4 trucs pour recevoir le maximum en subventions à l’épargne-études

Cet article est une collaboration d’Universitas.

Vous connaissez probablement la chanson : un REEE, c’est payant! Pourquoi? Parce qu’il s’agit du seul véhicule de placement bonifié par de généreuses subventions gouvernementales pour l’épargne-études! Et au Québec, en plus d’avoir accès aux subventions fédérales, vos enfants peuvent également recevoir un incitatif provincial. Au total, selon votre revenu familial, c’est entre 20 et 60 %[1] du montant cotisé au REEE que vous pourriez recevoir.

 

L’ABC des subventions gouvernementales

Vous cotisez à un REEE sur une base régulière? C’est déjà un excellent début! En effet, pour chaque cotisation que vous y faites, les subventions applicables sont versées à votre REEE. C’est votre fournisseur de REEE qui effectue automatiquement les demandes de subventions, vous n’avez pas à vous en préoccuper. Chez Universitas, des agents spécialisés s’assurent du bon déroulement de ces demandes et de la réception des montants. Vous pouvez dormir en paix!

Voyons les stratégies que vous pouvez adopter afin de toucher le maximum des montants disponibles pour votre enfant.

 

  1. Déposer le maximum chaque année

Le chiffre magique, c’est 2 500 $[2]. Il s’agit du maximum subventionnable annuellement. Si votre budget familial vous le permet, c’est le montant à déposer pour aller chercher le maximum en subventions gouvernementales. Cette cotisation peut être étalée tout au long de l’année ou déposée en un seul versement. Plusieurs parents ou grands-parents optent pour des versements mensuels, une formule d’épargne plus facile à intégrer au budget familial.

 

  1. Rattraper les années perdues

Les nouveaux parents doivent souvent conjuguer dépenses de toutes sortes et revenus entamés par les congés parentaux. Quand le budget familial se stabilise et qu’ils parviennent à souffler un peu, le moment est peut-être propice pour envisager le rattrapage des subventions.

Comme pour un REER ou un CELI, avec le REEE, pas question de « perdre » les droits aux cotisations qui n’ont pas été utilisés. Donc, si vous n’avez pas cotisé le maximum certaines années, vous pouvez décider de verser plus pour les années subséquentes2.

L’autre chiffre à retenir, c’est 5 000 $2. C’est le montant maximum que vous pouvez cotiser pour recevoir les subventions, si vous n’avez pas été en mesure de le faire certaines années.

 

  1. Profiter de toutes les occasions

Il est toujours possible de faire des cotisations additionnelles dans un REEE. Pourquoi ne pas profiter d’entrées d’argent supplémentaires, parfois imprévues, pour bonifier le REEE et se rapprocher un peu des fameux 2 500 $ de cotisations? On peut penser aux remboursements d’impôt ou à une prime annuelle, par exemple.

De plus en plus nombreux sont les grands-parents, oncles, tantes et proches qui choisissent de transformer les cadeaux d’anniversaire et de Noël en contributions au REEE. Ils offrent alors à l’enfant un véritable investissement pour son avenir… et un cadeau qui fructifie avec le temps!

 

  1. Profitez du Prêt-REEE

Votre jeune a 14 ans et vous commencez à anticiper le coût de ses études après le  secondaire? Augmenter votre investissement dans le REEE pour maximiser les subventions s’avère une excellente idée, mais il n’est pas nécessairement évident de dégager des montants d’un budget déjà bien ficelé. Universitas propose le Prêt-REEE. Le concept est tout simple, mais tellement avantageux!

En obtenant un prêt auprès d’un partenaire de renom d’Universitas, vous avez des liquidités disponibles à réinvestir dans votre REEE. Pendant la durée du prêt, vous ne payez que les intérêts sur l’emprunt, qui sont bien inférieurs aux subventions que vous récolterez. C’est une stratégie gagnante! Quant au prêt, il sera remboursé à l’échéance du REEE.

Finalement, le truc, c’est de garder à l’esprit l’existence de ce fameux REEE, question de penser à y ajouter des sommes lorsque des décisions d’investissement sont à prendre, ou quand, par bonheur, l’occasion se présente. Parce que dans un REEE, chaque petit montant fait une grande différence!

 

*Là où les programmes provinciaux existent seulement.

[1] Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) de 20 % à 40 % et incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE), pour le Québec seulement, de 10 % à 20 %. Selon le revenu net familial rajusté. Certaines conditions s’appliquent. Consultez notre prospectus à universitas.ca.

[2] Certaines exceptions peuvent s’appliquer. Consultez notre prospectus à universitas.ca.

Untitled


admin
Ce contenu a été publié dans Partenariat. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.