Comment intéresser nos enfants à la politique?

Le pourcentage de jeunes qui votent aux élections décline de façon constante. Comment arriver à les intéresser? Quel est le rôle que nous devons jouer en tant que parent?

20151016-111233-g

LA POLITIQUE, C’EST QUOI?
Sophie Lamoureux, auteure du livre Comment parler de politique aux enfants, définit la politique comme «la manière dont les êtres humains s’organisent pour vivre ensemble». Ainsi, elle est partout dans notre vie de tous les jours: sur l’autoroute, à la cafétéria, au boulot, à l’école…

UNE VALEUR COMME LES AUTRES
Tout comme le respect ou le partage, le sens politique devrait être une valeur à inculquer à notre enfant.

On ne devient pas citoyen du jour au lendemain, à 18 ans, lorsqu’on a le droit de voter. C’est pourquoi l’apprentissage de la conscience politique se fait tout au long de la vie.

Soyez à l’écoute des questions de votre enfant. «Faire la grève, à quoi ça sert?», «Pourquoi il y a des riches et des pauvres?», «Pourquoi les gens font-ils la guerre?»: ce sont toutes des questions que votre petit curieux vous posera assurément un jour. Même s’il n’est pas toujours facile d’y répondre, elles peuvent être le prétexte pour discuter ensemble des sujets de société.

UNE CURIOSITÉ EN ÉVOLUTION
Les centres d’intérêt varient au fil des ans. Entre 5 et 7 ans, la plupart des enfants se transforment en ministre de la justice (une part égale de gâteau pour tous les membres de la famille) et de l’équité sociale («ce n’est pas juste: Naomie se couche plus tard que moi!»). C’est la période où on peut échanger sur la justice, l’égalité et la liberté.

Vers 8 ou 10 ans, l’enfant devient plus précis dans ses questions: «Combien y a-t-il de députés?», «À quoi servent-ils?» Il est toujours révolté contre les injustices, mais a le goût d’agir pour changer le monde. Il adore les superhéros. Profitez-en pour vous plonger dans l’histoire de l’Égypte ou de la Grèce pour aborder l’évolution des organisations politiques.

De 11 à 13 ans, l’enfant devient contestataire. Faites écho à ce qu’il vit en discutant de la rébellion des Patriotes ou de la guerre de Sécession.

Par la suite, vous pourrez maintenir vos bonnes habitudes en continuant de dialoguer.

UN DIALOGUE OUVERT
Amenez votre enfant à s’exprimer sur l’actualité ou sur une situation dont il a été témoin, comme une blague sexiste, un commentaire raciste ou une injustice en classe. Vous pourrez donc lui montrer les liens entre ce qu’il vit, les questions sociales (les injustices, les inégalités, la violence…) et les programmes des partis politiques.

L’important, peu importe l’âge, c’est de donner les moyens à votre enfant de se forger sa propre opinion, de réfléchir par lui-même. Apprenez-lui à argumenter, car il ne suffit pas d’avoir une opinion, il faut savoir la défendre à l’aide de faits et d’exemples concrets. Pour ce faire, mettez à sa disposition plusieurs sources d’information: livres, journées, émissions de télévision…

Bien sûr, les discussions doivent se dérouler dans le calme et dans le respect de l’autre. Évitez les disputes: la politique doit être associée à la discussion et non au conflit.

Enfin, si votre enfant a un mot à dire sur tout, encouragez-le à se présenter aux élections du conseil étudiant ou à joindre une association. Ces expériences lui feront découvrir que c’est en agissant qu’il pourra contribuer à bâtir une société meilleure.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le!
Send this to a friend