Sommeil et réussite scolaire

 

Sommeil et reussite scolaireScreenshot

 

Les preuves abondent : les enfants en meilleure santé réussissent mieux à l’école. Le « quatuor » gagnant ? Sommeil, activité physique, saine alimentation et gestion du stress. Cet article est le premier d’une série de quatre. Il vous fera découvrir les effets du sommeil sur la réussite scolaire.

Dormir, ça sert à quoi ?

Le sommeil est essentiel puisqu’il aide à régénérer le cerveau et l’organisme, en plus de traiter les nouvelles connaissances acquises durant la journée. Les neurones communiquent entre eux, facilitant l’acquisition et la mémorisation des connaissances.

Les conséquences du manque de sommeil sont multiples :

  • Diminution de la performance causée par l’inattention et la perte de concentration ;
  • Mauvaise humeur constante ;
  • Irritabilité ;
  • Vulnérabilité accrue.

Les besoins varient selon l’âge. À 5 ans, la durée de sommeil idéale est d’environ 11 heures. Ensuite, elle diminue de 15 minutes par an pour atteindre une moyenne de 8 heures vers 16 ans. Cela dit, les besoins de sommeil sont variables d’un enfant à l’autre.

Astuces pour favoriser le sommeil

Maintenez un horaire de sommeil régulier. La régularité des heures de coucher et de lever est primordiale pour maintenir l’équilibre de votre enfant. En se couchant et en se levant approximativement à la même heure tous les jours, votre enfant régularise son cycle de veille-sommeil.

Créez une routine relaxante. Idéalement, la routine du dodo dure de 30 à 60 minutes et suit un ordre d’activités de plus en plus relaxantes : bain, pyjama, brossage des dents, lecture, puis dodo. Lire une vingtaine de minutes le soir avec votre jeune le calmera, en plus de développer son goût pour la lecture.

Évitez les activités stimulantes. Télévision, ordinateur et jeux vidéo sont à éviter lorsque l’heure du coucher approche. S’il n’a pas le temps de se calmer avant d’aller au lit, votre enfant risque d’avoir de la difficulté à s’endormir.

Offrez un environnement confortable. Assurez-vous que la chambre à coucher est fraîche, silencieuse et sombre.

Votre enfant est agité, irritable et commet des fautes inhabituelles à l’école ? C’est peut-être le signe qu’il ne dort pas assez et qu’il est temps de changer certaines habitudes.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

TDA/H et relaxation

 

TDAH et relaxationScreenshot

 

Les symptômes fréquemment associés au trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) sont l’impulsivité, l’hyperactivité et l’inattention. Saviez-vous que la relaxation peut aider à en diminuer l’intensité?

Apprendre la relaxation à son enfant représente un cadeau d’une valeur inestimable puisque ses bienfaits sont nombreux :

  • Diminution du stress;
  • Meilleure qualité du sommeil;
  • Diminution de l’anxiété;
  • Amélioration de la concentration.

De plus, 5 à 15 minutes par jour suffisent pour constater ses effets positifs sur le corps et l’esprit.

Quand pratiquer la relaxation?
Votre enfant est resté assis toute la journée à l’école. À son retour à la maison, il a besoin de dépenser un peu d’énergie, surtout s’il est hyperactif. Par la suite, faites-le relaxer avant qu’il commence ses devoirs et leçons. Ces quelques minutes feront toute la différence.

Au moment du coucher, la relaxation entraînera votre enfant dans un état de bien-être et de calme qui le disposera à tomber dans les bras de Morphée.

3 techniques populaires
Nous vous proposons trois techniques de relaxation qui sont appréciées de la majorité des enfants. Enseignez-lui une technique à la fois. Lorsqu’il en maîtrise une, vous pouvez lui en proposer une nouvelle.

La chandelle
Initiez votre enfant à la respiration abdominale, la base de la relaxation, avec cet exercice. Conduisez votre enfant : « Place un doigt à quelques centimètres de ta bouche; c’est une chandelle. Inspire lentement par le nez en gonflant ton ventre. Maintenant, expire doucement par la bouche en faisant attention pour que la chandelle ne s’éteigne pas. » Répétez environ 5 fois.

