d’avoir mes enfants. Ensuite, ce sera encore possible, mais un peu plus compliqué! J’aimerais bien aller en Europe ainsi que travailler bénévolement dans des réserves naturelles afin d’aider à protéger les animaux.

Sur le plan professionnel, cela reste à préciser, car, vous l’aurez constaté, j’ai plusieurs champs d’intérêt : enseignement de l’histoire au cégep, création de matériel didactique, musée… seul l’avenir me dira où je me trouverai dans quelques années.

Publié dans Nouvelles, Portrait des tuteurs | Laisser un commentaire
admin

À découvrir ce mois-ci

Nouveau matériel interactif en ligne pour l’alphabétisation
Le Centre de lecture et d’écriture (CLÉ Montréal) a développé du matériel interactif d’apprentissage d’alphabétisation fonctionnelle. Les exercices et les jeux sont répertoriés sous différentes rubriques :

  • Détente et bien-être
  • Affronter des situations
  • Communication
  • Arts et loisirs
  • Revenu et emploi
  • Alimentation
  • Sécurité
  • Trucs utiles
  • Santé et médecine

Les activités proposées s’adressent aux jeunes et moins jeunes et visent l’apprentissage de nouvelles notions et non pas la validation d’un apprentissage déjà effectué.

Capable comme les autres
Connaissez-vous le projet Capable comme les autres ? Il s’agit d’un projet qui permet aux élèves qui présentent des incapacités intellectuelles ou qui éprouvent de grandes difficultés à apprendre (ex. trouble du spectre de l’autisme) de s’initier à certaines habiletés essentielles à l’autonomie, soit l’utilisation des nombres, la communication écrite, la gestion du temps, la gestion de l’argent et les déplacements. Une mine de renseignements pour les parents et les enseignants !

Guides pédagogiques et cahiers d’activités (ensemble de scénarios des Films Séville)
Saviez-vous que l’entreprise Les Films de Séville met gratuitement à la disposition des enseignants plusieurs activités pédagogiques mettant en valeur quelques-uns des films qu’elle a distribués. Parmi ceux-ci Hochelaga, Terre des âmes, Opération Noisettes 2, Ballerine, 1:54, Kubo et l’épée magique, Chasse-galerie, la légende, La Guerre des tuques 3D… Découvrez les guides pédagogiques.

Conférence TED : The search for « aha » moments
Selon Matt Goldman, cofondateur de Blue Man Group, nous devons mettre en place les conditions propices au foisonnement d’idées nouvelles et innovantes. Dans sa conférence (15 minutes), il explique que dans l’humour comme en éducation, il faut savoir provoquer des moments « aha », c’est-à-dire des moments qui conjuguent surprise, apprentissage et exubérance. À écouter sans tarder !

À suivre sur Facebook

Le fabuleux destin d’une enseignante : Élise est une enseignante franco-ontarienne. Elle partage avec les enseignants ses stratégies d’enseignement et ses ressources pédagogiques, et collabore avec d’autres professionnels. Ainsi, elle offre du contenu dynamique et original.
Son site Web : http://www.destinenseignante.ca/

Quelques articles fort intéressants :

Prof numéric : On ignore son nom, mais elle se décrit comme une hyperactive pédagogique. Son dada : créer du matériel pédagogique numérique. Vous y trouverez des outils fantastiques à petit prix.
Son site Web : https://www.profnumeric.com/

Stéphanie Lemieux, boîte à outils pédagogiques : Cette enseignante et orthopédagogue met à la disposition des enseignants du primaire et secondaire de nombreux outils gratuits.
Son site Web : http://stephanielemieux.wixsite.com/orthopedagogue

shutterstock_207305233

Publié dans Trucs pour enseignants - directions | Laisser un commentaire
admin

Stephany Lafleche : une langagière au service des enfants

Découvrez cette jeune femme passionnée par le domaine du langage… et les enfants.

Stephanylafleche_2-043

Stephany, parle-nous de ton parcours scolaire.
Après un baccalauréat en psycholinguistique, j’ai effectué une maîtrise sur les fondements du langage, axée sur la recherche.

Tu es orthophoniste ?
Non. L’orthophoniste évalue et traite les personnes ayant des troubles de langage, comme la dysphasie, la dyslexie et l’aphasie. Pour ma part, je ne pose pas de diagnostic et je ne conçois pas de plan d’intervention. Mon travail consiste principalement à appliquer des stratégies d’intervention en stimulation du langage et à faire du dépistage. Bref, si je soupçonne un trouble du langage chez un enfant, je l’envoie consulter un orthophoniste… et il revient me voir pour que l’on applique son plan d’intervention.

Quelle est ta clientèle chez Succès Scolaire ?
J’accompagne surtout les enfants du primaire, mais il y a des jeunes que je suis depuis mes débuts chez Succès Scolaire, en 2013, et qui sont maintenant au secondaire. Compte tenu de ma formation, j’aide particulièrement les enfants qui vivent avec un trouble du langage, un trouble du spectre de l’autisme ou un trouble moteur qui nuit à l’apprentissage.

