Témoignage du mois de décembre

Bonjour

Comme je l’avais mentionné à Farah lors de notre rencontre, je tenais à vous faire part de mon appréciation (et celle d’Alexanne) concernant le tutorat de dimanche dernier.

Alexanne en est ressortie très motivée et très heureuse du déroulement de la rencontre. Farah a été très professionnelle, démontrant à la fois rigueur et souplesse.

Je tiens aussi à vous féliciter pour votre professionnalisme à tous, tant du côté suivi de dossier que du tutorat proprement dit.

De plus, il est certain que je n’hésiterai pas à utiliser à nouveau vos services si nécessaire et à recommander chaudement votre organisme à mes amis et connaissances.

Au plaisir,

Christine B., parent

Publié dans Nouvelles, Témoignages du mois | Laisser un commentaire

Lettre au Père Noël

Père Noël 2 image

 Cher Père Noël,

J’ai hâte au temps des fêtes.

L’année qui prend bientôt fin n’a pas été toujours facile. Souvent, en me rendant à l’école, je me disais que je me ferais remettre à ma place par mes professeurs parce que je ne faisais pas assez d’efforts. Beaucoup de monde me regardait d’en haut dans la classe. Ça a duré un certain temps et c’est en train de changer.

 Les premiers flocons de neige sont tombés au mois de novembre, et là, quelque chose s’est produit. Jamais je n’aurais pensé que la neige amènerait des bonnes nouvelles!

 J’ai d’abord décidé de me retrousser les manches. Des gens m’ont aidé et je me suis mis à voir les choses différemment. J’ai commencé à faire du sport à mon école à tous les jours sur l’heure du midi. Je veux faire partie de l’équipe de basketball l’année prochaine alors je me pratique. J’essaie aussi de manger plus santé, même si j’adore encore les cheeseburgers (all-dressed, extra ketchup svp).

 Je n’aime pas encore l’école comme un fou. Mais, au moins, je n’y vais plus de reculons. Peut-être que j’aimerai ça avec le temps… Les efforts que j’ai faits ont payé. J’ai eu de meilleurs résultats qu’au début de l’année. Quand on me pose une question durant mon cours de mathématique et que je connais la réponse, je suis fier. Si seulement les autres pouvaient comprendre qu’ils peuvent eux-aussi s’améliorer, qu’ils peuvent se dépasser! Dans le fond, qu’on s’améliore au basketball, en planche à neige ou en français, c’est quand on avance que c’est génial.

Ce que je vais recevoir de vous dans quelques jours, Père Noël, ça ne m’importe plus autant. Pas que je veux avoir une orange… ma mère m’en met une dans mes lunchs à tous les jours! Et c’est sûr que je ne me plaindrai pas si je reçois une nouvelle console!

Monsieur le Père Noël…vous viendrez faire un tour chez moi le 24 décembre au soir. Ma cheminée va être ouverte pour vous. Il y aura des biscuits, du lait, et même un petit chocolat chaud pour vous aider à poursuivre votre route. Vous me donnerez ce que vous aurez pour moi dans votre traîneau. Mon plus beau cadeau ne s’y trouvera pas, parce que je l’ai déjà reçu.

**L’équipe de Succès Scolaire vous souhaite un joyeux Noël et une merveilleuse année 2015. À très bientôt!

 

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

La bonne recette pour réviser

Eh non, nous ne vous parlerons pas de recette de biscuits ou de dinde… La période avant les Fêtes est aussi celle des examens! Ces conseils s’adressent non seulement aux élèves, mais aussi aux parents qui les accompagnent dans les révisions et aux tuteurs, qui sont un support essentiel pendant cette étape cruciale du cheminement scolaire.

revisions-web

1-      Ne pas être à la dernière minute!

D’abord, il est toujours idéal de réviser régulièrement la matière et éviter d’étudier la veille d’un examen. Cela implique aussi qu’avant de commencer l’étude, il faut s’assurer d’avoir tout le matériel nécessaire : notes de cours, livres, exercices supplémentaires, etc. Aussi, si cela est utile pour l’élève, il devrait avoir préparé des fiches d’étude qui lui permettront de réviser facilement la matière et de bien l’organiser.

