Quelle est la place du parent dans le tutorat?

Voir son enfant aux prises avec des difficultés à l’école peut être déchirant. Ne pas être en mesure de lui donner personnellement l’aide adéquate, malgré les meilleures intentions du monde, est tout aussi éprouvant. Une bonne manière de palier à ce problème semble alors de recourir au tutorat. Mais qu’advient-il à ce moment du rôle du parent dans cette nouvelle dynamique? Comment agir et s’impliquer concrètement dans le processus? Vous trouverez ici quelques conseils afin de participer activement à la réussite de votre enfant.

Favoriser la communication et les échanges

Dès la première rencontre, prenez le temps d’avoir une bonne discussion avec le tuteur, puisqu’il pourrait éventuellement avoir des questions à vous poser. Il aura certainement besoin de s’informer sur le tempérament de votre enfant, d’abord pour mieux le connaître, mais aussi afin que vous guidiez le tuteur vers la meilleure approche pour amorcer les séances. Avec cet échange, c’est le bon moment d’établir ensemble les bases d’un plan de match, qui pourrait servir de guide au fil des rencontres. N’hésitez pas à ce moment à communiquer vos attentes par rapport au tutorat: en mettant tout cela au clair, les malentendus et déceptions seront facilement évités!

Établir un endroit favorable à l’étude et la concentration

Pour des séances efficaces, l’environnement où elles se déroulent est un facteur important et vous pouvez facilement aménager un espace dédié à l’étude à la maison. Parfois, pour différentes raisons, le domicile est un endroit plus ou moins convenable pour organiser les rencontres. Pour un lieu tranquille et plus neutre, vous pouvez consulter l’horaire de la bibliothèque la plus près de chez vous et y établir les rendez-vous. Vous pouvez également demander à l’école si des locaux sont disponibles après les classes.

Faire confiance au tuteur

Il est important de faire confiance au tuteur et de lui accorder l’espace dont il aura besoin afin de favoriser la bonne entente entre votre enfant et lui. Si son approche pédagogique ne vous semble pas assez adaptée à la situation, il serait préférable de lui en parler en privé, en l’absence de votre enfant. L’échange dans le respect de chacun est encore une fois de mise, soyez donc ouvert à l’approche et aux suggestions du tuteur: qui sait, peut-être verrez-vous les choses d’un autre oeil suite à cet entretien!

Être motivé et surtout, motivant

Il faut dédramatiser, rien ne sert de paniquer! En gardant une attitude positive et rassurante, vous diminuerez ainsi les inquiétudes de votre enfant par rapport à ses difficultés. De prime abord, certains élèves peuvent être réticents à avoir recours au tutorat. Après les premières séances, voyez avec lui s’il a apprécié la rencontre et demandez-lui de vous résumer brièvement ce qu’ils ont vu.

Assurer le suivi entre les séances

Il faut garder en tête que le tuteur est une aide supplémentaire, pas un substitut: il est là pour épauler l’encadrement que vous offrez à votre enfant. Donc, entre les séances, assurez-vous que l’effort de votre enfant demeure constant et faites part de son implication et des progrès réalisés au tuteur. Comme une grande partie de l’apprentissage se fait par soi-même, il est important que l’élève continue le travail sans son tuteur.

Observer l’attitude de l’enfant face au tutorat

L’accompagnement doit avant tout servir à fournir une méthode d’étude ainsi que les bons outils de travail adaptés au cheminement de l’élève en difficulté. Pour s’assurer que le suivi ne devienne pas une béquille à son amélioration, vérifiez auprès de votre enfant la perception qu’il a du tutorat. Au besoin, consultez votre tuteur afin de trouver ensemble des façons de développer son autonomie.

***

Le tuteur n’est pas là pour vous remplacer dans votre rôle de parent, mais plutôt pour travailler en collaboration avec vous pour encadrer votre enfant dans son parcours académique. Dans tout ce processus, ne pas oublier que c’est pour la réussite et le bien-être de l’enfant qu’il faut agir avant tout.  En multipliant les intervenants (parents, professeurs, tuteur), on  est en mesure de créer un environnement axé sur la collaboration, qui mettra assurément l’élève en confiance.

 

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire

Notre collègue Emilie expose à la galerie Art Neuf, au centre Calixa-Lavallée!

7 décembre 2012

Du 4 au 14 décembre, la galerie Art Neuf expose les oeuvres de ses étudiants en art visuel au centre culturel Calixa-Lavallée, dont fait partie notre collègue Emilie. Allez voir sa création Roue Libre, qui mélange différents matériaux tels collages, transferts d’image, plâtre, peinture acrylique et éléments récupérés. Le tout est inspiré des paysages qui agrémentent son trajet à vélo, qu’elle fait chaque jour entre le Plateau Mont-Royal et Saint-Henri pour se rendre au travail.

