Un REEE pour mon ado ? Il est encore temps d’en profiter !

  Collaboration spéciale

Votre enfant a bien grandi et vous commencez à envisager sa scolarité sur le long terme. Quelles études poursuivra-t-il ? Quelle profession choisira-t-il ? Vous vous demandez aussi s’il est encore temps de lui ouvrir un REEE. La réponse est oui : il n’est jamais trop tard ! Non seulement il est toujours possible de profiter des avantages du REEE mais vous pourriez rattraper un montant substantiel en subventions non utilisées pour les études postsecondaires de votre enfant !

 Découvrir que l’on a manqué une opportunité simplement parce que l’on n’avait pas reçu l’information, voilà qui est décevant. C’est malheureusement ce qui arrive à de nombreux parents québécois qui apprennent tardivement l’existence des généreuses subventions gouvernementales disponibles pour encourager l’épargne-études. Si vous n’étiez pas au courant : rassurez-vous ! Il n’est pas trop tard pour en profiter.

Qui peut recevoir les subventions gouvernementales ?

Pour bénéficier des subventions gouvernementales, un régime enregistré d’épargne-études (REEE) doit être ouvert au nom d’un enfant bénéficiaire et il faut y effectuer des cotisations. Nul besoin d’être le parent, car un oncle, une tante, un ami de la famille peut aussi souscrire pour un enfant qui lui est cher.

Dès la naissance d’un enfant, les gouvernements prévoient des montants susceptibles de lui être versés, sous réserve de certaines conditions :

  • L’enfant doit être résident Canadien; et
  • Un REEE doit être ouvert à son nom pour que les subventions gouvernementales y soient versées; et
  • Il faut compléter les formulaires de demandes de subventions, tout simplement !

Le REEE demeure pourtant un outil méconnu, car seulement 45,2 % des enfants admissibles aux subventions gouvernementales au Québec* sont bénéficiaires d’un REEE.

Résumé des subventions gouvernementales au Québec

La Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) et l’Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE) de base viennent respectivement bonifier de 20 % et 10 % les premiers 2 500 $ cotisés dans un REEE dans une année. Tout le monde y a droit !

La SCEE supplémentaire et l’IQEE supplémentaire viennent respectivement bonifier jusqu’à 20 % et jusqu’à 10 % supplémentaires (selon votre revenu net familial rajusté) les premiers 500 $ versés dans une année.

Pour plus de détails sur les subventions gouvernementales, visitez la page qui leur est dédiée sur notre site universitas.ca.

L’important est de comprendre qu’en cotisant 2 500 $ par an dans un REEE pour un enfant, on obtient le maximum des subventions possible pour l’année !

Peut-on ouvrir un REEE pour son ado ?

On peut ouvrir un REEE pour un enfant de tout âge, mais le gros avantage du REEE, ce sont les subventions gouvernementales qui y sont versées. Pour être admissible aux subventions, vous devez commencer à épargner dans le REEE de votre enfant avant la fin de l’année civile où il atteint l’âge de 15 ans.

Rappelons que les subventions sont versées jusqu’à la fin de l’année civile où l’enfant atteint l’âge de 17 ans.

Pour plus de renseignements sur les options qui s’offrent pour les enfants de 16 ou 17 ans, consultez le site du Gouvernement du Canada.

Alors n’attendez plus !

Peut-on rattraper des subventions d’années antérieures ?

Oui, un rattrapage des subventions non utilisées par le passé est possible! Par contre, pour ce faire, il faut procéder progressivement, car tout n’est pas accessible d’un coup.

Comme nous l’expliquions précédemment, chaque année, les gouvernements viennent bonifier les premiers 2500 $ de vos cotisations dans un REEE. Dans le cas où des subventions non-utilisées des années antérieures sont disponibles, il est possible d’aller en rattraper, un an à la fois.

Ainsi, il est possible de cotiser jusqu’à 5 000 $ par année dans un REEE, permettant ainsi d’obtenir à la fois les subventions pour l’année en cours mais aussi de rattraper une année de subventions non utilisées.

En procédant de la sorte chaque année, on maximise l’année en cours et on rattrape une année passée de subventions non utilisées.

Pour comprendre le fonctionnement, prenons l’exemple d’un parent qui ouvre un REEE pour son enfant de 4 ans. Pendant 4 ans, il va investir la somme de 5 000 $ par an dans le REEE de son enfant. Il touchera ainsi à la fois les subventions maximales pour ces 4 années de cotisations mais il viendra aussi rattraper l’équivalent de 4 années de subventions. Une coquette somme de 3 000 $ en maximisant les subventions et de 3 000 $ additionnels, rattrapés en subventions non utilisées !

Mieux vaut tard que jamais : maintenant vous savez tout ! Si vous n’avez pas ouvert de REEE pour vos enfants, renseignez-vous sans tarder auprès d’un représentant en plans de bourses d’études.

Un texte d’Universitas

 

Untitled

 

 

 

________

* Source : Rapport statistique annuel 2014 du PCEE http://www.edsc.gc.ca/fr/rapports/pcpe_pcee/pcee_2014.page

  1. Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) de 20 % à 40 %. Selon le revenu net familial rajusté. Le montant maximum versé en SCEE est fixé par le gouvernement fédéral. Maximum annuel de 600 $. Maximum total par bénéficiaire à vie de 7 200 $. Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE) de 10 % à 20 %. Selon le revenu net familial rajusté. Le montant maximum versé en IQEE est fixé par le gouvernement provincial. Maximum annuel de 300 $ en IQEE. Maximum total par bénéficiaire à vie de 3 600 $ en IQEE. Certaines conditions s’appliquent. Consultez le prospectus d’Universitas disponible à universitas.ca.
Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.