2-      Faire un planning.

D’ailleurs, l’organisation est essentielle pour de bonnes séances d’étude! Cela peut paraître inutile de prime abord, mais au contraire : la personne qui a un horaire strict avec la liste des cours à réviser et le temps qui y sera consacré sera beaucoup plus efficace. Cela évitera de paniquer devant la montagne de feuilles à connaître par cœur et l’avalanche d’exercices à faire! Cette planification peut très bien se faire en début d’année et s’étendre jusqu’aux examens.

3-      Répéter, répéter, répéter!

La recette pour les révisions comporte sans doute beaucoup d’ingrédients, mais le plus important serait sans doute la répétition. En effet, cela permet aux informations de passer de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme. Autrement dit, si la matière n’est assez régulièrement révisée, elle restera dans la mémoire à court terme, c’est-à-dire qu’elle sera retenue pour un maximum de 20 secondes! Les études sur la mémoire abondent, mais cet article pourrait être utile à ceux qui veulent en apprendre plus.

4-      Développer ses méthodes et trucs pour étudier.

Que ce soit de réviser avec un collègue, de faire des exercices, de lire à haute voix, de retranscrire les notes, de créer des acronymes, aucune méthode n’est mauvaise pour bien étudier, tant qu’elle correspond à l’apprenant et qu’elle le mène vers la réussite.

5-      Avoir un bon environnement de travail.

Chaque personne est différente quant aux besoins liés à sa productivité : certains doivent écouter de la musique pour se concentrer, d’autres se rendre à la bibliothèque. Toutefois, il faut s’assurer d’avoir un espace propice à la révision, idéalement un endroit lumineux et semi-clos. Il ne faut pas non plus oublier que la fatigue est l’ennemi de la mémoire : il faut s’assurer d’avoir les heures de sommeil nécessaires à sa capacité de concentration. Cela inclut aussi l’hygiène de vie en général : il est important de bien manger et de bouger un peu!

Nous ne vous apprenons peut-être que quelques détails avec ces conseils, mais il vaut mieux les répéter… pour qu’ils passent dans votre mémoire à long terme! N’oubliez pas que a clé du succès pour les examens est une bonne stratégie d’étude.

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

Succès Scolaire dans Les Affaires!

Dans sa chronique mensuelle au journal Les Affaires, Paul St-Pierre Plamondon a choisi Succès Scolaire comme entreprise à surveiller issue de la génération Y.

Voici l’article :

delegatus1

Publié dans Nouvelles, Presse | Laisser un commentaire

Savez-vous garder l’attention des élèves?

adhd_child-300x300Plus qu’un défi, captiver l’attention de vos élèves peut devenir un véritable cauchemar!  Vous avez changé vos séquences d’apprentissage, vous avez modifié les exercices pratiques, vous avez intégré les technologies à vos méthodes d’enseignement… Que faire de plus?

Cette problématique intéresse massivement les chercheurs, autant en éducation qu’en neurosciences. Avec l’augmentation du nombre d’élèves qui souffrent d’un déficit de l’attention, il faut trouver de nouvelles méthodes et pratiques pour les solliciter et surtout pour s’assurer de consolider les apprentissages. Plusieurs facteurs entrent évidemment en ligne de compte : la motivation, l’entourage, le moment dans la journée, etc. Pourtant, ces résultats de recherche permettent de mieux s’adapter à ses élèves.

Nous ne vous apprendrons rien en affirmant que les nouvelles technologies jouent beaucoup dans ces changements. Or, selon Christophe Boujon et Sandrine Poupet, il semblerait que cette équation serait trop simple. Ils proposent ainsi plusieurs pistes intéressantes pour tenter de nouvelles méthodes pédagogiques.