Le spaghetti
Pour l’entraîner au relâchement musculaire, cet exercice est excellent. Guidez-le : « Crispe tout ton corps pour qu’il vienne dur comme un spaghetti cru. Maintenant, deviens mou, mou, mou comme un spaghetti cuit. » Répétez 5 fois.

L’arbre
Encore une fois, dirigez votre enfant : « Tiens-toi debout, immobile. Enracine-toi dans le sol comme l’arbre le fait avec ses racines. Lève et étire tes bras comme s’ils étaient des branches. Balance-toi tout doucement au rythme de la brise. » À réaliser quelques minutes.

Et voilà, simples et ludiques, ces exercices aideront votre enfant à libérer ses tensions et à s’épanouir.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

5 trucs pour motiver son enfant à réussir à l’école

 

5 trucs pour motiver son enfant a reussir a lecole

 

« C’est important d’apprendre la trigonométrie. Ça va te servir un jour. » Est-ce que cette phrase vous a aidé à aimer les mathématiques? Non. En tant que parent, il faut être attentif, compréhensif et fin stratège afin d’aider son enfant à réussir à l’école.

Parler positivement de l’école

 

Parlez de vos expériences positives. Dites-lui que c’est madame Lucie qui vous a fait découvrir les joies de la lecture ou que grâce à monsieur Jean-Claude, qui vous a enseigné la géographie, vous êtes devenu passionné d’astronomie.

Si vous racontez à votre enfant à quel point vous détestiez l’école quand vous étiez jeune ou que vous critiquez ses professeurs, il risque de faire siennes vos convictions.

S’intéresser à ce qu’il vit

 

Demandez-lui ce qu’il a appris, ce qu’il a le plus et le moins aimé de sa journée. L’important, c’est que votre enfant sente que ce qu’il vit à l’école est important pour vous.

Mettre l’accent sur ses forces

 

Félicitez-le pour ses progrès ou ses bons résultats. Accordez-lui une récompense ou un privilège, à l’occasion, pour couronner ses efforts. Évitez de lui rappeler ses difficultés : 1) il les connait déjà; 2) ça risque de miner son estime de soi.

Éviter les comparaisons

 

Chaque enfant apprend à son rythme et rares sont ceux qui excellent dans toutes les matières. C’est pourquoi il faut s’abstenir de le comparer à son frère, à sa sœur ou à ses compagnons de classe.

Valoriser l’apprentissage

 

Toutes les occasions sont bonnes pour apprendre :

  • Allez à la librairie ou à la bibliothèque : il dénichera assurément un livre qui l’intéresse;
  • Jouez à des jeux de société en famille;
  • Profitez de vos sorties pour apprendre, que ce soit une promenade en forêt, la visite d’un musée ou une balade dans un quartier historique;
  • Écoutez des documentaires ensemble.

Et si la motivation ne revient pas?

Malgré vos efforts, fiston va à l’école à reculons tous les jours. Il faut prendre la situation au sérieux et découvrir la raison de sa démotivation. Au besoin, communiquez avec un enseignant : il saura vous aider.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

High School Exams

 

High School ExamsScreenshot

 

As the end of September comes about, many parents are too distracted to think about preparing apple pies or putting together Halloween costumes. Instead, it is entrance exam season, which means exam preparation. It is also time to choose the school in which their child will live though the important transition that is adolescence.

Another way of choosing schools

We often forget crucial elements when making THE decision. We obviously think of the programs offered at the school, at its rankings in various categories, and its overall reputation. Instead, we could begin by contemplating where the child would be most comfortable.

Do the school’s values correspond to your child’s personality? Does sending them to a prestigious school separate them from their friends? We must keep in mind that they will be the ones attending this school!

Open house is a great opportunity to get a feel for the school’s ambiance. Beyond the program descriptions and the paperwork that you will inevitably overwhelm with, school visits will allow you to decide which school is most convenient for you, and the one where your child feels most comfortable.

Watch your stress level, its contagious!

Entrance exams have become a significant source of stress. Many psychologists and school principles claim that entrance exams have become so stressful that they are considering an alternative to this “compulsory”, and at times toxic, right of passage. In order to take the drama out of the equation, it is important to remember those schools also consider previous report cards when making their choice.

In other words, it does not all rest on their performance during that three-hour exam period. Fiou! If your child was well supported in grade school, if they acquired a sufficient amount of knowledge, there is no need to worry. They are looking for well-developed brains, not over-stuffed brains.

