Une semaine pour sensibliser, cinquante-et-une pour agir

accueil_cyber-appreciation

Depuis quelques années, l’intimidation fait les manchettes, elle est sur toutes les lèvres. En réaction aux échanges toxiques dans les médias sociaux qui aggravent le phénomène, la majorité des écoles de la province ont élaboré des plans de lutte pour endiguer l’intimidation. Le Gouvernement du Québec se joint à l’effort en lançant un site web pour souligner la deuxième Semaine contre l’intimidation et la violence qui a débuté le 30 septembre dernier.

L’édition de cette année a pour thème « Branché sur le positif ». La ministre Marie Malavoy  invite à les jeunes à faire de la « cyberappréciation », c’est-à-dire à « mettre en place des pratiques respectueuses dans leurs échanges virtuels ». Le site internet met à la disposition des parents, des enfants et des éducateurs une foule de ressources.  Pour bien comprendre à quoi on s’attaque, on fournit des définitions qui démêlent taquinerie, conflit et intimidation. On donne également des conseils autant aux témoins qu’aux victimes de l’intimidation. Initiative intéressante, des joueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec participeront à des échanges dans les réseaux sociaux. Les jeunes qui veulent y participer n’auront qu’à insérer le mot-clic #branchepositif dans leurs commentaires.

On a compris, enfin, qu’il fallait combattre la violence et l’intimidation de manière obstinée. Les outils que contient le site internet pourront être utilisés chaque fois qu’un enfant ou un parent se sentira démuni. Sachant que nous sommes des modèles pour nos enfants, une question demeure: à  quand un site internet pour encourager les adultes à assainir leurs rapports avec les autres?

Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.