  • Selon ces deux auteurs, il serait nécessaire de concentrer les apprentissages de matin, l’attention des élèves n’étant pas uniforme pendant toute la journée.
  • Aussi, il faudrait s’efforcer de trouver un équilibre entre deux formes d’attention : l’attention exogène, liée à la perception, et l’attention endogène, liée à la concentration.  Les activités qui sollicitent la concentration et la mémoire seraient plus efficaces si elles étaient réalisées le matin, alors que celles qui requièrent une attention plus visuelle devraient être effectuées en fin de matinée ou en après-midi pour en retirer le plus de bienfaits.
  • De plus, l’attention des élèves serait plus grande si l’enseignant fait appel aux fonctions exécutives de l’enfant, c’est-à-dire si l’enfant utilise des stratégies d’exécution d’une tâche.

images

Maintenant, reprenez votre souffle! Bien sûr, tout cela n’est pas une tâche facile. En soi, le métier d’enseignant est d’ailleurs un travail qui demande une grande énergie. Pour déployer toutes ces stratégies, n’hésitez pas à faire appel à vos collègues et à vous inspirez de diverses références.

Vous voulez aller plus loin? Le numéro « Donner l’envie d’apprendre » de L’Essentiel. Cerveau & Psycho vous intéressera sans doute!
Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

Lectures sur l’éducation: quatre magazines et revues pour vous!

pomme

Parent, professeur, directeur, tuteur : peu importe votre rôle, vous avez sans aucun doute besoin d’inspiration, autant pour des suggestions de lectures ou d’activités que pour être à jour en ce qui concerne le milieu de l’éducation. Nous avons sélectionné pour vous quatre magazines et revues qui pourront vous guider. Bonne lecture!

Lurelu

La revue Lurelu est une véritable référence en littérature de jeunesse. Publiée depuis 1978, elle regroupe des critiques, des résumés et des suggestions d’activités pédagogiques toutes consacrées à la littérature pour la jeunesse. Cette revue s’adresse à un large public, des commissions scolaires aux bibliothécaires en passant par les enseignants, les éducatrices et les parents. Comme elle rassemble des articles variés, notamment des dossiers thématiques et des entrevues, elle saura plaire à tout type de lecteur.

Curium

Ce magazine s’adresse aux jeunes entre 14 et 17 ans et concerne les sciences, la technologie et la société. Même si Curium cible les adolescents, vous pourrez y trouver de l’inspiration pour aborder plusieurs sujets d’actualité avec vos enfants et/ou vos élèves. De plus, ils pourront s’initier à des enjeux de société grâce aux dossiers et reportages sur des sujets divers. Pour les jeunes qui n’aiment pas lire des œuvres de fiction, il s’agit d’une très belle proposition pour enrichir leur vocabulaire autant que leur culture générale. Pour vous, en tant qu’éducateur ou parent, le magazine est une option intéressante pour mieux comprendre comment rejoindre les adolescents au quotidien!

Vivre le primaire

davis-county-library-gives-away-magazines-25628

L’Association québécoise des enseignantes et des enseignants du primaire publie quatre
fois par année le magazine Vivre le primaire. Il s’adresse principalement aux enseignants, aux établissements scolaires ou aux commissions scolaires. Le magazine s’intéresse à plusieurs sujets liés, vous l’aurez deviné, à l’éducation de niveau primaire. Chaque numéro propose également un dossier spécial, en plus de la section « Langues », de celle des « Mathématique » et de chroniques. Vivre le primaire est très spécialisé et peut ainsi être d’une valeur considérable en pédagogie.

Éducation et francophonie: revue scientifique virtuelle

De son côté, l’Association canadienne d’éducation de langue française propose deux numéros annuels qui ont pour but de diffuser des résultats de recherche en éducation. Bien que cela puisse vous paraître inaccessible, cette revue peut toucher des thèmes qui s’adressent à tous, autant parents que professionnels de l’éducation. Par exemple, le numéro d’avril 2015 abordera l’inclusion des élèves en situation de handicap au cégep et à l’université. Aussi, comme il s’agit d’une revue entièrement en ligne, il est très facile d’y avoir accès. Les différents articles peuvent définitivement enrichir votre compréhension et développer votre regard sur le monde de l’éducation, que vous en soyez près ou loin.