If you are still looking to help prepare your child, precious resources exist. Also, try to favor all the winning conditions the day of the exam. A good night’s sleep, a hardy breakfast, and remembering to breath; all these pointers have proven their worth, and apparently they also work for adults…

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

Kids and Tablets

 

Kids and TabletsScreenshot

 

Tablets arrived in our lives a little over two years ago. Two years is not a lot of time for specialists to give us an idea of how to use this technological innovation. Children, on the other hand, don’t seem too traumatized by the questions adults are asking themselves. Instead, they adopted them without hesitation. Should we be worried? Should we be limiting their use, and if so, to what extent?

The debate concerning the use of tablets is similar to the one concerning television which began many years ago. For a long time, we believed that listening to television could be detrimental to the cognitive development of young children, and that it would turn them into zombies.

This hasty conclusion was contradicted by scientific research showing that cerebral activity in children watching television was comparable to someone absorbed in a good book. Today, we are asking similar questions. Are the screens to which people are glued to while walking down the street dangerous for our children?

Many specialists agree that the problem does not reside in the technology itself but in the way in it used. Lisa Guersey, journalist and author of Screen Time, suggests that we should ask the following questions in order to evaluate the relationship between a child and their tablet: what type of content is being viewed? Does the tablet monopolize the time that they could be spending with you and their friends? If the child is unable to separate himself or herself from the tablet, if they are abusing of it, then clearer limits should be imposed. However, if the child skims through it like you would a magazine at a hair salon, then there is no need to worry. Overall, tablets can be a way of isolating oneself just as much as they can be a way of providing knowledge that will fuel discussions with friends at school.

At home and at school

If they are used properly, tablets can be fantastic learning tools. According to professor Thierry Karsenti, who led a study on their use in schools, they may allow for a more interactive learning experience and may stimulate creativity in children.

In the same way that parents must supervise their children who can’t stop themselves, teachers at school must be aware of students who may use them in the wrong way.

In short, a tablet is not the nuisance many people see it as. Moderation and proper judgment are key. If your child is a prisoner of their tablet, send them outside to play! On the other hand, if they are satisfying their curiosity about ancient Rome, leave them be!

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

To Each Their Own

 

To Each Their OwnScreenshot

 

Your child failed their last three history exams. Despite the hours spent studying, reviewing concepts, they still seem unable to grasp the subject matter. Yet, everything runs smoothly in math, French, and English. More effort and hours spent studying might not help the matter. Psychologists put forward the concept they call “styles of learning”, and these, far from being zany inventions, may help explain your child’s success or failure.

Understanding styles of learning and their importance

While learning, everyone goes through the same four phases: concrete experience (the practical), thoughtful and attentive observation (analysis), abstract conceptualisation (generalisation), and application (transferring knowledge). Each individual prefers one of these phases, and its this preference which dictates their style of learning. As such, if an individual has a preference for concrete experience and application, they will progress more quickly by using trial and error than by using logic. Many psychologists assert that these phases, far from being insignificant, are linked to fundamental emotional mechanisms that appeared during early childhood. In other words, the style of learning is intimately linked to personality.

The Good News

The good news is that, if personality has a link with the style of learning, this style is not rigid. Let’s go back to the example of the failed history exams. A child may think that because of their bad grades, he is incapable of reflection, that they are lousy in history, and that it cannot be changed. This is where the parent and the teacher play a crucial role. They can encourage them to break down this perception by developing the other styles of learning.

Psychologists recommend activating the “cognitive conduits” that children tend to avoid. This means having them live new experiences in order to confront fundamental beliefs (for example: “I am lousy in math”). You have to ask your child how they feel when they have to complete an assigned task at school, and then suggest new and different paths to solving the problem. Some examples could be doing schoolwork with classmates, doing memory exercises, and using flowcharts and diagrams to summarize concepts.

In other words, a failure in one subject does not mean they are doomed to fail everything. In fact, what these psychologists are telling us is that your child’s hardships in math are not insurmountable. They can continue to dream about being the next Beethoven while at the same time acing their math exams.

If you would like to delve deeper, consult this booklet written for tutors who understand learning styles (in French only).

