Apprendre par cœur : trucs et astuces

Vocabulaire d’anglais, tables de multiplication, dates historiques, voilà autant de connaissances que les étudiants doivent apprendre par cœur. Pour certains, c’est un jeu d’enfant. Pour d’autres, retenir toutes ces notions à moyen et long terme semble insurmontable. Voyons comment il est possible d’y arriver plus facilement.

apprendre par coeur trucs et astuces Screenshot

Créer un environnement propice à l’apprentissage

Claudie avait l’habitude d’étudier couchée sur son lit, musique plein les oreilles. Après quelques examens décevants, elle a changé quelques habitudes sur les recommandations d’une amie qui réussit très bien au collège.

La jeune fille a commencé par retirer tout ce qui traînait sur son bureau et sa chaise pour pouvoir y travailler correctement. Puis, elle a mis son Ipod de côté.

À l’aide de ces simples petits changements, ses séances d’étude se sont écourtées et ses résultats ont miraculeusement augmentés. Comme quoi, éliminer quelques sources de distraction fait assurément gagner en efficacité.

Assurer la compréhension

Il est impossible de mémoriser à moyen-long terme ce que nous ne comprenons pas. Ainsi, il vaut mieux réaliser l’étude par petites sections, longtemps à l’avance pour avoir l’occasion de demander de l’aide si nécessaire.

Une bonne attention en classe permet déjà la rétention de plusieurs notions, mais c’est également l’occasion de poser toutes ses questions au professeur. Pour les étudiants plus timides, il ne faut pas hésiter à utiliser les pauses ou plutôt s’adresser aux collègues! 

Solliciter tous ses sens

Chaque élève a son propre style d’apprentissage qu’il lui faut découvrir à l’aide d’expériences. Les trois styles d’apprentissage sont : visuel, auditif et kinesthésique.

Les étudiants visuels ont davantage de facilité à retenir l’information qui est lue et recopiée. Les étudiants auditifs ont plutôt besoin d’entendre les notions à mémoriser. Les élèves kinesthésiques nécessitent un apprentissage en mouvement. Par exemple, il est possible de marcher ou de manipuler un objet tout en faisant les leçons. 

Souvent, l’idéal est de varier les méthodes utilisées. Par exemple, pour retenir des mots spécifiques, vous pouvez une journée les épeler, l’autre les écrire, la suivante utiliser un support visuel plus original tel que des pièces de Scrabble ou encore les écouter lors d’une bonne marche matinale.

Penser positivement

« Je suis nul(le). Je ne réussirai jamais. ». Ces pensées rendent les apprentissages bien plus ardus. Elles créent une barrière qui est difficile à surmonter sans l’aide d’une personne de confiance qui saura nous rassurer et nous guider à travers les difficultés.

Si ces pensées sont omniprésentes, n’hésitez pas à demander l’aide de professionnels pour apprendre à les contourner et laisser se dévoiler votre plein potentiel.

Dormir suffisamment

Le sommeil permet à la mémoire de fonctionner correctement. Certains signes ne mentent pas et dénotent un manque de sommeil : problème de concentration, agitation, irritabilité, perte de mémoire…

Les besoins varient selon l’âge. À 5 ans, la durée de sommeil idéale est d’environ 11 heures. Ensuite, elle diminue de 15 minutes par an pour atteindre une moyenne de 8 heures vers 16 ans. Cela dit, les besoins de sommeil sont variables d’une personne à l’autre. Il faut savoir observer et encore une fois : expérimenter pour trouver la formule optimale.

Prendre des poses

Inutile d’essayer de mémoriser d’une traite définitions, dates et liste de mots. Il faut apprendre progressivement, en s’octroyant des périodes de repos. Le cerveau a besoin de temps pour que les connexions neuronales se produisent et que les notions soient retenues à long terme.

Il faut des dizaines parfois des centaines de répétitions pour apprendre une chose. Donc, en plus d’exercer sa mémoire, il faut également travailler sa patience en persévérant sans relâche.

Quand il n’y a pas de progrès

En tant qu’étudiant, il est possible de se retrouver dans une situation d’apprentissage qui nécessite l’aide d’un professionnel. Lorsqu’on n’arrive pas à progresser, il peut être aidant de se remettre en piste avec un peu de soutien.

N’hésitez pas à discuter ouvertement des difficultés rencontrées avec l’enseignant impliqué ou à faire appel à un service de tutorat comme celui de Succès scolaire.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le!