Galerie Art Neuf 3819, rue Calixa-Lavallée, Montréal

Accès : Par la rue Rachel
Métro : Sherbrooke Autobus : 24 Est
Stationnement gratuit
Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

Entrevue avec Guillaume, tuteur chez Succès Scolaire!

Guillaume est tuteur chez Succès Scolaire depuis 2009. En offrant ses services à domicile dans la région de Montréal ainsi qu’à notre centre de Côte-des-Neiges, il compte parmi nos tuteurs les plus actifs et les plus impliqués. Nous sommes heureux de vous le faire découvrir en vous partageant ce court entretien que nous avons réalisé avec lui!

Bonjour Guillaume. D’abord, une question cruciale: étais-tu bon à l’école? 

J’ai toujours bien réussi à l’école; j’ai eu la chance d’avoir des parents très impliqués qui m’aidaient avec mes devoirs chaque fois, mais surtout, qui m’ont fait comprendre très tôt à quel point l’école était importante et la chance que j’avais de pouvoir aller à l’école tous les jours.

Comment en es-tu arrivé à offrir des services de tutorat? 

Lors de ma première année d’université, une amie m’a parlé de son nouvel emploi de tutrice. Elle ne travaillait pas pour Succès Scolaire, mais pour un organisme à l’université. Curieux, je suis tombé sur le site de Succès Scolaire en faisant mes recherches sur internet et j’ai envoyé mon CV. Un mois plus tard, j’ai été engagé et la magie continue depuis!

Selon toi, quelle devrait être la principale qualité d’un bon tuteur? 

Un bon tuteur doit avant tout être flexible: que ce soit au niveau de l’horaire ou du travail à faire, un tuteur doit toujours être prêt à se retourner sur un dix sous et à travailler dans le meilleur intérêt de l’élève et des parents.

Avais-tu une matière préférée au secondaire? 

J’adorais le français et les mathématiques.

Quelle était celle que tu aimais le moins? 

Arts plastiques: absence totale de talent, c’en était presque gênant!

Ta meilleure expérience de tutorat? 

Lors de ma deuxième année à Succès Scolaire, je suivais deux soeurs à domicile, deux soirs par semaine. Cette famille en particulier m’a fait comprendre le rôle que peut jouer un tuteur; je me rendais là-bas si souvent que je faisais partie de leur quotidien. Les parents étaient chaleureux et les filles travaillaient très bien. Je ne les ai suivies qu’un an, mais c’était un peu de tout ce qui me plaît dans le tutorat: un rapport chaleureux, du travail varié (nous travaillions pas mal toutes les matières) et le sentiment d’être utile et apprécié.

Raconte-nous une anecdote qui t’est arrivée comme tuteur 

Mon Dieu, il y en a des tonnes! Ma préférée est la fois où, alors que nous complétions le rendez-vous à la fin d’une rencontre, une élève s’est mise à critiquer ma photo de profil de tuteur. Puisqu’elle avait bien travaillé, je lui ai permis d’en choisir une autre et lui ai montré une sélection. Ses commentaires étaient hilarants!

Où te vois-tu dans dix ans? 

Je me vois dans le milieu de l’enseignement, bien sûr, avec plusieurs contrats et postes derrière moi. J’aimerais pouvoir poursuivre mes études à la maîtrise et élargir mes horizons. Mais, surtout, dans 10 ans, je me vois heureux et accompli!

Publié dans Nouvelles, Trucs pour parents, Trucs pour tuteurs | Laisser un commentaire

5 qualités d’un bon tuteur

Pour que le tutorat soit efficace, il est primordial qu’un lien s’établisse entre le tuteur et l’élève. Souvent, ce lien se crée rapidement, mais d’autres fois, il peut se passer quelques séances avant que la gêne ne se dissipe. La réussite de cette bonne entente relève certainement des personnalités de chacun, mais également des qualités pédagogiques du tuteur, dont voici les 5 essentielles selon Succès Scolaire! 

Faculté d’adaptation (flexibilité, ajustement, polyvalence)

Avec le tutorat individuel, c’est à chaque fois un cas différent auquel il faut s’adapter. Puisqu’il n’existe pas de formule pré-faite que l’on appliquerait à tous sans distinction, l’approche du tuteur doit se nuancer selon le besoin et les difficultés particulières de l’élève. Au fil des séances, le tuteur devra s’attendre à réévaluer les objectifs de l’élève qui progresse dans son cheminement. Il ne faut donc pas avoir peur d’établir un nouveau plan de match qui sera plus adapté à une nouvelle situation.

Énergie (motivation, enthousiasme, entregent)

Pour établir une bonne relation, le tuteur doit être une personne énergique à la base, quelqu’un qui démontre un enthousiasme certain vis-à-vis les relations humaines. Cet intérêt de sa part aura assurément un effet positif chez l’élève démoralisé par l’école et par ses mauvaises notes. Par sa bonne humeur et sa motivation, le tuteur devient un modèle de réussite pour lui, l’incitant à s’impliquer davantage dans sa réussite scolaire.