You can also consult this short document written by the Collège de Maisonneuve (in French only), or you can try this fun-filled questionnaire designed for children.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

2e bulletin : tout n’est pas terminé

 

2e bulletin tout nest pas termine Screenshot

 

Vous êtes sur le point de recevoir le 2e bulletin scolaire de votre enfant. Qu’il soit satisfaisant ou plutôt alarmant, un fait demeure : ce n’est pas le temps de relâcher ses efforts. Au contraire, il faut maintenir (parfois augmenter) la cadence. Les tuteurs de Succès Scolaire vous proposent donc des astuces pour terminer l’année en beauté.

Une question d’état d’esprit

« Le mental joue pour beaucoup dans la motivation et la réussite. Pour ma part, je crois que la base, pour un jeune qui éprouve des difficultés, c’est de croire en ses capacités. Je vois des améliorations chez tous les jeunes que j’aide en tutorat. Parfois c’est rapide, parfois ça prend un peu plus de temps. Tu échoues en anglais jusqu’à présent ? Eh bien, relève-toi les manches, travaille fort et crois en toi. J’invite tous les jeunes à écouter la vidéo The power of believing that you can, de Carol Dweck (en anglais, mais sous-titrée en français). Inspirant ! » — Marie-Pierre

Diversifier ses sources d’apprentissage

« Apprendre, ça se fait en diversifiant ses sources. Parfois, vers la fin de l’année, on commence à s’ennuyer, à manquer de motivation. Apporter de la variété, c’est stimulant. Mais comment faire ? En réalisant des exercices en ligne : c’est plus stimulant que de faire et refaire les mêmes exercices “papier”. En participant à des séances de rattrapage : parfois, un enseignant ou un tuteur présente une notion d’une façon différente et le déclic se fait comme par magie. En écoutant des documents ou en faisant des recherches sur Internet. Bien sûr, le mot d’ordre est crédibilité. Il faut s’assurer qu’il s’agit d’une source d’information fiable. » — Boris

Pas le temps de lâcher

« À toi qui réussis bien, ce n’est pas le temps de lever le pied. Continue d’écouter en classe. Continue d’étudier un peu chaque jour. Comme ça, ce sera plus facile en juin. Si tu commences à te la couler douce avant le 23 juin, tu risques de t’en mordre les doigts. J’ai donné trop de cours d’été à des jeunes qui échouent leurs maths par paresse et non pas parce qu’ils ont vraiment des difficultés. » — Félix

Petit conseil pour les parents

« Les résultats de son 2e bulletin sont décevants, voire catastrophiques ? Calmez-vous ! Il est encore temps de réagir pour éviter l’échec. Pour aider votre enfant à réussir son année scolaire, vous devez commencer par vous motiver vous-même et croire que c’est possible. Et rappelez-vous : vous n’avez pas besoin de vous transformer en prof. Votre enfant a seulement besoin de votre soutien et de vos encouragements. Il doit savoir que vous croyez en lui » — Karina

Lire aussi : Garder son ado motivé jusqu’à la fin de l’année

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

3 astuces pour l’aider à surmonter sa timidité

 

3 astuces pour laider a surmonter sa timidite Screenshot

 

Les autres vont rire de moi si je donne une mauvaise réponse au professeur. Je ne vais pas aller déranger les autres enfants qui jouent déjà ensemble, alors je vais me balancer seul. Pourquoi grand-maman me demande comment je vais? Je n’ai rien d’intéressant à raconter. Voilà ce qui se passe dans la tête d’un enfant timide.

Une attitude réservée n’est pas une tare en soi. Par contre, la timidité devient un problème lorsqu’elle nuit à l’épanouissement de l’enfant. Voici 3 astuces pour l’aider à dépasser ses blocages.

  1. Une oreille compatissante

Discutez avec votre enfant afin qu’il vous explique pourquoi il a peur d’aller jouer chez les voisins ou de répondre aux questions du dentiste. Encouragez-le à s’ouvrir aux autres. Grâce au soutien des membres de la famille, il réussira à sortir de sa coquille petit à petit. Évitez à tout prix de lui rappeler sa timidité ou de le comparer aux autres enfants : cela nuirait encore plus à son estime de soi.