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

La culture générale : comment la définir, comment l’apprendre?

quiz-culture-generale-insoliteEn quelle année a été fondée la ville de Montréal? Qui a écrit L’Éducation sentimentale? Quelle est la capitale de la Nouvelle-Zélande? À quoi cela sert, direz-vous, de répondre à ces questions… En quoi cela pourrait un jour vous être utile, mis à part si vous jouez à un jeu de société? C’est en écho au questionnaire proposé par CROP-La Presse (et le score moyen de 42% obtenu par les Québécois) que nous avons voulu réfléchir à ce que représente la culture générale, notamment au sein des écoles.

On pourrait définir la culture générale comme un ensemble de connaissances qui ne sont pas spécifiques à un domaine, mais qui renvoie à une vision globale de différents savoirs. Mais encore faut-il savoir qui détermine ce que représente cet ensemble… Là est le nœud de la question. Pourquoi devrait-on être cultivé si l’on ne sait pas la définir? Il n’en reste pas moins que la société actuelle accorde une grande importance à la culture générale et il faudrait donc, a priori, enseigner ces savoirs dans les classes, afin de former les citoyens de demain!

Or, qu’est-ce que les professeurs devraient enseigner? De manière générale, il s’agirait de déterminer quels sont les repères culturels qu’ils considèrent important pour leurs élèves. Ils doivent aussi prendre en considération que ce bagage devrait comporter des connaissances de tous les domaines : histoire, mathématiques, beaux-arts, littérature, etc.assiette_culturelle200

Normand Baillargeon, philosophe de l’éducation bien connu, s’est d’ailleurs penché sur cette question dans son livre Liliane au lycée – Est-il indispensable d’être cultivé? Selon l’auteur, acquérir une culture générale, bien qu’elle ne soit jamais exhaustive, permet aux gens d’enrichir leur connaissance du monde et de ce fait, d’aiguiller leur sens critique. Il s’agit donc de beaucoup plus que de répondre à des questions au jeu Cranium! Avoir une culture générale, peu importe comment elle est acquise et ce qu’elle comporte, devrait nous rendre meilleurs.

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

Témoignage du mois de novembre

Novembre 2014

Voici un beau témoignage d’un des premiers tuteurs de Succès Scolaire, qui demeure maintenant en Colombie-Britannique!

Je peux dire d’emblée que j’ai toujours été très satisfait de mes collaborations avec Succès Scolaire. Du tout début jusqu’à la toute fin, tous les outils ont étés mis en place afin de faciliter de vrais contacts entre moi et mes élèves.

Après avoir déménagé à Vancouver pour poursuivre un doctorat en Physiologie, j’ai continué à faire du tutorat en mathématique. Ma recherche fut présentée à Cologne, Pékin, Barcelone, Hawaii, et Paris. Elle fut aussi publiée dans diverses médias. J’ai reçu différentes bourses d’étude, et plus récemment un bourse dont le but est de me permettre de promouvoir les contacts scientifiques entre les différents départements et faculté de l’université.

Travailler au sein d’une PME telle que Succès Scolaire m’a définitivement démontré la réalité (du meilleur au plus difficile) de se lancer en affaire, et m’inspire à en faire de même. Mes années d’expérience comme tuteur me permettent de rencontrer élèves, parents, et autres en étant confiant de l’aide que je peux leur apporter.

Alexandre Laurin

 

Publié dans Témoignage d'un ancien tuteur, Témoignages du mois | Laisser un commentaire

Élèves québécois d’origine chinoise : performance ou isolement?

Nous avons remarqué que plusieurs des élèves qui utilisent les services de Succès Scolaire sont d’origine chinoise, sans toutefois nous questionner sur leur culture, qui valorise grandement l’éducation. C’est pourquoi un article de Martin LaSalle dans le Journal Forum de l’Université de Montréal nous a vivement intéressés.