Ouverture (accessibilité, disponibilité, implication, empathie)

Pour bien comprendre la situation d’un élève, il faut être à l’écoute de ses besoins et démontrer de l’ouverture. S’informer d’abord sur le contexte (situation académique, environnement à l’école, à la maison, etc.) permet d’appliquer un suivi plus ciblé et d’utiliser les bonnes méthodes de travail. L’implication et la présence du tuteur offrent un bon encadrement à l’élève en difficulté qui, du coup, se sentira valorisé. Dans son ouverture, le tuteur doit à la fois faire valoir son accessibilité ainsi que son implication. Un bon tuteur doit être curieux et s’intéresser à l’élève qu’il aide.

Savoir bien communiquer (élocution, pertinence dans les propos, vulgarisation)

C’est une chose de connaître la matière, il faut être en mesure de bien la transmettre! Un tuteur doit bien se faire comprendre dans ses explications et en plus de s’exprimer clairement, il faut aussi avoir une facilité à vulgariser les différentes notions. Une bonne communication passe également par le non-verbal: la confiance en soi transparaît inévitablement dans l’attitude que l’on adopte.

Humilité (respect, discernement, acceptation)

Même en connaissant les notions sur le bout des doigts, il peut arriver que des éléments de la matière nous échappent. C’est normal, on ne peut pas tout savoir, et il faut surtout être en mesure de le reconnaître. Il est en effet préférable de dire à l’élève que l’on ignore la réponse plutôt que de lui donner de l’information approximative. Dans d’autres situations plus ardues, où les caractères s’avèrent moins compatibles ou que les séances ne portent pas fruit, il est important de savoir prendre un certain recul et d’admettre lorsque l’on n’est peut-être pas la bonne personne pour aider l’élève.

Pour bénéficier du plein potentiel d’un bon tuteur, il faut aussi qu’il ait la confiance des parents.  Dès la première rencontre, on invite souvent ceux-ci à bien échanger avec le tuteur, pour à la fois bien communiquer leurs attentes par rapport au tutorat, mais également pour mieux connaître le tuteur et comprendre la nature de son travail. Cette collaboration est bénéfique pour la réussite de l’élève, qui se saura soutenu dans ses efforts et bien encadré. Chez Succès Scolaire, nous sélectionnons nos candidats selon ces critères précis et c’est de cette façon que nous pouvons vous assurer ce service de qualité!

 

Publié dans Nouvelles, Trucs pour parents | Laisser un commentaire

Des maux illisibles, un documentaire web de l’ONF/Le Devoir sur l’analphabétisme

Essai interactif, Des maux illisibles dresse le portrait de trois personnes analphabètes faisant face à cette réalité au quotidien.

À son sens propre, l’analphabétisme est l’incapacité de lire et d’écrire. Ce problème se décline pourtant en plusieurs niveaux et aujourd’hui, on parle plutôt d’un « analphabétisme fonctionnel », qui affecterait 1,3 million de Québécois de 16 ans et plus. Selon le journal Le Devoir, « au Québec, un jeune sur trois (36 % des 16 à 25 ans) quitte les bancs d’école sans avoir atteint le seuil critique dʼalphabétisme pour fonctionner et un sur dix est complètement analphabète. »

Avec son service de tutorat et à travers divers programmes, Succès Scolaire veut faire partie de la solution. En fournissant aux élèves en difficulté l’encadrement nécessaire au développement de leur confiance personnelle et de leur autonomie, nous souhaitons travailler activement à contrer le décrochage scolaire.

 ***

Aussi disponible en ligne: écoutez la table ronde de Médium Large avec Simon Trépanier, l’instigateur du projet, ainsi que les  trois participants, Mathieu, Sylvie et Diane, sur le site de la Première Chaîne de Radio-Canada.

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

Montréal par la racine: l’agriculture urbaine intégrée à l’éducation dans plusieurs écoles de Montréal

13 novembre 2012

À la radio de CIBL 101,5 FM, les animateurs de l’émission Montréal par la racine Gabrielle Lamontagne-Hallé et Olivier Demers-Dubé se sont intéressés à la place de l’agriculture dans l’éducation et à la manière de bien l’intégrer. Voici la liste des invités de la table ronde de ce matin:

Carolina Galvis, qui a d’abord travaillé en Colombie sur des potagers éducatifs, a ensuite collaboré à l’élaboration d’un guide éducatif sur l’environnement de la Commission scolaire de Montréal (CSDM),  à l’usage des professeurs souhaitant intégrer des activités environnementales à leur programme;

François Côté, de l’école secondaire George-Vanier dans Villeray, a mis sur pied il y a six ans un potager urbain à l’usage des élèves;

Éric Richard, directeur des services éducatifs aux Amis de la montagne

Ciquez ici pour écouter ou ré-écouter la baladodiffusion de l’émission d’aujourd’hui (débute à 3:35) 

 

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

Est-ce que les réseaux sociaux peuvent être utilisés à des fins pédagogiques?