  1. Une petite victoire à la fois

L’enfant timide a peur d’être jugé et rejeté par les autres. De succès en succès, il prendra confiance en lui et son angoisse finira par se dissiper. Il faut toutefois être patient, car vaincre sa timidité est un long processus.

Dépasser ses blocages demandera beaucoup d’efforts à votre enfant. Pour l’aider, donnez-lui un défi à la fois, de façon progressive :

  • Répondre au téléphone;
  • Commander son repas au restaurant;
  • Répondre aux questions du médecin;
  • Participer à une activité parascolaire.

Félicitez-le pour chacun de ses succès, même les plus petits.

  1. Des activités pour s’épanouir

Musique, théâtre, soccer, danse, hockey, génies en herbe : voilà autant d’activités qui permettront à votre enfant de s’extérioriser. Aidez-le à trouver celle dans laquelle il se sentira à l’aise.

Pour aller plus loin

Super moi surmonte sa timidité, par Nathalie Couture et Geneviève Marcotte, Éditions Midi trente.

Ce guide d’intervention, écrit dans un langage clair et abondamment illustré, permettra à votre enfant de trouver une foule de stratégies concrètes pour surmonter sa timidité, enrichir son bagage d’habiletés sociales et cultiver des attitudes positives qui lui permettront de passer à l’action et de se sentir bien dans sa peau.

Yoganimo : le yoga des enfants, par Sophie Martel et Marie-Hélène tapin, Éditions Enfants Québec.

La respiration profonde, la relaxation et le yoga peuvent aider votre enfant à gérer les situations anxiogènes. Ce livre propose 40 postures différentes représentant chacune un animal ou un élément de la nature. Votre enfant s’amusera à reproduire la position de la grenouille, du guépard, du koala, du chameau, du soleil ou de la montagne. Il pourra intégrer le yoga dans sa routine quotidienne afin de calmer ses angoisses.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

4 conseils pour aider mon enfant en math

 

4 conseils pour aider mon enfant en mathScreenshot

 

Ah ! les mathématiques ! Certains élèves les adorent, alors que d’autres en font des cauchemars… ou presque. En tant que parent, comment aider son enfant en maths, particulièrement si ce n’était pas notre tasse de thé à l’école ? L’équipe de Succès Scolaire vous partage quelques trucs.

Conseil 1 : jouez votre rôle : encourager

Dans la vie, chacun son métier. Et le vôtre, ce n’est pas celui d’enseignant. Alors, n’essayez pas de vous substituer à celui de votre enfant. En tant que parent, votre rôle relatif aux devoirs et leçons consiste principale à guider votre enfant, à l’encourager et à vous assurer de la qualité et de la propreté des travaux qu’il réalise.

Expliquer une notion de mathématiques ne fait pas partie de votre description de tâches ! Bien sûr, si votre enfant ne comprend pas une notion et que vous êtes en mesure de l’aider, tant mieux. Mais si ce n’est pas le cas, inutile de culpabiliser. Écrivez seulement une note à l’enseignant afin de vous assurer qu’il lui explique à nouveau.

Vous êtes en train de lui donner un truc pour multiplier plus facilement par 9 et vous avez droit à un « Tu ne comprends rien. Ce n’est pas comme ça que madame Isabelle me l’a montré. »? Ne poussez pas vos explications plus loin. Dites-lui plutôt de poser des questions à son professeur le lendemain.

Conseil 2 : aidez-le à décoder le sens de chaque problème

Qu’on le veuille ou non, les mathématiques, c’est du français Eh oui ! Alors, avant de résoudre un problème, votre enfant doit comprendre ce qu’on lui demande. Incitez-le à lire et à relire l’énoncé du problème, puis à surligner les informations importantes et les mots-clés. Combien Antoine a-t-il gagné de billes ? Combien reste-t-il de fruits ? Combien de temps le train prendra-t-il pour parcourir Québec-Montréal ?

