5 trucs pour accompagner votre enfant à faire ses devoirs (sans que ce ne soit un drame à chaque fois!)

Chaque soir c’est la crise, pas moyen que votre enfant ne fasse ses devoirs sans faire un drame? Voilà quelques astuces efficaces pour réussir à dédramatiser la situation!

La pause s’impose!
Au retour de l’école, après une longue journée à être resté assis et concentré, c’est important de laisser votre enfant se reposer un peu. Lui accorder le temps de prendre une petite collation, de regarder un peu la télévision ou de jouer à l’ordinateur lui changera les idées et sera bénéfique. En effet, puisque cette période de pause lui permettra de bien décrocher pour mieux s’appliquer à ses travaux plus tard, rien ne sert de lui imposer leçons et devoirs en arrivant à la maison.

Créer une plage horaire et un environnement favorables aux études : éliminer les sources de distraction!
S’il y a un temps pour se reposer, il y a aussi un temps pour travailler! Mettez les choses bien au clair et établissez un moment précis pour faire les devoirs, en respectant chaque soir l’heure à laquelle la période de travail débute et quand elle se termine. De cette façon, vous arriverez à incorporer cette habitude au quotidien. À la longue, ça pourrait devenir un réflexe et vous n’aurez plus à vous battre continuellement!
Comme on le sait, à la maison, les sources de distraction peuvent être nombreuses : télé, console de jeu, clavardage, messagerie texte… pas besoin de chercher bien loin un prétexte pour détourner son attention! Il vous faut éliminer ces sources de distraction, puisque la tranquillité au moment des devoirs est essentielle pour favoriser la concentration de votre enfant. On ne cessera de le répéter, un endroit approprié se doit d’être paisible et bien éclairé pour favoriser la lecture.

S’amuser en apprenant, apprendre en s’amusant : donner un sens nouveau au « par cœur »!
Puisque la période des devoirs est de toute manière un passage obligé, pourquoi ne pas la rendre agréable? Avant tout, vous devez aborder la situation avec enthousiasme et le plus important, c’est la sincérité : évitez les sentiments forcés, investissez-vous pleinement et allez-y avec votre cœur! Tout comme votre enfant, accordez-vous une pause en rentrant du travail. Dans un bon état d’esprit, plus reposé et détendu, vous ne vous découragez pas à la première opposition. De plus, votre bonne humeur a bien des chances d’être contagieuse!
Retenez bien que l’apprentissage peut se faire autrement qu’en mémorisant la matière de façon systématique. Dans ce cas, n’ayez pas peur de vous aventurer en dehors des cadres conventionnels en incorporant de la fantaisie dans les travaux. On peut donc se servir de son imagination afin de rendre l’expérience plaisante et positive. Voici quelques petits trucs bien simples :

• piquez sa curiosité à l’aide d’énigmes à résoudre;
• faites lui réciter ses tables, sur un rythme entrainant et amusant, dans l’ordre et le désordre (essayez avec son air musical préféré!);
• faites lui faire ses lectures à voix haute et ensuite, posez-lui des questions sur ce qu’il vient de lire afin de le faire interagir;
• recréez un quiz télévisé dont vous êtes l’animateur et lui le participant;
• faites-lui une dictée de la recette du souper et profitez de la préparation du repas pour pratiquer les additions, soustractions et divisions!

Trouvez-lui une méthode qui lui soit propre
Que ce soit conscient ou non, chaque enfant développe ses petits trucs à lui pour retenir la matière et bien souvent, c’est par association : faire des liens entre les éléments est la meilleure manière qu’a le cerveau pour emmagasiner l’information et la mémoriser. Aussi, l’enfant pourrait par exemple se créer des raccourcis afin de ne pas avoir à apprendre au complet ses tables de multiplication. C’est certain, avec ce genre de technique, on sauve du temps et on simplifie ce qui nous est complexe. Cependant, il ne s’agit surtout pas de simple paresse pour s’éviter la charge de travail, mais plutôt d’une stratégie personnelle de mémorisation qui lui donne certaines aptitudes pour d’autres notions, dans d’autres matières. Il serait bon ici de voir avec votre enfant quelle est sa façon à lui d’apprendre et de l’encourager à bien l’appliquer. Cibler et stimuler la manière personnelle d’aborder ses leçons et devoirs lui donnera davantage confiance en ses moyens.

Savoir reconnaître les acquis et en faire bonne mention
Dans le même ordre d’idée, au lieu de cibler ce qui ne fonctionne pas, il est toujours préférable de souligner les bons coups pour encourager et valoriser votre enfant. De plus, en s’attardant à reconnaître les acquis, l’ampleur de la tâche semble moins lourde : consolider d’abord les acquis et l’en féliciter, y aller étape par étape et surtout, ne pas voir la montagne à surmonter, mais plutôt voir chacune des petites réussites comme un autre échelon de franchi. Après tout, il n’y a pas de montagne, seulement des paliers que l’on gravit, un par un. De ce point de vu, c’est d’autant plus satisfaisant une fois arrivé en haut devoir tout le chemin parcouru!

Un peu de lecture :

Réussir, ça s’apprend! Trucs et conseils d’un étudiant qui réussit de Étienne Lapointe
Le français par le jeu : Activités pour exercer la pensée, le langage et l’écriture de Pie Corbett
Apprendre par cœur : 50 projets d’impact de Danie Beaulieu
Laisse-moi jouer… j’apprends! de Delphine Druart et Augusta Wauters
Apprendre à sa façon : 70 activités pour exploiter les intelligences multiples en classe
de Martine Daudelin
Apprendre à apprendre de André Giordan et Jérome Saltet


admin
Ce contenu a été publié dans Trucs pour parents, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.