Quel est ton secret pour les amener à cheminer ?
Quand je rencontre un nouvel élève, la première étape consiste à créer un lien de confiance. Lorsqu’un enfant me fait confiance, il est plus motivé et déploie plus d’efforts dans ses exercices. C’est la clé.

De plus, ces enfants m’impressionnent. J’aime leur façon de voir la vie et d’affronter les épreuves avec leur défi, leur différence.

Je crois que tu es l’instigatrice d’un centre de stimulation du langage ?
En effet, après avoir travaillé quelque temps en milieu scolaire, j’ai décidé de fonder, en 2014, La Boîte à paroles. Notre équipe offre trois types de services :

  • Nous nous spécialisons dans la stimulation du langage : application du plan d’intervention conçu par l’orthophoniste, mise en place de stratégies, dépistage en milieux de garde et scolaires, etc.
  • Nous donnons des cafés-causeries au cours desquels nous échangeons sur le développement du langage des enfants.
  • D’ici quelques semaines, nous offrirons des formations en ligne aux parents afin qu’ils puissent aider leur enfant dans son exploration du langage.

Nous venons également de publier la 4e édition de notre magazine Boîte à paroles, qui est disponible en formats papier et numérique. Je suis heureuse de collaborer avec différents professionnels qui ont tous à cœur le langage chez l’enfant.

Pour terminer, qu’est-ce que les enfants qui te côtoient ignorent de toi ?
Deux à trois fois par semaine, je me lève à 4 h 30 du matin pour aller courir « un petit » 10-15 kilomètres. J’ai appris à courir sans musique, ce qui me permet de penser à ma journée, de régler un problème, de trouver une nouvelle façon d’aider un élève…
Je suis une adepte des demi-marathons : j’en fais 2-3 par an.

Publié dans Nouvelles, Portrait des tuteurs | Laisser un commentaire
admin

Des suggestions de lecture pour le temps des fêtes

Entre deux rassemblements de famille, le temps des fêtes est propice à la détente… et à la lecture. Voici quelques suggestions pour égayer vos journées de farniente.

La bibliothèque des cœurs cabossés, de Katarina Bivald
Sara, 28 ans, habite la Suède, alors que Sara, 65 ans vit dans l’Iowa, aux États-Unis. Après une correspondance assidue entre ces deux femmes, la jeune femme se décide à rendre visite à Amy. La fatalité empêchera cette rencontre. Perdue dans la petite ville de Broken Wheel, elle rencontrera plusieurs personnes qui l’aideront à monter une librairie.

Je ne suis pas de ceux qui ont un grand génie, de Sévryna Lupien
Auguste n’est pas de ceux qui ont un grand génie. Mais il a un plan : s’enfuir de l’orphelinat Sainte-Marie-des-Cieux. Sur son chemin, il rencontrera des alliés qui seront charmés par ses perceptions candides et décalées de la vie ainsi que par sa sagesse d’enfant. Cependant, les apparences sont trompeuses…

Sous l’arbre à palabres, mon grand-père disait… 2.0, de Boucar Diouf
« Le proverbe, c’est le trampoline grâce auquel la parole prend de l’altitude, c’est l’esprit d’un seul devenu la sagesse de tous, c’est la parole qui rassemble, dilate la rate, celle qui touche le cour et titille les neurones pour mieux unir les humains. Par la bouche de mon grand-père, découvrez dans ce bouquin quelques perles de la sagesse africaine. Des histoires d’hier racontées par les hommes d’aujourd’hui pour les générations de demain. Ainsi le disait si bien un sage de ma région. » Boucar Diouf

Dans ma nature, de Sophie Thibault
Dans ce livre, la chef d’antenne et talentueuse photographe Sophie Thibault présente ses photos coups de cœur des quatre dernières années. Des wapitis aux oiseaux de proie, de la Tanzanie, aux rives du Danube, elle vous invite à entrer dans son univers.

Dans une classe à part : histoires de profs inspirants, de Mylène Moisan
L’auteure raconte les histoires méconnues des héros du quotidien. Elle présente des enseignants inspirants qui font la différence dans la vie des enfants et des jeunes. Des femmes et des hommes pour qui enseigner, c’est transmettre, mais surtout, c’est motiver à se réaliser pleinement. Elle nous conduit à la rencontre de Madame Mireille qui travaille avec des enfants autistes et qui décide de se battre là où d’autres auraient depuis longtemps baissé les bras. Elle nous livre aussi l’histoire de Madame Caroline qui accorde autant d’importance à ce que ses élèves vivent à la maison que dans sa classe, quitte à troquer son crayon rouge pour un appel à la travailleuse sociale. Une classe à part raconte quelques-uns de ces petits miracles qui se produisent chaque année dans nos écoles.

Grammaire de l’imagination, de Gianni Rodari
Ecrivain italien, connu en France surtout comme auteur pour la jeunesse et pédagogue de la créativité, Gianni Rodari a regroupé ici idées et propositions destinées aux parents, enseignants, formateurs, à tous ceux qui s’intéressent aux processus de l’imagination.

book-1760998_1280

Publié dans Trucs pour enseignants - directions | Laisser un commentaire
admin