Conseil 3 : proposez des activités amusantes

Votre enfant éprouve des difficultés et doit faire plus d’exercices pour bien maîtriser certaines notions ? Plutôt que de faire et refaire les mêmes exercices, proposez-lui des activités d’enrichissement à la fois éducatives et ludiques. Il existe plusieurs jeux de société et de jeux en ligne. En voici quelques-uns :

 

Jeux de société Jeux en ligne
  • Le trésor du pirate Boom (opérations)
  • Lobo 77 (additions)
  • Yum ou Yahtzee (multiplications)
  • Monopoly
  • Gamme Architecte : Perspecto, Equilibrio, Tangramino, Architecto (géométrie)
  • Poule mouillée (additions)

Conseil 4 : aidez-le à formuler ses difficultés

« J’ai rien compris. » Hum ! C’est plutôt rare qu’un enfant ne comprenne absolument rien. C’est ici que vous jouez un rôle crucial, même si vous vous sentez impuissant à lui fournir les explications dont il aurait besoin. Concentrez plutôt vos efforts à l’aider à formuler ses difficultés. Ensuite, il vous suffira d’aller chercher l’aide nécessaire, que ce soit en discutant avec son enseignant ou en faisant appel à un tuteur.
Besoin d’autres trucs pour aider votre enfant en maths ? Lisez aussi cet article.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin

5 astuces pour une période des devoirs efficace

 

5 astuces pour une periode des devoirs efficaceScreenshot

 

Pour vous, la période des devoirs et leçons rime avec confrontation. Et si vous partiez la nouvelle année scolaire du bon pied ? Parfois, il suffit d’apporter quelques petits changements pour transformer un combat journalier improductif en moment agréable et efficace.

Routine, routine, routine

 

La routine, on n’y échappe pas. La stabilité sécurise votre enfant et lui permet de gagner en autonomie. La meilleure routine, c’est celle qui tient compte de votre réalité : l’horaire de travail des parents, les activités de tous les membres de la famille, du moment où votre enfant est le plus concentré (matin, avant ou après souper), etc. Faites des essais et erreurs jusqu’à ce que vous trouviez la routine qui vous convient.

Un brin de folie

 

N’hésitez pas à sortir des sentiers battus pour faire apprendre les leçons. Voici quelques idées :

  • Écrire les mots de vocabulaire sur une fenêtre ou un tableau blanc, ou bien en utilisant des lettres de Scrabble ;
  • Lire assis sur un ballon-chaise, aussi appelé ballon de stabilité ;
  • Jouer à des jeux de société (Trésor du pirate Boom, Make 7, Lobo 77…) ou en ligne (Fin lapin 2, Slice Fractions, Sushi Monster…) pour apprendre les tables, que ce soit les additions, les soustractions, les multiplications ou les divisions ;
  • Échanger les rôles : votre enfant vous fera étudier, puis devra vous corriger par la suite. Il sera très fier de repérer vos « erreurs ».

Le dessert à la fin

 

Les devoirs et leçons, c’est comme un repas : on termine par le dessert. La concentration de votre enfant décroit au fil du temps. C’est pourquoi il est préférable de commencer par la matière qu’il aime le moins ou l’activité la plus compliquée.

Cette stratégie ne fonctionne pas ? Essayez celle du sandwich, qui consiste à commencer par une matière chouchou, à enchaîner avec une autre qu’il aime moins et à terminer par une activité plaisante.

Des pauses salvatrices

 

Votre enfant n’est plus capable de se concentrer après 15 minutes alors que, selon la routine, il doit travailler dans ses livres une heure ? Ce n’est pas grave. Jouer au ballon 5 minutes ou écouter sa chanson préférée lui permettra de revenir motivé.

Cela fait 3 fois que vous lui expliquez, sans succès, la différence entre a et à ? Mettez cette notion de côté et recommencez demain, ou bien écrivez une petite note à son enseignant. Après tout, vous n’est pas prof !

Des ressources à votre portée

 

Si vous manquez de temps ou de patience pour aider votre enfant à faire ses devoirs, cessez de culpabiliser. Vous n’êtes pas seul : de nombreux parents vivent une situation semblable. Sachez qu’il existe de nombreuses ressources autour de vous. N’hésitez pas à engager un élève plus vieux, un voisin ou un tuteur. De plus, plusieurs écoles offrent le service d’aide aux devoirs.

Ainsi, tout le monde en sortira gagnant : votre enfant bénéficiera du soutien dont il a besoin et vous aurez enfin l’esprit en paix.

En terminant, rappelez-vous que votre enfant apprendra bien mieux dans le plaisir. Entamez toujours la période des devoirs et leçons dans la bonne humeur.

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire
admin