Ces dernières années, l’intégration des nouvelles technologies se fait de plus en plus présente dans le milieu scolaire, provoquant certains changements dans l’approche d’enseignement et les méthodes d’apprentissage. Les médias sociaux, élément désormais indissociable aux nouvelles technologies informatiques et leur développement, soulèvent dès lors cette question: à l’intérieur d’un cadre pédagogique, peut-on utiliser les réseaux sociaux pour apprendre?

Les réseaux sociaux, également appelés médias socionumériques, sont d’importants outils de communication de notre vie moderne. Chaque jour, des millions de gens utilisent ces plateformes web afin d’organiser leur horaire, créer des évènements ou tout simplement pour envoyer des messages. Ces espaces numériques, accessibles à tous, influencent autant notre manière d’interagir entre individus que notre façon de s’informer.

La Vitrine Technologie Éducation (VTÉ) réunissait au printemps 2012 plusieurs professeurs, conseillers pédagogiques et spécialistes de l’éducation  afin d’évaluer la place des médias sociaux au sein de l’enseignement et comment en favoriser l’intégration. De cette rencontre résultat un guide d’utilisation pédagogique des différents réseaux, dont voici une description sommaire de quelques sections:

  • La section s’Informer donne une définition des médias socionumériques, de l’identité numérique et décrit les principaux enjeux s’y référant;
  •  La section Planifier offre des pistes de recherche et des démarches pour l’organisation des activités;
  • La section Réaliser explique comment sensibiliser un élève sur son rôle dans l’utilisation des médias sociaux et comment communiquer de manière éthique.
Bien qu’il s’agisse avant tout d’une référence destiné aux enseignants qui voudraient tenter l’expérience et intégrer les médias sociaux à leurs activités pédagogiques, le guide saura tout de même intéresser les parents à la recherche d’information sur le sujet.
À lire aussi: Les médias sociaux et l’enseignement, un dossier mis sur pied par l’Université de Sherbrooke
Publié dans Nouvelles, Trucs pour tuteurs | Laisser un commentaire

Succès Scolaire participe à la soirée d’Halloween de Starlight Québec!

2 novembre 2012

Vendredi dernier se tenait la soirée d’Halloween costumée au profit de la fondation Starlight Québec,  à laquelle plusieurs personnes de l’administration chez Succès Scolaire ont eu le (grand) plaisir de participer. La levée de fonds, qui fut une franche réussite, a permis d’amasser des contributions totalisant 32 000$!

Voici quelques photos de l’évènement:

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie-Andrée Lecourt (la belle ballerine), Émilie Parmentier (la mystérieuse dame aux oiseaux bleus), notre ancien collaborateur Guillaume Caillé (le valeureux vicking) ansi que Christine Hodgson et Félix Morin (Alice et le Chapelier fou), tous à la soirée d’Halloween de Starlight Québec

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

Sur scène avec la nouvelle programmation de la Maison Théâtre et de la LIRTA!

1er novembre 2012

Pour de bonnes activités cet automne, profitez des arts de la scène avec vos jeunes!

À Montréal, la Maison Théâtre (245, rue Ontario Est) vous offre une programmation haute en couleur avec sa saison 2012-2013. En effet, avec une panoplie de spectacles destinés à plusieurs groupes d’âge (variant de 2 à 14 ans), vous trouverez assurément une pièce à votre goût et à celui de vos enfants!

À Laval, la Ligue d’improvisation Rencontre Théâtre Ados (LIRTA) a également lancé cette semaine sa programmation de sa saison 2012-2013.  Consultez le calendrier pour aller voir s’affronter les équipes des différentes écoles secondaires de la région!

Publié dans Nouvelles, Trucs pour parents | Laisser un commentaire

Réinventer le jeu de l’encyclopédie

Voici un vidéo assez intéressant sur le site des conférences TED, à propos du jeu de l’encyclopédie. Le jeu consiste d’abord à prendre un sujet quelconque dans l’encyclopédie et trouver dans l’article un élément qui nous était auparavant inconnu. en allant s’informer sur cet élément, on en trouve un deuxième et de branches en branches, on tente tranquillement de revenir à notre premier sujet. Le conférencier, Rives, applique ce jeu de son enfance à l’encyclopédie moderne la plus répendue, Wikipedia, et nous amène à travers un fascinant périple.

Jusqu’où vous rendrez-vous avec le jeu de l’encyclopédie réinventé?

Publié dans Trucs pour parents | Laisser un commentaire