L’article recense une thèse de doctorat de Ming Sun, qui s’est interrogée sur l’influence de l’école, de la famille et des ressources communautaires ethniques sur l’intégration socioscolaire des élèves québécois d’origine chinoise. L’on pourrait croire que comme les élèves d’origine chinoise sont très performants et réussissent bien (plus particulièrement en mathématiques et en sciences), ils sont heureux et vivent bien dans leur environnement scolaire. Or, les recherches de Mme Sun démontrent que plusieurs d’entre eux éprouvent de la difficulté à s’intégrer à la culture québécoise. Chez plusieurs familles, plus particulièrement les familles immigrées de Chine, la pression exercée sur les enfants est telle qu’ils ont peu de place pour des activités sociales et restent imprégnés dans cette culture de l’« ultraperformance », notamment puisqu’ils fréquentent les écoles du samedi pour faire du rattrapage dans diverses matières. Ils se voient donc malheureusement isolés de leurs compatriotes québécois.

Cette thèse rejoint un article publié par Catherine Handfield, de La Presse, qui parle du « boom des élèves chinois dans les écoles privées ». Cela n’est pas étonnant puisqu’ils misent sur la meilleure éducation possible, dispensée, selon eux, dans les collèges privés réputés. Cet article apporte un fait intéressant : cette importance accordée à l’éducation fait partie des traditions chinoises depuis des milliers d’années! Cette tradition relève de certains préceptes comme une totale conviction en l’effort et un optimisme tourné vers l’avenir. Peut-être que la clé de leur succès pourrait amener la communauté chinoise et montréalaise à de meilleurs échanges culturels!

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire

La classe inversée : un nouveau modèle pédagogique

On qualifie le modèle de « classe inversée » de véritable révolution. De quoi il s’agit exactement? Et bien pour le dire simplement, on inverse les rôles et les étapes! Au lieu de recevoir un enseignement magistral et peu d’exercices pratiques, l’étudiant visionne des vidéos à la maison, avant le cours, et puis fait des travaux pratiques au retour en classe. Cela permet à l’enseignant de personnaliser l’aide qu’il donne à ses étudiants et également plus de temps pour élaborer des projets intéressants. Plusieurs enseignants utilisent désormais cette méthode et ont remarqué une importante hausse de la motivation de leurs élèves. En délaissant le vieux modèle de la simple transmission de connaissances, les enseignants qui adoptent la classe inversée y verront plein d’avantages, tout aussi pertinents les uns que les autres.

classe-inversee

Pourquoi ne pas s’intéresser à un cas réel? Jean Doré, enseignant de français au secondaire dans une polyvalente des Laurentides, a testé le modèle de classe inversée avec 90 élèves de 3e et 4e secondaire en français. Il a choisi de tester ce modèle en analyse grammaticale, en publiant des vidéos sur You Tube. Comme l’expérience n’a pas été assez longue, il a été difficile de voir des résultats concerts. Or, M. Doré pense que s’il avait persisté, il aurait vu une incidence très positive. Il croit par ailleurs qu’il s’agit d’une méthode très accessible pour les enseignants qui ont de la facilité avec la technologie. De son côté, il renouvellera définitivement l’expérience puisqu’il croit qu’il est important d’offrir cette possibilité aux élèves d’apprendre autrement.

De nos jours, la technologie est de plus en plus facile à utiliser. Même si vous n’êtes qu’un néophyte, certains développeurs s’efforcent de créer des outils simples et efficaces qui vous permettent d’accéder à une nouvelle forme d’enseignement. Par exemple, le site www.versal.com est très accessible (mais seulement disponible en anglais) et vous permet de créer de magnifiques capsules interactives. Aussi, le site www.classeinversee.com regorge d’informations utiles et d’outils pratiques pour les enseignants. N’oubliez pas que la société d’aujourd’hui évolue avec la technologie au quotidien… et les élèves encore plus! Renouvelez vos méthodes pédagogiques pour rejoindre le plus d’étudiants possibles.

Publié dans Nouvelles | Laisser un commentaire