Portrait de Nazar Delegan

Chez Succès Scolaire, les tuteurs proviennent de différents horizons. Aujourd’hui, on vous présente Nazar Delegan, qui a quitté l’Ukraine pour le Québec avec sa mère à l’âge de 11 ans.

Nazar

Depuis quand es-tu tuteur chez Succès Scolaire ?
Je suis tuteur depuis deux ans environ.

Qu’est-ce qui t’a poussé à collaborer avec Succès Scolaire ?
J’étais tuteur, à titre de travailleur autonome, depuis le cégep. Intégrer Succès Scolaire m’a permis d’accompagner davantage d’élèves. De plus, je bénéficie d’un précieux soutien de la part de l’équipe. Ainsi, grâce à ses conseils, j’ai pu aider des élèves en difficulté bien mieux que si j’avais été seul.

Quelles matières enseignes-tu ?
Je me concentre sur la physique, la chimie et les mathématiques. Je travaille avec les jeunes de 3e secondaire jusqu’aux niveaux universitaires.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ce travail ?
Chaque élève est un casse-tête en soi. Trouver le « bon chemin » pour aider chacun d’eux de manière optimale représente toujours un défi plaisant. Et quand, après avoir déployé beaucoup d’efforts, un élève voit ses notes augmenter, je ressens encore plus de joie et de fierté à exercer ce beau métier.

Parle-nous de ton cheminement scolaire.
DEC en sciences de la nature en mains, j’ai intégré l’École Polytechnique de Montréal où j’ai obtenu un baccalauréat et une maîtrise en génie physique.

En ce moment, je poursuis un doctorat en sciences de l’énergie et des matériaux à l’Institut national de la recherche scientifique, plus particulièrement au Centre Énergie, Matériaux et Télécommunications.

Dans le cadre de ma thèse, je développe des matériaux photo-catalytiques (catalyseurs activés par la lumière) pour la production énergétique et la décontamination des eaux. Je vous explique…

En résumé, l’objectif consiste à produire des matériaux qui utilisent l’énergie solaire pour transformer l’eau en hydrogène afin de produire du carburant, ou pour décontaminer des sources d’eau de divers polluants comme les antibiotiques et les pesticides. C’est un domaine passionnant !

Je crois que tu pars en voyage bientôt…
En effet, au moment où vous lirez cet article, je serai au Japon pour un séjour d’environ trois mois et demi. Je collaborerai avec un professeur de l’Université d’Okayama. On souhaite caractériser mes échantillons grâce à une méthode dont cette équipe est experte. Si tout va bien, on devrait pouvoir obtenir des informations clés sur les propriétés fondamentales de mes matériaux dans le but de comprendre certains comportements photo-catalytiques… ce qui serait une grande avancée scientifique.

Qu’est-ce qui t’a amené à faire des études supérieures ? Est-ce que tu as toujours été bon à l’école ou aimé étudié ?
J’ai fait mes études supérieures moitié par curiosité, moitié par chance. Mon directeur de thèse m’a présenté un sujet de recherche qui m’a intéressé. J’ai donc embarqué dans l’aventure.

Je n’étais pas particulièrement bon à l’école. J’étais surtout très curieux. J’ai toujours été fasciné par le fonctionnement de tout, par ce qui se cache derrière chaque loi ou principe scientifique.

En terminant, que dirais-tu aux jeunes qui éprouvent des difficultés ou qui détestent l’école ?
Je ne crois pas qu’on puisse détester l’école. En fait, laissez-moi reformuler : je crois que beaucoup de jeunes qui détestent l’école, mais qu’ils adorent apprendre. Chaque jeune est unique et plusieurs facteurs constituent des obstacles à leur apprentissage : l’horaire, la structure scolaire, les enjeux sociaux d’une classe…

À toi, qui ne te sens pas à ta place, j’aimerais te dire trois choses :

  • Il n’y a pas de questions stupides. Poser des questions, c’est un signe de curiosité et d’intelligence.
  • Concentre-toi sur toi, trouve ce que tu aimes, informe-toi sur les sujets qui t’intéressent et laisse ta curiosité te guider. Je te garantis que tu vas comprendre l’utilité de certaines matières à l’école et commencer à les apprécier.
  • Ne te mets jamais en tête que tu es « poche » dans une matière. Tu as le droit et c’est normal de ne pas être bon du premier coup. Travaille fort et tu finiras par réussir.

 

Ce contenu a été publié dans Portrait des tuteurs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.